C’est arrivé un 2 octobre.

lundi 2 octobre

Né en 1491 à Saint-Malo, Jacques Cartier a été au contact de la mer dès son plus jeune âge. Confronté au rigueur de la pêche dans les eaux froide de Terre-neuve, il devint vite un navigateur réputé. Chargé par François 1er en 1532 de trouver une route maritime vers l’Asie par le nord-ouest, mais aussi de découvrir des métaux précieux dont le trésor royal avait tant besoin, Jacques Cartier atteignit Terre-Neuve et la côte du Labrador lors de son premier voyage en 1534. Le 7 juillet le navigateur français et son équipage entreront en contact, pour la première fois, avec des autochtones de la tribu micmacs. Des relations de confiance s’établissent, ainsi qu’un système de troc. Parvenu à Gaspé (aujourd’hui port de Québec), il prend possession, au nom du roi, de ces terres en y dressant une croix de 30 pieds qui porte les armes de France. Le chef Iroquois Donnacona protestera vivement, mais Cartier s’empressera de le rassurer. Le temps se gâtant l’explorateur décidera de rentrer en France avec deux des fils du chef iroquois (Domagaya et Taignoagny) afin de les montrer à la cour de France. Cartier est de retour à Saint-Malo le 5 septembre 1534.

Timbres - Jacques Cartier navigateur et explorateur malouin. Timbre - L'exploration du Canada.

Cette première exploration est un succès et le navigateur reçoit une commission royale le 30 septembre pour poursuivre ses recherches. Les moyens qui sont alors mis a son disposition sont alors bien supérieurs à ceux de la première expédition : 112 hommes et trois navires, l’Emérillon, La Petite Hermine et la Grande Hermine (respectivement 40, 60 et 120 tonneaux.)

Timbre - Arrivé de Jacques Cartier au Québec en 1535. Timbres - Jacques Cartier 1491-1557.

Le 19 mai 1535, bateaux et équipages quittent la ville fortifié de Saint-Malo pour retrouver les terres qu’ils avaient laissés l’année précédente. A l’issue d’une traversée de 50 jours, ils font halte dans une baie que Cartier baptisera "Saint-Laurent". Les deux fils du chef iroquois parlent désormais français et indiquent le 13 août 1535 à Cartier l’embouchure du grand fleuve Hochelaga. Cartier exulte : il s’agit du passage qu’il recherchait tant. S’engageant alors sur une rivière fort profonde et rapide il atteint l’île d’Orléans la ou, lui dit t’on, "commence la terre et province du Canada". Il retrouvera le chef iroquois Donnacona dans un village du nom de Stadaconé. Cartier veut poursuivre son exploration mais le chef s’y oppose car il tient à garder le monopole du commerce sur le fleuve. Le Malouin décide de passer outre et de continuer l’exploration sans ses guides iroquois et avec un seul de ses navires, l’Emérillon.

Carte Maximum - Le navire la Grande Hermine.

Le 2 Octobre 1535, Cartier accompagné de mariniers et gentilshommes, atteint en Chaloupe Hochelaga, qui n’est alors qu’un village fortifié au pied d’une colline boisée qu’il baptise "Mont-Royal" où sera fondé Montréal le 17 mai 1642. Les rapides interdisant aux barques de remonter plus à l’intérieur, il décide alors de retourner à Stadaconé pour y passer l’hiver. Mais le scorbut et le froid décimeront alors ses hommes : 25 marins meurent et presque tous les autres tombent malades ; Seul dix resteront en bonne santé quand viendra le printemps. Cartier profitera de ces mois d’inactivité forcée pour enrichir ses connaissances sur les coutumes et les moeurs locales ainsi que sur le réseau fluvial de ce "royaume du Kanata". (actuel Québec). Il est de retour à Saint Malo le 16 juillet 1536.

Timbre - 450e anniversaire du Ier voyage de Jacques Cartier au Canada.

Après une troisième et dernière expédition il reviendra en france où il connaîtra une retraite paisible à Saint-Malo et en son manoir "Le Limoëlou" à Paramé. Jacques cartier n’avait certes pu réaliser certains de ses rêves comme trouver une nouvelle route pour la Chine ou découvrir de fabuleuses richesses ou encore de l’entreprise prématurée de la colonisation des rives du Saint-Laurent, mais ils ne faut pas oublier que ce grand explorateur démontra l’insularité de Terre-Neuve et fut le découvreur du canada.





Toutes les brèves du site

  • mardi 17 octobre 2017
    C’est arrivé un 18 octobre.

    L’Alaska, ce vaste territoire situé au nord-ouest du Canada et aujourd’hui le plus grand des États américain fut autrefois… Russe. Les Russes créèrent en effet la première colonie russe d’Amérique en 1784 dans cette contrée riche en loutres, convoitées pour leurs fourrures (l’or poilu) et en défenses de morses qui étaient aussi précieuses que l’ivoire. Le nom Alaska est d’ailleurs d’origine russe (Аляска), dérivé du mot du dialecte aléoute (des îles Aléoutiennes) "alaxsxaq" ou "Alyeska" il signifie "le continent", ou plus littéralement : "la grande terre".
    La découverte de l’Alaska est due (...)

  • mardi 10 octobre 2017
    C’est arrivé un 10 octobre.

    Les premières études et les travaux préliminaires sur le canal de Panama furent entrepris par deux compagnies françaises. La première fut fondée en 1881 par l’ingénieur français Ferdinand de Lesseps responsable du percement du prestigieux Canal de Suez. Auréolé du prestige de ses précédents travaux, il se lance dans cette aventure pharaonique aux côtés de Gustave Eiffel, sous l’égide de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama en 1882. La seconde fut créée en 1893, mais par manque de moyens logistiques et à cause des nombreuses épidémies qui décimèrent les (...)

  • mercredi 4 octobre 2017
    C’est arrivé un 4 octobre.

    En 1855, Brame et Flachat déposent un projet de chemin de fer souterrain reliant les Halles de Paris à la petite ceinture, alors en construction. Mais ce projet fut abandonné pour des motifs financiers, et c’est à Londres que s’ouvrit en 1863, la première ligne de transport souterrain à vapeur, la Metropolitan Line, entre Farrington Street et Bishop’s read, à Paddington. Puis en 1878, c’est l’inauguration à New-York de l’Elevated Metropolitan railway dont les wagons étaient tirés, sur un parcours découvert par de petites locomotives à vapeur. C’est encore à Londres que (...)

  • mardi 3 octobre 2017
    C’est arrivé un 3 octobre.

    Tout le monde ou presque connaît aujourd’hui l’histoire tragique du Titanic : le 15 avril 1912, le plus grand des paquebots alors en pleine traversée de l’Atlantique nord heurte un iceberg et coule en moins de trois heures dans les eaux glacés avec à son bord 2223 passagers faisant 1517 victimes. Avant que ce navire réputé "’insubmersible" ne disparaisse dans les profondeurs de l’océan, son opérateur radio, Jack Phillips aura le temps de demander de l’aide avec ce signal en morse : …---… Ce signal connu de tous, est bien évidemment celui de l’appel de détresse “SOS”.
    Mais quel (...)

  • lundi 18 septembre 2017
    Les sapeurs-pompiers de Paris sont créés.

    Le 1er juillet 1810, pour célébrer le récent mariage de Napoléon et de Marie-Louise de Habsbourg l’ambassadeur d’Autriche, le prince Karl von Schwarzenberg organise à Paris une soirée à l’ambassade d’Autriche. Quarante-huit heures avant l’événement, le chef du service des gardes-pompes, le colonel Ledoux est prévenu et passe sur les lieux faire son inspection de sécurité. Il décide d’y poster, deux sous-officiers, quatre garde-pompes et deux pompes à bras. Dès 20 heures, le soir du bal des milliers invités emplissent la salle et les jardins. Peu après 22 heures, Napoléon et (...)

  • mardi 15 août 2017
    15 août 1944 - Débarquement en Provence.

    Pendant que le débarquement de Normandie s’achève et pour accélérer la Libération de la France une autre opération d’envergure est lancée dans le sud de la France sur les côtes de Provence pour prendre les Allemands en tenaille avec les troupes de Normandie. Le 15 août 1944 le débarquement allié en Provence commence : c’est le début de l’opération Anvil Dragoon. Ce second débarquement est fort de 3 divisions américaines et 7 françaises, soit 250000 hommes au total. Les 15 et 16 août 1944 les Américains et l’armée française du général de Lattre de Tassigny débarquent entre Cavalaire (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    1 août 1785 - Lapérousse embarque pour un tour du monde.

    En France, Louis XVI n’en peut plus du retard pris sur les autres puissances européennes. En ce siècle des Lumières, l’Angleterre et la France se livrent une âpre concurrence sur les mers du monde. Le roi de France commande donc au chevalier de Fleurieu, directeur des ports et arsenaux, "la plus illustre expédition naval jamais projetée en France". A sa tête, un officier bourlingueur qui s’est illustré, en plusieurs occasions, contre les britanniques : Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse. Le nom de La Pérouse restera attaché à l’une des plus mythiques expéditions (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    31 juillet 1914 : Assassinat de Jean Jaurès

    Pendant la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jaurès a tenté, d’abord à la chambre des députés puis au ministère des Affaires étrangères, de stopper le déclenchement des hostilités et repousser le spectre de la guerre imminente. A la fin de l’après-midi, il se rend à son journal, l’Humanité, journal qu’il a fondé dix ans plus tôt pour rédiger un éditorial qu’il conçoit comme un nouveau "J’accuse" visant à empêcher la Première Guerre mondiale et qui doit paraître le lendemain. Avant la nuit de travail qui s’annonce, il descend avec ses collaborateurs, Jean Longuet et Pierre Renaudel dîner (...)

  • mardi 9 mai 2017
    9 mai 1950 - Schuman propose un plan pour l’Europe.

    “Messieurs, il n’est plus question de vaines paroles, mais d’un acte, d’un acte hardi, d’un acte constructif. La France a agi et les conséquences de son action peuvent être immense. Nous espérons qu’elles le seront. elle a agi essentiellement pour la paix. Pour que la paix puisse vraiment courir sa chance, il faut, d’abord, qu’il y est une Europe.” C’est par ces mots que le 9 mai 1950 Robert Schuman lance à l’instigation de Jean Monnet et dans un esprit de détente internationale et de volonté affirmée de construction européenne un plan pour l’Europe : c’est la déclaration du (...)

  • mardi 28 mars 2017
    28 Mars 1910 - Vol du premier Hydravion par Henri Fabre.

    Le 28 mars 1910, Henri Fabre, ingénieur français et alors qu’il n’a jamais pris de cours de pilotage réussit pour la première fois à faire voler son hydravion sur l’étang de Berre, près de Martigues dans les Bouches-du-Rhône. Baptisé le "Canard", son Hydro-aéroplane est un appareil à moteur arrière de 50CV Gnome Oméga et dont les châssis reposent sur 3 flotteurs. Henri Fabre juché à califourchon sur une chaise en osier posé sur l’engin de 14 m d’envergure et de 475Kg fera un vol de 800 mètres au-dessus de l’étang avant de se poser sans dommage sur l’eau. Il aura fallu 4 années de (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.