Les origines du football.

samedi 18 juin 2016
par  Djclone
popularité : 2%

Le football, tel que nous le connaissons, est né vers la fin du XIXème siècle en Angleterre quand la Football Association, toute première instance dirigeante de ce sport fut créée le 26 octobre 1863 pour jouer avec un ballon qu’il était interdit de jouer avec ses mains, pas plus que l’adversaire. Ce jour-là les partisans du rugby et les adeptes du football décident de se séparer. (A noter que la vessie de caoutchouc remonte a 1862) Le 20 juillet 1885 était fondée la Football Association Cup réservé au professionnels. Né en 1855, le club de Sheffield passe pour le plus ancien de tous. En France c’est celui du Havre (1872), puis vient le Football Club de Paris (1879). La saison 1893-1894 voit se dérouler le premier championnat de France : le Standard Athletic Club en sort vainqueur...avec une équipe composé de 10 anglais et d’un Français. Le football est ensuite admis aux jeux Olympiques de 1900 à Paris. La coupe de France à quant a elle débuté en 1918 : Olympique (club parisien) bat F.C. Lyon par trois à zéro. La coupe du monde, créée par le Français Jules Rimet, remonte à 1930. Ouvrier chez Peugeot et footballeur amateur au club de Sochaux, Lucien Laurent a marqué le premier but de cette coupe à Montevideo (cocoricooo). L’exploit eut lieu le 13 juillet, à la 19ème minute du premier match que la France remportera sur le Mexique par 4 buts à 1. Coupe qui sera gagnée par l’Uruguay, en battant en finale l’Argentine 4 à 2.

Timbre- Un match de football en Angleterre d'apres une peinture de 1890 par Owerend. Timbre - La 3eme édition du championnat d'Angleterre de football est remportée par Everton en 1891.

" La Grande-Bretagne n’a peut-être pas été le lieu de naissance du football, mais elle a été coup sûr son berceau et sa maison. Les cohortes romaines peuvent avoir planté la graine, mais le sol était bon, avec le tempérament de ces islanders faits pour la rude et vigoureuse dépense physique » Avant d’atteindre l’ère moderne avec sa forme actuelle, le football anglais connaît bien des aventures. Le terme football ne fait son apparition qu’en 1486 et les expressions ball play (jeu de balle) ou playing at ball (jouer au ballon) lui sont préférées.

Timbre - Les origines du football sont diverses : grèce, Chine...

Mais ses origines, réelles ou supposées, se perdent dans la nuit des temps. Dans toutes les civilisations humaines, la balle a laissés sa trace indélébile, et des témoignages par les Chinois d’avant Confucius ou les Egyptiens de l’époque.

En Egypte : On a retrouvé, à Beni Hassan, en Haute Égypte, des peintures représentant des scènes de jeux de ballon." De nombreuses tombes de l’époque pharaonique contenaient des balles : "À Thèbes, dans des tombeaux ég yptiens, on a trouvé des balles de son recouvertes de peau, et absolument faites comme les nôtres" écrit Frédéric Dillaye dans La fabuleuse histoire du rugby.

En Chine : Depuis peu il est admis que l’un des jeux les plus couramment joués en Chine pendant l’Antiquité ressemblait étrangement au football moderne. Son nom antique était Cuju, parfois écrit Tsu chu. (voir timbre à droite ci-dessus) Tsu-Chu signifie littéralement "footbal", car Tsu peut-être traduit "tapé dans le ballon avec les pieds" et Chu signifie "une balle en cuir". Un poème attribué à Li Yu (136 avant J.-C.) décrit ainsi ce jeu de balle : "La balle est ronde, le terrain carré pareil à l’image du ciel et de la Terre. La balle vole au-dessus de nous comme le soleil tandis que les deux équipes se font face", écrit Philippe Villemus dans son livre Le Dieu Football, ses origines, ses rites, ses symboles.

De l’une à l’autre de ces civilisations, la forme de la balle change et aussi sa signification. Les hommes ne jouent pas à la balle pour les mêmes raisons, ni de la même manière. Mais ils y jouent, et cette ferveur commune ne peut trouver sa source que dans des rites ancestraux liés à la vie de tout les jours.

Timbre - L'histoire du football prend naissance en grèce. Timbre - La grèce pays d'origine du football.

En Grèce : Les traces les plus précises du football historique remontent à l’Antiquité grecque. Une sculpture fut trouvé au Pirée, en 1836. La stèle représente un athlète nu jonglant avec une balle sur sa cuisse. (voir les deux timbres ci-dessus). Les grecs de l’antiquité pratiquaient quatre exercices avec des balles de grosseur diverse : l’épiscyre, la phéninde, l’aporrhaxis et l’uranie. Homère évoque ce jeu dans le chant VIII de l’Odysée lorsque Ulysse arrive à Corfou, reçu par Alkinoos, roi des Phéaciens.

Chez les Romains : Le médecin de l’Empereur Marc Aurèle, le Grec Claude Galien (131-201), écrit dans son traité du jeu de balle, à propos de la phéninde devenue l’harpastum à Rome : "la supériorité du jeu de balle sur tous les autres sports n’a jamais été suffisament mise en lumière... Je dis que les meilleurs de tous les sports sont ceux qui non seulement font travailler le corps, mais sont de nature à amuser..." Henri Garcia dans sa "Fabuleuse histoire du Rugby" rappelle que dans l’épiscyre et la phéninde, la lutte pour la balle est violante. "pour mieux échapper à l’étreinte de leurs adversaires, les joueurs s’enduisaient souvent le corps d’huile. il était permis de bousculer un adversaire, de lui arracher le ballon. On pouvait lancer la balle à la main, la frapper du poing ou la pousser du pied." Les colonies grecques établies en Sicile introduisaient les jeux de balle dans l’Empire Romain, et le poète Valerius Martialis, né en l’an 40 de notre ère, précise que les Romains pratiquaient quatre jeux : La balle des paysans ( pila paganica), une balle assez grosse, bourrée de plume et molle. La balle à trois (pila triganolis), petite et légère, que l’on retrouvera en France au moyen-âge. Le ballon, vessie remplie d’air et enfin l’harpastum, (du grec arpaston) ainsi appellé en raison de l’harpasta (en latin balle) dont on se sert. Ce "jeu à la petite balle" était un mélange de football de rugby et de handball pratiqué par les légionnaires romains pour rester en bonne condition physique. Ces jeux sont les ancêtres du rugby et du football, bien que leur transmission dans la Rome Antique au Royaume Britannique par exemple ne soit pas très claire bien que d’après Philippe Villemus on a trouvé des preuves de rencontres organisées entre des légionnaires romains et des habitants des îles Britanniques ; en 276 après J.-C., une de ces rencontres aurait été officiellement remportée par les Bretons. Dès la Renaissance, on affirme que le Calcio Italien est une survivance de l’harpastum romain.

Timbres- Parties de jeux de balles au Moyen-âge.

Le jeu de balle pratiqué par les peuplades primitives puis par nos ancêtres du Moyen-Age est un rite magique destiné à provoquer la fertilité de l’homme , ou de la terre. Dans beaucoup de cas, on retrouve un disque ou un objet globulaire symbolisant le soleil, source de la vie et générateur de récoltes. Des disques sont pendus dans les arbres ou des pierres rondes enterrées dans les champs pour attirer le soleil. Des balles d’or et d’argent, représentant le soleil et la lune, sont portés autour des villages irlandais, le jour du 1er mai.

Timbres - Jeux de balles l'ancêtre du football au moyen-âge.

En Oklahoma, les Indiens jouent un jeu de football pour célébrer la moisson et, depuis que la balle symbolise un soleil, ils jouent d’Est en Ouest. En Bretagne, l’objet du jeu est parfois de l’enterrer ou de la placer trois fois de suite dans un trou creusé dans le sol. On peut aussi se demander, en passant, si le golf n’est pas la survivance d’un rite de fertilité.

Timbre - Joueurs de balle dans les rue de Londres au XIVeme siecle.

Quand le but du jeu est de se saisir de la balle et de l’emporter, la signification en est que le soleil a été capturé et que rapporté à la maison, il apportera la fertilité des champs. L’immersion et l’enterrement de la balle, tels qu’ils étaient pratiqués en Ecosse, dans le Nord de l’Angleterre et en France, peuvent laisser penser que l’association du soleil et de l’eau était faite pour obtenir la fertilité idéale, comme dans les rites primitifs. La superstition était évidemment abondante et variée au Moyen-Age. Il était courant de dire qu’un jeune homme inapte au football le mardi gras serait également inefficace à la moisson et, en Normandie, que l’équipe victorieuse ce jour-là, serait celle qui aurait la meilleure récolte de pomme à cidre. Dans le Devon, après avoir planté les pommes de terre, on poussait la balle au pied tout autour du champ afin d’assurer la fertilité et appeler le soleil. Toujours le mardi gras, il n’était pas rare d’opposer les hommes mariés aux célibataires et une comédie anglaise du seizième siècle le rappelle savoureusement. Mais il y avait également les fameux matches féminins, opposant là aussi les femmes mariés aux célibataires. Cela ce passait à Inveresk, à la fin du XVIIIème siècle, et les écrits de l’époque affirme que les femmes mariées gagnaient toujours. La coutume voulait que la balle du jeu soit fournie par un couple nouvellement marié, ou par le dernier homme marié (Corfe, 1553). A chester, en 1539, chaque homme marié depuis moins d’un an devait fournir à la collectivité une balle en soie. A Vieux-Pont, en Normandie, le coup d’envoi était donné par le dernier homme marié. Et à la Lau-de-Patrie, c’étaient les jeunes épouses qui, d’un fameux coup de botte, devaient expédier la balle par-dessus le clocher du village. On ne commençait à jouer que lorsque la chose était réussie. Preuves que le football était un rite de fertilité, malgré la notion du jeu qui devenait de plus en plus grande. Mais était-ce un rite de fertilité quand les chanoines d’Auxerre affrontaient les choristes et les membres de la congrégation à l’intérieur même de la cathédrale, après les vêpres du dimanche de Pâques ? La tradition durera jusqu’au seizième siècle avant que la maison du Seigneur ne retentisse de cris impies. Les chanoines étaient de fameux joueurs. Chaque nouveau, après son ordination, davait offrir une balle. L’orgueil aidant, celle-ci devint de plus en plus grosse jusqu’au jour ou il fallut promulguer "l’ordinatio de pila facienda", afin de limiter une fois pour toutes la dimension de la balle. C’était la loi II de l’International Board.

Timbre - Calcio à Florence en Italie au XVIeme siecle. Timbre - Football Italien au XVIIeme siecle - Le Calcio.

A la fin du XV° siècle, la région de Florence voit l’émergence d’une version très virile entre villageois, qui disparaîtra deux siècles plus tard mais qui donnera son nom italien au football : le Calcio. Deux équipes de vingt-sept joueurs s’affrontaient en tentant de mettre le ballon rond entre les deux poteaux adverses avec les pieds, les mains, la tête, les genoux, le dos, peu importe tout est permis : coups de poings, coups de pieds, prises de catch, prises au sol.

Timbre - Un matche de Soule en France au XIXeme siecle. Timbre - Une partie de soule, un jeu de balle en Bretagne.

L’ancêtre du football moderne né en Angleterre, serait la bonne vieillle soule Française, dont le nom découle du celte Seaul ou du latin Sol et que l’on retrouve dans le grec èlios et le gallois Haul. La soule (ou choule) et le football (le fute-balle) se déroulent devant des foules de spectateurs et des prix sont attribués aux vainqueurs. On retrouve leurs caractéristiques dans d’autres jeux de masse joués dans les régions sud-ouest des Îles : le Hurling en Cornouailles, le Knappan dans les Galles-du-Sud, et le Hurling également en Irlande. La soule aurait donc commencé en France avant de séduire l’Angleterre. "Il est savoureux, écrit Morris Marples dans son Histoire de Football, que le jeu anglais par excellence ait une origine française." La Soule était un jeu très populaire et aux origines mal définies (des écrits le mentionne à la fin du 12éme siècle) dont la violence, la rudesse et les excès ont entraîné son interdictionà maintes reprises. Ce jeu perdit de son ampleur après la révolution de 1789 et seul le Morbihan rural y joua jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

Timbres - Histoire du football au XIXeme siècle.Timbres - Le football au XIXème siècle : 1846-1872-1883-1891.

Timbre - Partie de foot ball en Angleterre d'après George Cruikshank - 1827 Timbres - l'Angleterre est à l'origine du foot moderne.

L’homme en jouant au football, affirme aujourd’hui comme hier, sa virilité et sa combativité. Frapper une balle à coup de pied, en faire sa domination et sa conquête, s’opposer durement parfois à l’adversaire sont des actes d’agressivité que l’on ne saurait nier. D’ailleurs, les historiens affirment que les premiers ballons furent des têtes d’hommes tués au combat.

Timbre - L'Angleterre aux origines du Football au XIXeme siecle.

La passion des hommes modernes, qu’ils soient acteurs ou spectateurs, vient du fond des âges. Mais la joie qu’il dispense tient peut-être dans l’opinion de Giraudoux que la balle n’est vraiment et pleinement balle qu’a la condition qu’on ne se servent point des mains pour en jouer. "les mains, écrit t’il, sont des trucs ; elles ont été données uniquement aux deux animaux truqueurs, à l’homme et aux singes. la balle n’admet pas le trucage, mais seulement des effets stillaires." "Se priver des mains pour se servir de la balle, écrit J. Ferran, ce serait donc, en somme, revenir à la nature et replonger dans la grande nuit de l’espèce. En s’écartant du rugby dont il est le cousin, et en prohibant l’usage des mains, le football aurait pu limiter son rayonnement. il a trouvé au contraire, dans cette interdiction, le moyen d’aller jusqu’au bout de son art et de son intelligence. Henry de Montherlant n’écrivit t’il pas : "devant le footballeur sautille la bête perfide, à demi-captive, irritée. Qu’on mène à coup de caresses rageuses et de l’intérieur du pied. Et ses pieds sont intelligent, et ses genoux sont intelligents."

Timbre - Le timbre officiel de l'Euro 2016 de football en France.

En 2016 la France célèbre le football ce sport ancestral. A cette occasion la poste a émis un timbre qui est un petit concentré d’innovations : rond, il se découpe le long des 24 étoiles représentant les 24 équipes participantes. Sur ce timbre, un ballon en relief et une coupe en encre métallisée font ressortir les symboles de cette compétition sportive. Cerise sur le gâteau, le timbre a une dernière spécificité : il sent le gazon fraîchement coupé.

D’autres articles sur les timbres et le football : Les timbres messagers du football et Le Brésil et la Coupe du monde de Football.

Sources de l’article : Depuis Quand ? De A à Z. L’origine des objets, techniques, animaux et végétaux de notre quotidien (pierre Germa) et La fabuleuse histoire du football (J. PH. Rethacker, Jacques Thibert)




Commentaires

Colombes la carte

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


Brèves

25 février - C’est arrivé un 25 février.

Une scène d’anthologie se déroule le soir du 25 février 1964 sur le ring du Miami Beach Convention (...)

24 février - C’est arrivé un 24 février.

Le 24 février 1896 le physicien Henri Becquerel constate lors de ses recherches sur la (...)

23 février - C’est arrivé un 23 février.

Apparu à la Renaissance, l’imprimerie serait la plus grande invention de tous les temps mais (...)

14 février - C’est arrivé un 14 février.

Le capitaine anglais James Cook fut le premier des navigateurs scientifiques modernes. Ce fils (...)

13 février - C’est arrivé un 13 février.

À l’angle du boulevard de Grenelle et de la rue Nélaton se trouvait le Vélodrome d’Hiver, le fameux (...)

6 février - C’est arrivé un 6 février.

Le 6 février 1958, l’équipe de foot de Manchester disparaît dans un tragique accident aérien. Les (...)

1er février - C’est arrivé un 1er février.

Le 20 avril 1792, la France révolutionnaire déclare la guerre au roi d’Autriche. L’enthousiasme (...)

31 janvier - C’est arrivé un 31 janvier.

Tout commence le 4 octobre 1957 avec l’envoi de Spoutnik 1 dans l’espace par les Soviétiques. (...)

24 janvier - C’est arrivé un 25 janvier.

Célèbre grâce aux œuvres de science-fiction, la planète Mars fut repérée très tôt dans le ciel par (...)

23 janvier - C’est arrivé un 23 janvier.

En - 58 av. J.-C, Jules César voulant acquérir une gloire supérieure à son rival, Pompée , décide (...)

8 décembre 2016 - C’est arrivé un 8 décembre.

En 1168 à Fourvière, colline dominant la rive droite de la Saône à Lyon une église dédiée à la (...)

4 décembre 2016 - C’est arrivé un 4 décembre.

Le 4 décembre 1872 le navire la Mary céleste est découvert dérivant au large des Açores toutes (...)

3 décembre 2016 - C’est arrivé un 3 décembre.

23 janvier 1964 le docteur James Hardie implante un cœur de chimpanzé chez un homme de 68 ans (...)

2 décembre 2016 - C’est arrivé un 2 décembre.

L’homme rase depuis la nuit des temps la pilosité de son visage . Celui de la préhistoire s’est (...)

1er décembre 2016 - C’est arrivé un 1er décembre.

Le 24 novembre 1956 s’ouvre à Melbourne la XVIe olympiade. Ce sont les premiers Jeux dans (...)