C’est arrivé un 2 octobre.

lundi 2 octobre 2017

Né en 1491 à Saint-Malo, Jacques Cartier a été au contact de la mer dès son plus jeune âge. Confronté au rigueur de la pêche dans les eaux froide de Terre-neuve, il devint vite un navigateur réputé. Chargé par François 1er en 1532 de trouver une route maritime vers l’Asie par le nord-ouest, mais aussi de découvrir des métaux précieux dont le trésor royal avait tant besoin, Jacques Cartier atteignit Terre-Neuve et la côte du Labrador lors de son premier voyage en 1534. Le 7 juillet le navigateur français et son équipage entreront en contact, pour la première fois, avec des autochtones de la tribu micmacs. Des relations de confiance s’établissent, ainsi qu’un système de troc. Parvenu à Gaspé (aujourd’hui port de Québec), il prend possession, au nom du roi, de ces terres en y dressant une croix de 30 pieds qui porte les armes de France. Le chef Iroquois Donnacona protestera vivement, mais Cartier s’empressera de le rassurer. Le temps se gâtant l’explorateur décidera de rentrer en France avec deux des fils du chef iroquois (Domagaya et Taignoagny) afin de les montrer à la cour de France. Cartier est de retour à Saint-Malo le 5 septembre 1534.

Timbres - Jacques Cartier navigateur et explorateur malouin. Timbre - L'exploration du Canada.

Cette première exploration est un succès et le navigateur reçoit une commission royale le 30 septembre pour poursuivre ses recherches. Les moyens qui sont alors mis a son disposition sont alors bien supérieurs à ceux de la première expédition : 112 hommes et trois navires, l’Emérillon, La Petite Hermine et la Grande Hermine (respectivement 40, 60 et 120 tonneaux.)

Timbre - Arrivé de Jacques Cartier au Québec en 1535. Timbres - Jacques Cartier 1491-1557.

Le 19 mai 1535, bateaux et équipages quittent la ville fortifié de Saint-Malo pour retrouver les terres qu’ils avaient laissés l’année précédente. A l’issue d’une traversée de 50 jours, ils font halte dans une baie que Cartier baptisera "Saint-Laurent". Les deux fils du chef iroquois parlent désormais français et indiquent le 13 août 1535 à Cartier l’embouchure du grand fleuve Hochelaga. Cartier exulte : il s’agit du passage qu’il recherchait tant. S’engageant alors sur une rivière fort profonde et rapide il atteint l’île d’Orléans la ou, lui dit t’on, "commence la terre et province du Canada". Il retrouvera le chef iroquois Donnacona dans un village du nom de Stadaconé. Cartier veut poursuivre son exploration mais le chef s’y oppose car il tient à garder le monopole du commerce sur le fleuve. Le Malouin décide de passer outre et de continuer l’exploration sans ses guides iroquois et avec un seul de ses navires, l’Emérillon.

Carte Maximum - Le navire la Grande Hermine.

Le 2 Octobre 1535, Cartier accompagné de mariniers et gentilshommes, atteint en Chaloupe Hochelaga, qui n’est alors qu’un village fortifié au pied d’une colline boisée qu’il baptise "Mont-Royal" où sera fondé Montréal le 17 mai 1642. Les rapides interdisant aux barques de remonter plus à l’intérieur, il décide alors de retourner à Stadaconé pour y passer l’hiver. Mais le scorbut et le froid décimeront alors ses hommes : 25 marins meurent et presque tous les autres tombent malades ; Seul dix resteront en bonne santé quand viendra le printemps. Cartier profitera de ces mois d’inactivité forcée pour enrichir ses connaissances sur les coutumes et les moeurs locales ainsi que sur le réseau fluvial de ce "royaume du Kanata". (actuel Québec). Il est de retour à Saint Malo le 16 juillet 1536.

Timbre - 450e anniversaire du Ier voyage de Jacques Cartier au Canada.

Après une troisième et dernière expédition il reviendra en france où il connaîtra une retraite paisible à Saint-Malo et en son manoir "Le Limoëlou" à Paramé. Jacques cartier n’avait certes pu réaliser certains de ses rêves comme trouver une nouvelle route pour la Chine ou découvrir de fabuleuses richesses ou encore de l’entreprise prématurée de la colonisation des rives du Saint-Laurent, mais ils ne faut pas oublier que ce grand explorateur démontra l’insularité de Terre-Neuve et fut le découvreur du canada.





Toutes les brèves du site

  • samedi 21 avril 2018
    C’est arrivé un 21 avril.

    Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin en 1848, il faudra attendre le 21 avril 1944 pour que le droit de soit accordé aux femmes. En 1944, le suffrage féminin est devenu une quasi-obligation : la France se doit de rattraper son grand retard vis-à-vis des autres pays européens. Elle sort de la seconde guerre mondiale et durant l’occupation de nombreuses femmes ont rejoint les rangs de la résistance. Cet engagement conduira la France libre du général de Gaulle à reconnaître l’égalité économique et politique des sexes : on (...)

  • lundi 19 février 2018
    C’est arrivé un 19 février.

    En octobre 1944, la flotte japonaise est anéanti à Leyte, aux larges des philippines. Mais alors qu’au début de l’année 1945, la victoire semble à portée de main en Europe, le conflit continue à faire rage dans le pacifique. Pour défaire le Japon, les Américains doivent s’emparer des îles d’Iwo Jima (“île au Souffre”, en japonais) et d’Okinawa situées à moins de 1200 km du Japon pour y installer leur aviation et soumettre le Japon à un bombardement systématique. Mais le commandement japonais a parfaitement pressenti les intentions américaines et dès l’été 1944 une part considérable (...)

  • lundi 12 février 2018
    C’est arrivé un 12 février.

    Après le traité de Paris de 1763, le roi Louis XV souhaite que la France participe aux grandes expéditions de découverte autour du globe afin de rattraper le retard pris sur les autres puissances européennes et découvrir dans l’hémisphère sud, cette "Terra Australis Incognita", nouveau continent septentrional plein de promesses. C’est Yves de Kerguelen-Tremarec qui partira à la recherche de cette « France australe » rêvée, dans un contexte de rivalité toujours présente avec l’Angleterre et son explorateur James Cook. Il prend la mer à Lorient le 1er mai 1771 et se rend à l’Île de (...)

  • dimanche 11 février 2018
    C’est arrivé un 11 février.

    Le 11 février 2016, le directeur du laboratoire LIGO annonce que pour la 1ère fois, une onde gravitationnelle, une "vibration de l’espace-temps" a été détectée : la théorie d’Einstein est confirmée. En 1915 naissait la théorie de la Relativité générale d’Einstein qui intégrant la gravitation à sa théorie de la Relativité restreinte, bouleversait notre vision de l’espace et du temps. Elle est née de la volontée d’Albert Einstein d’obtenir une description de la gravitation cohérente avec la théorie de la relativité restreinte qu’il avait introduite 10 ans auparavant. Cette théorie est l’un (...)

  • jeudi 8 février 2018
    C’est arrivé un 8 février.

    Au lendemain de la première guerre mondiale qui vient de s’achever et qui a vu l’émergence d’une industrie aéronautique particulièrement dynamique, les frères Farman dont les avions ont formés des escadrilles particulièrement efficaces sont soucieux de se reconvertir et d’utiliser le surplus d’appareils restant et les pilotes démobilisés. Leur dernier prototype est le bombardier géant F60 qui prend son envol en octobre 1918 mais la signature de l’armistice arrête les commandes et les industriels doivent par conséquent envisager la reconversion de leurs avions. Avec le F60 Goliath, (...)

  • lundi 15 janvier 2018
    C’est arrivé un 15 janvier.

    Dans les montagnes du sud-ouest de la Chine se cache un ours noir et blanc : il s’agit du grand panda. C’est aujourd’hui l’un des animaux les plus rares de la planète : menacé par un taux de natalité très bas et par la destruction de son habitat lié à l’urbanisation et aux cultures intensives en Chine il n’en reste plus aujord’hui qu’a peine 1000 à l’état sauvage et un peu plus d’une centaine dans les zoos. C’est pour cette raison que le Panda est devenu en 1961 le logo du Fonds Mondial pour la protection de la nature (WWF). La WWF est la première organisation mondiale de (...)

  • samedi 13 janvier 2018
    C’est arrivé un 14 janvier.

    En 1919, au sortir de la première guerre mondiale l’Alsace et la Lorraine redeviennent des provinces françaises et pour éviter les traumatismes d’une nouvelle invasion, semblable à celles de 1870 et de 1914, le gouvernement français conscient du caractère éphémère des garanties du Traité de Versailles étudie la construction d’un système défensif moderne le long des frontières avec l’Allemagne et l’Italie pour protéger ces territoires. Une "Commission de Défense du Territoire" est créée et dès 1928 débute la construction de la "muraille de France" à l’initiative de Paul Painlevé, (...)

  • vendredi 12 janvier 2018
    C’est arrivé un 12 janvier.

    Pierre de Fermat est né dans la première décennie du XVIIeme siècle à Beaumont de Lomagne (1601 ou 1607), dans une famille bourgeoise de riches marchands. Après ses études qu’il fit chez les franciscains à Toulouse, il acquis son grade de bachelier en droit civil à Orléans puis fut conseiller à la Chambre des Requêtes au parlement de Toulouse en 1631 et séjourna à Castres en tant que conseiller à la Chambre de l’Édit. Mais ce sont ses travaux mathématiques qui assureront sa notoriété. Il étudie les mathématiciens grecs qui commencent à être reconnus en Europe et s’intéresse aux (...)

  • jeudi 11 janvier 2018
    C’est arrivé un 11 janvier.

    Il faut remonter très loin dans l’Antiquité pour découvrir les premières descriptions de cette maladie redoutable qui ne prit son nom définitif qu’au 1er siècle de notre ère : le diabète. Une maladie caractérisé par l’abondance anormale des urines est ainsi signalé sur un papyrus découvert à Thèbes par le docteur Ebers et rédigé au environ de 1550 avant Jésus-Christ pendant le règne d’Amenhotep Ier : il s’agit de la polyurie qui est fréquemment rencontrée dans le cas du diabète insipide ou du diabète sucré. Connu sous le nom de papyrus Ebers c’est l’un des plus anciens traités médicaux (...)

  • mardi 2 janvier 2018
    C’est arrivé un 2 janvier.

    L’Italien Fausto Coppi, virtuose de la bicyclette, reste à ce jour l’un des plus grand champions de l’histoire du cyclisme. Il disparaît prématurément le 2 janvier 1960 à l’âge de 40 ans. Mal soigné il succombera des suites d’une malaria qu’il a attrapé quelques semaines plut tôt en Haute-Volta (aujourd’hui appelée Burkina Faso) ou il était parti disputer un critérium à Ouagadougou en compagnie de ses amis français Bobet, Anquetil et Geminiani pour promouvoir le cyclisme en Afrique Noire. Celui qui était surnommé "Campionissimo" sera enterré dans l’église de sa terre natale, dans le (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.