1er février 1879 - La Marseillaise devient l’hymne national de la République.

mercredi 1er février

Le 20 avril 1792, la France révolutionnaire déclare la guerre au roi d’Autriche. L’enthousiasme s’exprime par des Chants martiaux mais aucun n’est commun à tous les régiments et adapté à cette situation. Au cours d’un banquet d’officier, le maire de Strasbourg, Dietrich, regrette cette absence devant un jeune capitaine du génie, Claude Joseph Rouget de Lisle alors en garnison dans la ville. Poète et musicien Rouget de Lisle compose dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 la musique et les paroles de ce qu’il appelle le “chant de guerre pour l’armée du Rhin”.

Timbre - Rouget de Lisle chantant la Marseillaise.

Les paroles du chant de Rouget de Lisle sont largement inspiré des discours patriotique et des proclamations affichés sur les murs de la ville : citoyens... aux armes... marchons... formant des bataillons... contre la tyrannie des rois... Patrie...correspondaient exactement à ce que ressentait les citoyens français de 1792. Bien qu’adhérant aux idées nouvelles, Rouget de Lisle reste attaché "à la Nation, à la Loi et au Roi" sera incarcéré durant la terreur.

Timbre - Rouget de Lisle 1760-1836.

Le 21 juin François Mireur, un jeune médecin engagé volontaire dans le bataillon de l’Hérault est délégué à Marseille pour organiser le départ sur Paris de 2 contingents : celui de Montpellier et celui de Marseille. Dans un local de la rue Thubaneau à Marseille, Mireur enthousiasme son auditoire par le lyrisme patriotique de son discours, puis il chante cette chanson de Rouget de Lisle, encore inconnue, avec tant de flamme qu’elle sera adopté par le bataillon des Marseillais comme Chant de Marche. Cette musique militaire entraînante eut un succès immédiat auprès des citoyens-soldats venant de la France entière.

Timbre - La Marseillaise ou Le départ des volontaires en 1792.

"Le Départ des volontaires ou la Marseillaise, décoration pour l’Arc de triomphe de l’Etoile à Paris par François Rude (1835-1836), 1835. Paris, musée Carnavalet.

Timbres - La marseillaise et Rouget de Lisle.

C’est un régiment de Marseillais qui, le premier, entra dans la capitale en chantant l’œuvre de Rouget de Lisle. La population de la capitale a vite fait de la surnommer “marche des Marseillais”, puis, plus brièvement, “La Marseillaise”. Promoteur de notre hymne national, François Mireur deviendra général et mourra assassiné en 1798 au cours de l’expédition d’Égypte.

Timbre - Les paroles de la Marseillaise.

Le 21 juin 1792 Mireur n’avait chanté que six couplets de la future Marseillaise. En effet, l’abbé Pessonneaux, un prêtre jureur qui enseignait dans un collège de Vienne, en Isère, devait en ajouter un septième dès juillet 1792, qui allait passer à la postérité ; c’est le fameux couplet des Enfants : “ nous entrerons dans la carrière…” Cette année là, François-Joseph Gossec orchestre la Marseillaise et l’intègre à “Offrande à la liberté“. Elle fut jouée dans divers théâtres avec un tel succès qu’elle fut choisie par la Convention en 1793 comme hymne officiel, la Convention thermidorienne la décréta "chant national" de la France le 14 juillet 1795 (26 messidor an III). Banni sous l’Empire et la restauration, on entendit de nouveau “La Marseillaise” lors des journées révolutionnaires de 1830. Elle ne redevint hymne national qu’avec le triomphe définitif de la République en 1879. Le 1er février 1879 la Marseillaise est choisie par l’Assemblée Nationale puis il devient hymne national français par décret le 14 février 1879.

Timbres - Les symboles de la République Française.

La Marseillaise est l’hymne national de la France et fait partie des symboles de la République Française. Le drapeau tricolore, Marianne ou encore la devise Liberté, Égalité, Fraternité sont les autres emblèmes nationaux qui permettent d’appréhender les valeurs et les principes républicains inscrits dans la Constitution française.





Toutes les brèves du site

  • dimanche 12 novembre 2017
    C’est arrivé un 12 novembre.

    L’histoire de l’anesthésie est très ancienne. Il est d’ailleurs raconté dans la bible que Dieu a profondément endormi Adam avant de lui ôter la côte dont Eve a été faite, accomplissant ainsi la première opération sous anesthésie. Durant des siècles, les médecins ont, selon les civilisations, eu recours à des anesthésiques dérivés de l’opium et de l’alcool.
    En mésopotamie le pavot fut cultivé pour ses propriétés somnifères ; Egypte, grèce, Rome utiliseront la mandragore et l’opium, et Galien écrira au IIème Siècle, un éloge de l’opium dans lequel il exaltera les vertus médicamenteuse de (...)

  • mardi 17 octobre 2017
    C’est arrivé un 18 octobre.

    L’Alaska, ce vaste territoire situé au nord-ouest du Canada et aujourd’hui le plus grand des États américain fut autrefois… Russe. Les Russes créèrent en effet la première colonie russe d’Amérique en 1784 dans cette contrée riche en loutres, convoitées pour leurs fourrures (l’or poilu) et en défenses de morses qui étaient aussi précieuses que l’ivoire. Le nom Alaska est d’ailleurs d’origine russe (Аляска), dérivé du mot du dialecte aléoute (des îles Aléoutiennes) "alaxsxaq" ou "Alyeska" il signifie "le continent", ou plus littéralement : "la grande terre".
    La découverte de l’Alaska est due (...)

  • mardi 10 octobre 2017
    C’est arrivé un 10 octobre.

    Les premières études et les travaux préliminaires sur le canal de Panama furent entrepris par deux compagnies françaises. La première fut fondée en 1881 par l’ingénieur français Ferdinand de Lesseps responsable du percement du prestigieux Canal de Suez. Auréolé du prestige de ses précédents travaux, il se lance dans cette aventure pharaonique aux côtés de Gustave Eiffel, sous l’égide de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama en 1882. La seconde fut créée en 1893, mais par manque de moyens logistiques et à cause des nombreuses épidémies qui décimèrent les (...)

  • mercredi 4 octobre 2017
    C’est arrivé un 4 octobre.

    En 1855, Brame et Flachat déposent un projet de chemin de fer souterrain reliant les Halles de Paris à la petite ceinture, alors en construction. Mais ce projet fut abandonné pour des motifs financiers, et c’est à Londres que s’ouvrit en 1863, la première ligne de transport souterrain à vapeur, la Metropolitan Line, entre Farrington Street et Bishop’s read, à Paddington. Puis en 1878, c’est l’inauguration à New-York de l’Elevated Metropolitan railway dont les wagons étaient tirés, sur un parcours découvert par de petites locomotives à vapeur. C’est encore à Londres que (...)

  • mardi 3 octobre 2017
    C’est arrivé un 3 octobre.

    Tout le monde ou presque connaît aujourd’hui l’histoire tragique du Titanic : le 15 avril 1912, le plus grand des paquebots alors en pleine traversée de l’Atlantique nord heurte un iceberg et coule en moins de trois heures dans les eaux glacés avec à son bord 2223 passagers faisant 1517 victimes. Avant que ce navire réputé "’insubmersible" ne disparaisse dans les profondeurs de l’océan, son opérateur radio, Jack Phillips aura le temps de demander de l’aide avec ce signal en morse : …---… Ce signal connu de tous, est bien évidemment celui de l’appel de détresse “SOS”.
    Mais quel (...)

  • lundi 2 octobre 2017
    C’est arrivé un 2 octobre.

    Né en 1491 à Saint-Malo, Jacques Cartier a été au contact de la mer dès son plus jeune âge. Confronté au rigueur de la pêche dans les eaux froide de Terre-neuve, il devint vite un navigateur réputé. Chargé par François 1er en 1532 de trouver une route maritime vers l’Asie par le nord-ouest, mais aussi de découvrir des métaux précieux dont le trésor royal avait tant besoin, Jacques Cartier atteignit Terre-Neuve et la côte du Labrador lors de son premier voyage en 1534. Le 7 juillet le navigateur français et son équipage entreront en contact, pour la première fois, avec des (...)

  • lundi 18 septembre 2017
    Les sapeurs-pompiers de Paris sont créés.

    Le 1er juillet 1810, pour célébrer le récent mariage de Napoléon et de Marie-Louise de Habsbourg l’ambassadeur d’Autriche, le prince Karl von Schwarzenberg organise à Paris une soirée à l’ambassade d’Autriche. Quarante-huit heures avant l’événement, le chef du service des gardes-pompes, le colonel Ledoux est prévenu et passe sur les lieux faire son inspection de sécurité. Il décide d’y poster, deux sous-officiers, quatre garde-pompes et deux pompes à bras. Dès 20 heures, le soir du bal des milliers invités emplissent la salle et les jardins. Peu après 22 heures, Napoléon et (...)

  • mardi 15 août 2017
    15 août 1944 - Débarquement en Provence.

    Pendant que le débarquement de Normandie s’achève et pour accélérer la Libération de la France une autre opération d’envergure est lancée dans le sud de la France sur les côtes de Provence pour prendre les Allemands en tenaille avec les troupes de Normandie. Le 15 août 1944 le débarquement allié en Provence commence : c’est le début de l’opération Anvil Dragoon. Ce second débarquement est fort de 3 divisions américaines et 7 françaises, soit 250000 hommes au total. Les 15 et 16 août 1944 les Américains et l’armée française du général de Lattre de Tassigny débarquent entre Cavalaire (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    1 août 1785 - Lapérousse embarque pour un tour du monde.

    En France, Louis XVI n’en peut plus du retard pris sur les autres puissances européennes. En ce siècle des Lumières, l’Angleterre et la France se livrent une âpre concurrence sur les mers du monde. Le roi de France commande donc au chevalier de Fleurieu, directeur des ports et arsenaux, "la plus illustre expédition naval jamais projetée en France". A sa tête, un officier bourlingueur qui s’est illustré, en plusieurs occasions, contre les britanniques : Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse. Le nom de La Pérouse restera attaché à l’une des plus mythiques expéditions (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    31 juillet 1914 : Assassinat de Jean Jaurès

    Pendant la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jaurès a tenté, d’abord à la chambre des députés puis au ministère des Affaires étrangères, de stopper le déclenchement des hostilités et repousser le spectre de la guerre imminente. A la fin de l’après-midi, il se rend à son journal, l’Humanité, journal qu’il a fondé dix ans plus tôt pour rédiger un éditorial qu’il conçoit comme un nouveau "J’accuse" visant à empêcher la Première Guerre mondiale et qui doit paraître le lendemain. Avant la nuit de travail qui s’annonce, il descend avec ses collaborateurs, Jean Longuet et Pierre Renaudel dîner (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.