C’est arrivé un 27 mars.

mercredi 27 mars

Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis longiligne du fleuve traversant le désert attire un peuple qui fait éclore, en l’espace de quelques générations, une civilisation extraordinairement avancée et complexe. Pour le réaliser, tout les maîtres du pays ont concentrés leurs efforts sur la Nubie, région frontalière où les eaux du fleuve devaient franchir de longs passages rocheux, les fameuses cataractes. Il y a 39 siècles déjà, les ingénieurs des pharaons tentaient d’exploiter les crues du Nil grâce à une retenue bâtie à Semna, près de la deuxième cataracte. Bien après eux, au début du XXème siècle, les britanniques érigèrent en 1902 un barrage au Sud d’Assouan près de la première cataracte. Pour le président Nasser, arrivé au pouvoir en 1952, l’essor économique de l’Egypte devait passer par la maîtrise totale des eaux du Nil.

Timbre - Le Nil, Fleuve Mythique traversant l'Egypte.

Sa solution : la construction un peu en amont d’un nouveau barrage à Assouan, plus grand et plus haut que le précédent. Afin de financer cette gigantesque digue de 111 mètres de hauteur et de 3,6 kilomètres de longueur qui nécessitera seize fois plus de matériaux que la grande pyramide, Nasser choisit alors de nationaliser le canal de Suez alors sous contrôle européen. Cette nationalisation dont l’objectif était de financer le barrage par les revenus tirés du passage des pétroliers donnera lieu à la Crise du canal de Suez. En pleine guerre froide et afin de construire cet ouvrage colossal les égyptiens devront donc se tourner vers l’aide financière et technique de l’Urss.

Timbre - Le Haut Barrage d'Assouan.

Le 27 mars 1948, le roi Farouk pose la première pierre pour la construction du haut barrage d’Assouan destiné à protéger les populations alentours des crues du Nil, en Egypte. La construction du barrage d’Assouan ou Sadd el-Ali, de son nom égyptien ne démarrera finalement qu’en 1960 pour des travaux qui dureront 11 ans. On parle en Égypte du haut barrage (Aswan High Dam), car à Assouan il existait déjà un barrage achevé en 1902 (Old Aswan Dam ou Aswan Low Dam) et surélevé en 1933, à l’époque de la domination britannique qui s’était imposée en 1882. Ces deux barrages ont irrémédiablement modifié la topographie de cette région, berceau de la culture nubienne. Le haut barrage sera inauguré le 15 janvier 1971, par le président égyptien Anouar al-Sadate et le président soviétique Nikolaï Viktorovitch Podgorny. Quant à l’ancien barrage sont utilité est aujourd’hui réduite à la production d’électricité et à la régulation du “haut barrage” lors des périodes de fortes crues.

Timbres - le Nil et le Grand barrage d'Assouan, en Égypte.

La chose n’avait pas échappé à l’oeil averti d’Hérodote : L’Egypte est un don du Nil, écrivait l’historien grec il y a 2500 ans. Sans ses eaux providentielles, l’Egypte des pharaons n’aurait probablement jamais vu le jour. Elle n’aurait assurément pas eu le rayonnement qu’on lui connaît. Car le fleuve est bien plus qu’une voie de communication, un lieu de déplacement et d’échanges, il est aussi une ressource en eau vitale dans cette région aride, peu propice à la vie. Avec la construction de cet ouvrage pharaonique qu’est le grand barrage d’Assouan, l’Égypte à gagné une protection totale contre les humeurs inégales du Nil, ses crues parfois meurtrières et les dramatiques années de sécheresse. La fabuleuse réserve d’eau créée (165 milliards de mètres cubes), soit l’équivalent de deux crues du Nil doit lui permettre l’irrigation massive des terres agricoles et une production d’énergie électrique couvrant un quart de la consommation nationale. Mais ce rêve à un prix. La construction du haut barrage va entraîner la formation d’un immense lac de retenue, long de 500 kilomètres et à 183 mètres au-dessus du niveau de la mer. En Egypte comme au Soudan des centaines de villages seront engloutis sous les eaux, obligeant 90 000 personnes à quitter leurs terres. Le projet signera aussi la perte définitive de nombreux sites archéologiques Nubiens, jusqu’à la deuxième cataracte.

 Timbres - L'Egypte et le haut-barrage d'Assouan sur le Nil.

Tout sépare le Nil des autres fleuves et le rend si singulier : son orientation méridienne, son débit plutôt faible à l’embouchure égale celui du Rhône malgré son long cours (plus de 6000km) et surtout, son parcours accidenté à nul autre pareil. Né à plus de 1000 mètres d’altitude dans les forêts luxuriantes du Rwanda, le petit ruisseau qu’il est alors va grossir et recevoir un confluent venu d’Ethiopie, avant de parcourir l’Égypte. C’est de par de multiples soubresauts entre chutes, hauts plateaux, plaines marécageuses, sans compter le désert, qu’il entame son interminable descente vers la mer.

Timbres - Le Barrage d'Assouan un atout économique pour l'Egypte.

Aujourd’hui les nombreux barrages construits sur le Nil apportent un profond changement dans le paysage et l’environnement. Ces constructions ont certes permis de développer de nouveaux espaces cultivables et d’allonger le calendrier agricole, mais elles ont des effets secondaires. Le débit du Nil s’en trouve ainsi affecté et de gros volumes d’eau stocké dans les réservoirs s’évaporent : de 10 à 16 km cube d’eau s’évaporent chaque année au niveau du lac Nasser, en amont du barrage d’Assouan, soit le quart du volume qui y arrive. Les barrages sont aussi de formidables pièges à sédiments et nutriments qui s’accumulent dans les réservoirs diminuant ainsi leurs capacités de stockages et les rives du fleuve et du delta ne sont plus fertilisés par le limon noir arrachés aux hautes-terres éthiopiennes durant la saison des pluies. Le Delta qui est ainsi moins alimenté, régresse. Les côtes reculent en moyenne de 5 à 8 mètres par an, voire de plusieurs dizaines de mètres localement Plus inquiétant encore, les faibles apports sédimentaires ne parviennent plus à compenser la montée du niveau de la mer due au réchauffement climatique et de nombreuses régions côtières pourraient disparaître à l’échelle de quelques décennies.

Timbres - La sauvegarde des monuments de Nubie. Timbres - Le sauvetage des monuments de Nubie par l'Unesco.

Le 8 mars 1960, trois mois après le début du chantier l’Unesco lançait un appel international pour sauver les temples de Nubie, menacés d’êtres engloutis sous les eaux du haut barrage d’Assouan, assorti d’une campagne de souscription. Or, ces temples, qui furent taillés par la main de l’homme dans une montagne de grès dur, 13 siècles avant J.-C. appartiennent aux grands triomphes architecturaux de l’art pharaonique. En pleine guerre froide, plus de 50 pays répondent “présents” et 26 millions de dollars US sont récoltés.

Timbres - Temple de Philae (ou le temple d'Isis).

La logique de protection était double : il s’agissait d’une part d’effectuer ce qui ne s’appelait pas encore des “fouilles de sauvetage” sur des dizaines de sites archéologiques qui seraient engloutis sous les eaux du Nil et dont le potentiel scientifique allait être perdu ; d’autre part, de démonter et déplacer vingt et un monuments, dont six jugés majeurs : Philæ, Kalabcha, Ouadi es-Seboua, Dakka, Derr et le fameux sanctuaire de Ramsès II à Abou-Simbel. Le lac Nasser, né des eaux du hauts barrage, devait mettre quatre ans à se remplir. C’est donc une véritable course contre la montre qui s’engageait. Une liste de 22 temples à sauver est établi : tous resteront en Nubie, mais ils seront démontés et déplacés sur des sites plus élevés, à l’abri des eaux, en respectant leur orientation d’origine par rapport au soleil et au cours du fleuve.

Timbres - Le temple de Philae. Timbres - Le temple d'Isis à Philæ sauvé des eaux

En amont de la cataracte, l’île de Philae fut l’un des sanctuaires les plus importants de l’époque des Ptolémées (330-30 av JC.) On y célébrait le culte d’Isis jusqu’au milieu du IVème siècle après JC. Tout comme le temple de Dendara consacré à la déesse Hathor, la construction du temple de Philae a débuté sous le règne de Nectanébo 1er (378-361), pour s’achever sous la domination romaine. Le temple fut sauvé des eaux lors de la construction du barrage d’Assouan. Entre 1972 et 1980, ses ruines furent démontées pierre par pierre et transplantées 20 m plus haut sur l’île voisine d’Agilkia. Impressionnant temple de Ramsès III, dernier grand roi du Nouvel Empire, ses hautes colonnes qui émergent parmi la végétation de l’île sont décorés des offrandes faites par le roi aux divinités. Il demeure aujourd’hui le temple le mieux conservé d’Égypte.

Timbre - Le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel. Timbres - En Egypte, Ramsès II sauvé des eaux par l'Unesco

Voués aussi bien au culte d’Amon qu’à la déification de Ramsès II et de sa femme Néfertari le Grand et le Petit Temple d’Abou Simbel étaient selon certains égyptologues destinés à apaiser les débordements du fleuve. L’un des colosses royaux mesure 16 coudées, la hauteur idéale d’une crue selon les textes anciens. Menacé par la construction du haut barrage d’Assouan il fut démonté pour pouvoir être sauvé des eaux et préservé. Son découpage spectaculaire en un puzzle géant de 1 050 blocs numérotés et sa reconstruction quelque 65 mètres plus haut, dans un site reconstitué pour l’accueillir en 1963, ont coûté 240 millions de dollars et mobilisé 3 000 personnes. Un travail colossal qui dura quatre ans. Mais le résultat est phénoménal. Il surplombe désormais le Lac Nasser.

Timbres - Le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel .

Construit il y a plus de 3 000 ans, sous le Nouvel Empire, à l’époque de la XIXème dynastie, le Grand Temple d’Abou Simbel est de dimensions colossales. Il a 33 mètres de haut, 38 mètres de large et plus de soixante mètres de profondeur. Les plans des temples avaient été tracés sous Séti Ier, mais ce fut Ramsès II qui les fit réaliser dans toute leur splendeur pendant son règne, qui dura 67 ans, de 1300 à 1233 avant JC. A la façade de ce véritable trésor de l’époque pharaonique sont adossées quatre statues colossales de Ramsès II. En plus des statues de Ramsès II et de sa famille, on retrouve les principaux dieux du panthéon égyptien, Amon, Horus, Osiris, Hathor, Maat.

Timbres - Les temples de Nubie : le grand temple d'Abou Simbel.

En Égypte comme au Soudan, les chantiers de fouilles ouvert pour ce sauvetage d’envergure ont livré une masse de documents et de renseignements de première importance sur les civilisations qui ont prospéré dans cette partie de la vallée du Nil, élargissant et parfois même renouvelant les connaissances acquises sur le passé lointain de la Nubie. Les trésors de la Nubie reposent désormais au Musée archéologique de Khartoum et au musée de la Nubie à Assouan. On y découvre notamment les pièces issues des fouilles du temple de Gerf Hussein, consacré à Ramsès II, et celui d’Abou Oda, construit par le roi Horemheb au XIVème siècle avant JC. qui n’ont pu être sauvés, pour des raisons techniques et financières. En gage de reconnaissance, le gouvernement égyptien donna quatre petits temples aux pays les plus actifs pendant les opérations de sauvetage : la chapelle d’Ellesiya à l’Italie (Musée égyptien de Turin), le temple de Debod à l’Espagne ( parc de Madrid), le temple de Dendour aux Etats-Unis(Metropolitan Museum de New-York), le temple de Reffa aux Pays-Bas (Rijskmuseum de Leyde). La porte ptolémaïque de Kalabcha et qui fut attribué à la RFA, se trouve désormais au musée de Berlin.





Toutes les brèves du site

  • jeudi 3 janvier 2019
    C’est arrivé un 3 janvier.

    C’est vers 422 que naît Geneviève, la sainte patronne de Paris mais aussi du diocèse de Nanterre et de la gendarmerie nationale française (Geno-Veifa, en germanique "née au sein d’une femme") sur le territoire des Parisiens, à l’ouest de Lutèce dans le village de Nanterre, au-dessus des rives de la Seine, dans la propriété de son père, un riche romain. La tradition qui en fait la fille d’une humble bergère fut forgé vers le 17e siècle. L’histoire est toute autre : son père, Severus ancien officier supérieur de l’armée romaine puis magistrat municipal parisien, et sa mère Gerontia, (...)

  • samedi 8 décembre 2018
    C’est arrivé un 9 décembre.

    Après l’échec de la restauration monarchique et la mise en place de la République en 1873, la question de la séparation des Églises et de l’État ne cesse de se poser. Les républicains au pouvoir craignent encore l’Église catholique, dont l’influence dans la société reste très importante. Fervents partisans de la laïcité et attachés à la science et au progrès, ceux-ci condamnent en effet l’influence néfaste de l’église qui est accusé d’entretenir l’obscurantisme des populations par l’intermédiaire des congrégations religieuses chargé d’enseignement. En 1879, Jules Ferry est nommé ministre (...)

  • jeudi 22 novembre 2018
    C’est arrivé un 22 novembre.

    C’était un vendredi 22 novembre ensoleillé peu après midi. Le cortège du président John Fitzgerald Kennedy faisait son entrée dans les rues de Dallas au Texas, sous les applaudissements de la foule. Le temps est si clément que le Président Kennedy circule en limousine Lincoln Continental cabriolet décapotable sans aucune vitre protectrice. Le président salue la foule en souriant depuis le siège arrière du véhicule. Son épouse Jacky, lumineuse dans son tailleur rose, est à ses côtés. Le convoi présidentiel descend la rue principale, prend à droite, puis s’engage à gauche dans une (...)

  • mercredi 21 novembre 2018
    C’est arrivé un 21 novembre.

    Au début du XVIIème siècle, l’Angleterre est divisée par des conflits politiques et religieux d’une grande violence. Trois églises se disputent alors les fidèles : Anglicane, Presbytérienne et Indépendantistes ou Séparatistes. Ces derniers veulent se séparer des 2 premières et quitter l’Angleterre. Victimes de discriminations et en désaccord avec l’Église protestante anglicane fondée en 1534 par le roi Henri VIII, ce groupe de protestants anglais nommé puritains s’installe alors à Leyde, aux Pays-Bas, fuyant les persécutions religieuses. Mais la trêve conclue en 1609 entre l’Espagne (...)

  • jeudi 11 octobre 2018
    C’est arrivé un 12 Octobre.

    Le 12 Octobre 1492, Christophe Colomb, cherchant un passage encore inconnu vers la Chine, découvre les Amériques. Son rôle dans l’Histoire fut immense. Il ouvre ainsi la voie à la conquête de tout l’hémisphère occidental et manque de fort peu la découverte du Pacifique en passant à l’endroit le plus étroit de la terre de Panama. Né à Gênes en 1451, Colomb vit dans une famille de tisserands, modeste mais ouverte sur le monde. Ses jeunes années seront ponctuées d’études maritimes et voyages en Méditerranée.
    Puis en 1476, il rejoint à Bartholomé, son frère cadet à Lisbonne, au (...)

  • lundi 27 août 2018
    C’est arrivé un 27 août.

    Le Krakatoa, Krakatau ou Gunung Krakatau en indonésien et en javanais, est un volcan gris de volcan de type explosif de la ceinture de feu du Pacifique. Après une période de sommeil de deux cents ans le volcan indonésien Krakatau situé dans le détroit de la Sonde, entre les îles de Java et Sumatra se réveille une première fois le 20 mai 1883 émettant de grands panaches de cendres et de vapeur accompagnés de forts grondements. S’ensuivit une pause de quelques semaines puis de nouvelles explosions se font entendre ; le 19 juin un nouveau petit cône commença à se former entre (...)

  • samedi 25 août 2018
    C’est arrivé un 25 août.

    Le 2 juillet 1270, la flotte royale de la huitième croisade quitte le port d’Aigues-Mortes pour l’Orient puis le 16 après une escale à Caligari en Sardaigne, entre dans la rade de Tunis, déserté par les marins qui ont abandonnés les galères sarrasines, et ses habitants qui ont fuit la ville. Malgré la fatigue engendré par une dysenterie le roi de France Louis IX tient à être le premier, pour la seconde fois (après la 7ème croisade 1248-1250), à poser le pied sur la terre d’Afrique. Le 18, Louis qui ne peut même plus tenir à cheval, débarque avec 6000 hommes dans la plaine à côté (...)

  • mercredi 22 août 2018
    C’est arrivé un 22 août.

    Le 22 août 1812, un jeune explorateur suisse de 28 ans, Johan Ludwig Burckhardt entre dans Pétra accompagné de son guide bédouin et habillé comme lui : pour des raison de sécurité, il se fait appeler Cheikh Ibrahim. Après des siècles d’oubli, la cité perdue, qu’il ne peut hélas vraiment explorer de peur d’être découvert revit pour l’Occident. Située à 250 km au sud de la capitale de Jordanie, Ammam, Pétra est une ancienne cité caravanière Edomite puis Nabatéene. Des peuples plutôt méconnus, mais dont parle la bible. Et ses mystères fascinent archéologues et artistes. En mai 1818, une (...)

  • mardi 21 août 2018
    C’est arrivé un 21 août.

    Depuis le début de l’année 1968, le nouveau premier secrétaire du Parti Communiste, Alexandre Dubček fraîchement élu président de la République socialiste tchécoslovaque (5 janvier 1968) et les communistes tchécoslovaques veulent instaurer un "socialisme à visage humain" qu’ils nomment "Printemps de Prague". Très rapidement, il prend ses distances avec Moscou et tente de concilier la direction communiste du pays avec le respect des libertés d’expression, d’association... Dubcek libéralise l’information, autorise l’existence d’autres partis limite les pouvoirs de la police...La (...)

  • lundi 20 août 2018
    C’est arrivé un 20 août.

    Chaque année, le paludisme, maladie parasitaire due à un protozoaire parasite de genre Plasmodium et transmis par la piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle, provoque dans le monde entre 400 et 450 millions de cas de maladie et entraîne le décès de plus 300000 enfants. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme. Connue en Europe par les médecins depuis l’Antiquité sous le nom de “fièvre intermittente” cette maladie fera des ravages durant longtemps et se diffusera ensuite aux Amériques avec le développement du commerce d’esclaves. Endémique au (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.