C’est arrivé un 5 janvier.

samedi 5 janvier

Parmi les fabuleux travaux entrepris par Haussmann dans sa conception du nouveau Paris au 19e siècle, la place de l’Opéra est une des créations les plus importantes de la Capitale vers laquelle convergent de grandes artères et les Grands Boulevards. C’est dans ce quartier, qui connaît une vogue extraordinaire, que l’on décide de construire le nouvel Opéra de Paris. Napoléon III disait qu’il voulait faire de sa capitale “la plus belle de l’univers”. Bien qu’à cette époque l’urbanisme connaisse une vitalité étonnante, peu d’édifices dans ce nouveau Paris retiennent l’attention ; en effet, il n’y a pas véritablement de créations originales, d’inventions et de sensibilité dans l’architecture. Cependant, l’Opéra, lui, se démarque du reste car il est le monument qui reflète avec le plus d’éclat le règne de Napoléon III.

Après l’incendie de la salle du Palais-Royal en 1781, l’Opéra de Paris se déplaça de théâtre en théâtre, qui pour la plupart avaient tous brûlés, sans que les projets de reconstruction aboutissent jamais et c’est pour remplacer l’opéra de la salle de la rue Le Pelletier où Napoléon III échappa de peu à l’attentat perpétré par Orsini au sortir de celle-ci qu’un décret est votée en 1860 pour la construction d’une nouvelle “Académie Impériale de Musique et de Danse” dans un espace dégagé et sûr. Napoléon III et Haussmann, alors préfet de la Seine ouvrent un concours et 171 architectes déposent leurs projets.

Bien que l’Impératrice ait une grande admiration pour Viollet le Duc ce n’est pas lui qui sera le lauréat, mais un jeune architecte inconnu de 35 ans et grand prix de Rome(en 1848) : Charles Garnier. On raconte qu’à la vue de la maquette, l’Impératrice Eugénie s’écria : “quel affreux canard ! Cela n’a pas de style, ce n’est ni grec ni romain !” A quoi Garnier à habilement répliqué : “ C’est du style Napoléon III, Madame”. Au fil des ans, l’Opéra Garnier est devenu, avec la Tour Eiffel, l’un des symboles de Paris.

Quand la première pierre est posé en 1862, très vite les travaux sont ralentis par la présence d’une nappe d’eau souterraine qui faut aspirer, 6 mois durant, à l’aide de 8 pompes à vapeur. Il s’agit là du lit préhistorique de la Seine. Afin de soutenir l’édifice, on est obligé d’aménager en profondeur une cuve voûté en berceau étanche en béton, ciment, briques et bitume. Le lac souterrain qui, aujourd’hui encore, se trouve sous les fondations, a inspiré Gaston Leroux dans son film de 1943 le ” Fantôme de l’Opéra” où l’on voyait ce dernier déambuler dans ce mystérieux endroit. La construction ne sera pas de tout repos. Les budgets alloués changent sans arrêt et les aléas de la vie politique de l’époque ralentissent le projet. A la chute de l’Empire (1870), le chantier est interrompu et les salles servent d’entrepôts pour 4500 tonnes de vivres, puis sous la Commune on en fera une prison.

Apollon et sa lyre, entouré par la Poésie et l’Harmonie, domine avec majesté l’Opéra Garnier depuis son inauguration en 1875.

L’opéra de Paris est inauguré sous la nouvelle République le 5 janvier 1875 (Napoléon III qui est mort depuis 2 ans ne verra jamais l’Opéra qu’il avait commandé) par Mac Mahon, du jeune Alphonse II d’Espagne, accompagné de sa mère, la Reine Isabelle, du Lord-maire de Londres et du Bourgmestre d’Amsterdam. La salle est comble et tout ce qui compte de la haute société de l’époque est présente, autour du président Mac-Mahon. Il faut dire qu’en cette fin de XIXe, l’opéra n’est pas uniquement une salle de spectacle, c’est aussi le lieu des mondanités. Au programme de cette inauguration figurent non pas une seule et unique pièce, mais des extraits variés, afin de présenter un large échantillon d’œuvres musicales. Ainsi se réalise, après 14 années de travail, le rêve de l’architecte Charles Garnier. L’histoire retiendra que Charles Garnier n’étant pas invité à l’inauguration car coupable d’avoir servi l’Empire devra payer sa place dans une loge de seconde classe… Le public quant à lui, ne s’y est pas trompé et lui a réservé une standing ovation.

Léon Bailby (1867-1954) fondateur du journal “Le Jour”créé en 1918 le Bal des Petits Lits blancs, bal donné tous les ans à l’Opéra de Paris au profit des enfants tuberculeux. On peut voir sur ce timbre le Grand escalier de l’Opéra Garnier.

Les dimensions de l’Opéra sont impressionnantes avec 172 m de côté et 101 m de large ; le tout couvrant plus de 11000 mètres carrés et comportant 6319 marches à travers ses nombreux sous-sols et dédales de couloir. Somptueux et propice au grand déploiement mondains, l’intérieur de l’Opéra Garnier sacrifie à la polychromie des marbres. Depuis le grand escalier d’honneur, encadré de femmes porteuses de torchères à Carrier-Beulleuse, deux volées divergentes mènent à la galerie du Grand Foyer. Conçu par Garnier pour être le salon du Tout Paris, celui-là ouvre sur la loggia extérieure, ses deux extrémités étant occupées par le salon de la Lune et du soleil.

La salle de spectacle rouge et or de dimension relativement réduite peut accueillir 2130 spectateurs et reflète le style impérial avec ses cinq étages de loges qui encadrent une scène à l’italienne, les colonnes en échaillon poli (roche fine de l’Isère), et son extraordinaire lustre qui pèse 6 tonnes. N’ayez crainte : il semble bien accroché, depuis le jour où il est tombé sur les spectateurs, en 1896, lors d’une représentation de Faust. Le plafond de l’imposante salle de spectacle, peint par Lenepveu fut recouvert en 1964 d’un décor peint par Chagall qui évoque des opéras et des ballets célèbres à la demande d’André Malraux.

Merveille d’architecture théâtrale du XIXème siècle, le Palais Garnier (ou Opéra Garnier), construit par Charles Garnier et inauguré en 1875, est la treizième salle d’opéra à Paris depuis la fondation de cette institution par Louis XIV en 1669. Ce chef-d’œuvre architectural, à la fois théâtre et musée, est classé monument historique depuis 1923.





Toutes les brèves du site

  • samedi 11 mars 2017
    11 mars 1669 - La plus célèbre des éruptions historiques de l’Etna.

    La plus célèbre des éruptions historiques de l’Etna s’est produite du 11 mars au 11 juillet 1669. "Le 25 février (écrit un contemporain) on commença à ressentir quelques secousses de tremblement de terre, qui allèrent en augmentant de jour en jour au point d’ébranler les maisons. Chacun prit peur et se mit à résider en plein air. Le 8 mars, il se produisit une secousse si violente que le bourg de Nicolosi fut ébranlé de part en part. Le 11 mars, à 22 heures (soit environ 16h), vint un tremblement de terre si fort que presque tous tombèrent à terre, et on entendit une très forte (...)

  • jeudi 9 mars 2017
    9 mars 1959 - Naissance de la première poupée Barbie à New-york.

    9 mars 1959, la célèbre poupée Barbie entre en scène. La société Mattel lance sa célèbre poupée au salon du jouet de New-York. Le succès sera foudroyant. Une poupée blonde de 29cm de long, à la taille de guêpe, aux hanches étroites et à la poitrine généreuse, vêtue d’un maillot de bain zébré noir et blanc et vendue avec quelques accessoires trône sur le stand de Mattel. Il s’agit de la poupée Barbie, diminutif de Barbara, fille de Ruth Handler. La première Barbie a des allures de pin-up avec se cheveux blonds platine et est loin de symboliser l’image de la femme au foyer. Avec sa (...)

  • dimanche 26 février 2017
    26 février 1806 - Début de la construction de l’Arc de Triomphe.

    En haut des Champs-Élysées, au sommet de la colline de Chaillot, se trouve la place de l’Étoile Charles de Gaulle, d’où partent, comme des rayons, douze artères. Isolé au milieu de la place se tient la masse imposante et majestueuse de l’Arc de Triomphe. Le 26 février 1806 l’architecte français Chalgrin débute les travaux de l’Arc de Triomphe de l’Étoile à Paris suivant le désir de Napoléon, qui voulait dédié ce monument parisien à la Grande Armée mais aussi “nourrir pendant 10 ans la sculpture française”. Le site de la butte de l’Étoile, alors situé dans la campagne fut retenu : de (...)

  • samedi 25 février 2017
    25 février 1964 - Naissance d’une légende de la boxe : Cassius Clay.

    Une scène d’anthologie se déroule le soir du 25 février 1964 sur le ring du Miami Beach Convention Center. Un jeune boxeur de 22 ans Cassius Clay affronte le champion du monde de boxe poids-lourd Sonny Liston. Clay et pourtant loin d’être favori : à l’époque, Liston est d’ailleurs donné gagnant à 7 contre 1. Mais le tenant du titre Sonny Liston, peut-être déconcerté par les nombreuses provocations de Clay avant le combat, se fait surprendre par sa vitesse et son jeu de jambes. Au 7ème round Cassius Clay bat par KO le champion du monde des poids lourds en titre. Le jeune boxeur (...)

  • vendredi 24 février 2017
    24 février 1896 - Découverte de la radioactivité naturelle par Henri Becquerel.

    Le 24 février 1896 le physicien Henri Becquerel constate lors de ses recherches sur la fluorescence des sels d’uranium dans un laboratoire au Muséum d’histoire naturelle à Paris un phénomène physique non observé jusque là : à la manière des rayons X découverts l’année précédente par Wilhelm Röngten un physicien allemand, des sels d’uranium avaient la propriété d’impressionner une plaque photographique au travers d’un papier opaque. La radioactivité naturelle est découverte.
    Quelle ne fut pas sa surprise lorsque deux mois plus tard en mars 1896 et pour confirmer sa première expérience, (...)

  • jeudi 23 février 2017
    23 février 1455 - Première impression de la Bible de Gutenberg.

    Apparu à la Renaissance, l’imprimerie serait la plus grande invention de tous les temps mais contrairement à une idée reçue, Gutenberg n’a pas inventé l’imprimerie il a juste trouver le moyen d’accélérer sa vitesse de reproduction. L’amélioration est simple mais révolutionnaire ! Il remplace tout d’abord les caractères en bois par des caractères métalliques mobile plus solides et invente ensuite la presse à imprimer. Son avantage : elle permet d’imprimer très rapidement un grand nombre de pages ; cette presse à bras est inspirée des pressoirs des vignerons. Le premier livre à être (...)

  • mardi 14 février 2017
    14 février 1779 - Mort tragique du Capitaine James Cook à Hawaï.

    Le capitaine anglais James Cook fut le premier des navigateurs scientifiques modernes. Ce fils de paysan du Yorkshire s’engagea comme mousse sur des navires de pêcheurs et acquis seul les notions fondamentales de mathématiques et d’astrologie. Entré dans la marine royale en 1755 il participa à la prise de Québec (1759) et réalisa le levé hydrographique du Saint-Laurent puis des côtes de l’île de Terre-Neuve complétant ainsi sa formation scientifique. James Cook exécutera ensuite sur l’ordre du gouvernement anglais trois voyages d’exploration autour du monde.
    Navigateur et (...)

  • lundi 13 février 2017
    13 février 1910 - Inauguration du vélodrome Vel d’Hiv.

    À l’angle du boulevard de Grenelle et de la rue Nélaton se trouvait le Vélodrome d’Hiver, le fameux “Vél’ d’Hiv’” si populaire entre les deux guerres. Il fut édifié pour remplacer l’ancien vélodrome de Grenelle qui se trouvait dans la Galerie des machines (vestige de l’expo universelle de 1889) qui allait être détruit pour dégager la perspective vers le Champ de Mars. Ce Palais des sports pouvant accueillir 17000 spectateurs sur ses gradins de brique et de béton construits autour d’une piste en bois de sapin longue de 250 mètres contournant une pelouse central était d’une taille (...)

  • lundi 6 février 2017
    6 février 1958 , un tragique accident d’avion décime l’équipe de Manchester.

    Le 6 février 1958, l’équipe de foot de Manchester disparaît dans un tragique accident aérien. Les joueurs de Manchester United emmenés par Matt Busby, leur manager reviennent victorieux de Yougoslavie où ils se sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe d’Europe sous l’impulsion du magnifique Duncan Edwards grâce à un match nul 3-3 lors d’un très grand match face à l’Etoile Rouge de Belgrade. L’avion, un Airspeed AS.57 Ambassador de la British Airways qui ramène l’équipe et les dirigeants ne permet pas un vol direct jusqu’à Manchester et fait alors escale à Munich pour (...)

  • mercredi 1er février 2017
    1er février 1879 - La Marseillaise devient l’hymne national de la République.

    Le 20 avril 1792, la France révolutionnaire déclare la guerre au roi d’Autriche. L’enthousiasme s’exprime par des Chants martiaux mais aucun n’est commun à tous les régiments et adapté à cette situation. Au cours d’un banquet d’officier, le maire de Strasbourg, Dietrich, regrette cette absence devant un jeune capitaine du génie, Claude Joseph Rouget de Lisle alors en garnison dans la ville. Poète et musicien Rouget de Lisle compose dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 la musique et les paroles de ce qu’il appelle le “chant de guerre pour l’armée du Rhin”.
    Les paroles du chant (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.