C’est arrivé un 12 novembre.

dimanche 12 novembre

L’histoire de l’anesthésie est très ancienne. Il est d’ailleurs raconté dans la bible que Dieu a profondément endormi Adam avant de lui ôter la côte dont Eve a été faite, accomplissant ainsi la première opération sous anesthésie. Durant des siècles, les médecins ont, selon les civilisations, eu recours à des anesthésiques dérivés de l’opium et de l’alcool.

Timbre - La création d'Adam par Michel-Ange et la création d'Eve par Raphaël. Timbre - La culture et l'utilisation du pavot est très ancienne.

En mésopotamie le pavot fut cultivé pour ses propriétés somnifères ; Egypte, grèce, Rome utiliseront la mandragore et l’opium, et Galien écrira au IIème Siècle, un éloge de l’opium dans lequel il exaltera les vertus médicamenteuse de celui-ci. Les chinois quant à eux employaient le cannabis ou chanvre indien et les incas utilisaient un extrait de feuilles de coca sur leurs patients. Les médecins musulmans ont également utilisé au cours du Moyen-âge le pouvoir anesthésique des dérivés de l’opium.

Timbres - Le Cannabis Cannabis Sativa ou Chanvre Indien. Timbres - Le Médecine arabe et ethnopharmacologie Ibn Sînâ (Avicenne pour les Occidentaux).

Shakespeare mentionne d’ailleurs l’action combinée de la mandragore et de l’opium : “Pavot, ni mandragore, ni tous les sirops somnifères du monde, ne te restitueront jamais le doux sommeil que tu avais hier …” On trouve aussi dans la Rogerine (plus vieux traité de chirurgie occidentale - XIIème siècle) la recette d’une “éponge somnifère imbibé de suc de jusquiame, d’opium et de chanvre indien.

Timbres - La mandragore ou mandragore officinale. Timbre - Sir Humphry Davy, physicien et chimiste britannique.

Mais toutes ces méthodes d’anesthésie étaient bien trop peu efficaces. Le taux de mortalité postopératoire était d’ailleurs énorme au début du XIXème siècle et aucune opération ne pouvait se prolonger sans douleur aucune ou sans état de choc. Le XIXème siècle apportera l’anesthésie et sont essor est lié aux découvertes de chimistes français, britanniques américain et allemand et à l’amélioration des techniques chirurgicales par les chirurgiens britannique. Le protoxyde d’azote, ou « gaz hilarant », deviendra ainsi la première substance dont les pouvoirs anesthésiants seront reconnus, grâce aux travaux en 1799 du chimiste anglais Humphry Davy et de son étudiant Michael Faraday. Considéré tout d’abord comme un divertissement, il ne sera utilisé comme anesthésique qu’en 1844 par un dentiste américain, Horace Wells qui se fera extraire un dent par son étudiant, John Riggs.

Timbres - Les premières opérations sous anesthésie à l'éther.

Après trois siècles, les propriétés de l’eau blanche de Paracelse, alias vitriol doux de Raymond Lulle, que le pharmacien allemand Frobenius a baptisé éther en 1729, commence à intriguer les chimistes du début du XIXème siècle. En 1818, Michael Faraday ce jeune préparateur en pharmacie découvre les pouvoirs narcotiques des vapeurs d’éther. L’éther de plus en plus utilisé en Amérique, notamment par la jeunesse qui se réunit en des éther-parties qui dispensent une douce ivresse est très vite adopté en Europe. En Grande-Bretagne d’abord où à lieu la première amputation sous éther en décembre 1846 puis en France en 1847. Mais la véritable évolution se déroulera le 31 mars 1842 lorsqu’un médecin américain Crawford Long devra pratiquer une intervention superficielle sur un de ses patients : il a alors l’idée de l’endormir en lui faisant respirer de l’éther. Malheureusement, il oublie d’en faire part à ses confrères, et son innovation tombera dans l’oubli. Puis l’éther sera très vite remplacé par un nouveau produit plus volatil et plus agréable : le chloroforme. En 1831, le français Eugène Soubeiran, traitant l’alcool éthylique par le chlorure de chaux prépare le chloroforme et en rend compte en 1832 dans une publication intitulée “Recherches sur quelques combinaisons du chlore” et qui paraît dans les Annales de Chimie et de Physique. Mais cette découverte est aussi attribué à Justus von Liebig un célèbre chimiste allemand et à l’américain Samuel Guthrie. Pourtant, si l’on s’en tient aux dates de publication des travaux de Soubeiran, la priorité de la découverte revient à celui-ci. Soubeiran et Liebig se sont mépris tous deux sur la nature du produit qu’ils ont décrit et c’est Jean Baptiste Dumas qui, plus tard, lui donnera le nom de chloroforme en 1834 et en décrira la constitution et les propriétés physico-chimiques.

Timbre - Sir James Simpson et la première opération obstétricale au Chloroforme.

L’intérêt médical du chloroforme apparaît lorsqu’un obstétricien écossais d’Edimbourg, James Young Simpson l’utilise comme anesthésique obstétrical pour la première fois le 19 janvier 1847. La punition d’Eve était levée ; elle pourrait ne plus enfanter dans la douleur. Le 12 novembre 1847, James Young Simpson publiera le compte-rendu de ce premier accouchement réussi sous chloroforme. Le succès de Simpson sera définitif quand le Docteur John Snow le 7 avril 1853, administre du chloroforme à la reine Victoria, qui met ainsi au monde sans douleur son huitième enfant au palais de Buckingham, le prince Léopold, d’où la dénomination d’”accouchement à la Reine”. Efficace et peu cher Il devient ainsi très en vogue et en 1858, à la mort d’Eugène Soubeiran, l’anesthésie au chloroforme était couramment pratiquée. Malheureusement la mauvaise qualité des mélanges anesthésiques à l’époque fut fatale à de nombreux patients. L’anesthésie est aujourd’hui réalisée au moyen de médicaments beaucoup plus sûrs.

Timbres - Plantes - La feuille de Coca et le Kolatier.

Puis à la fin du XIXème siècle d’autres anesthésiques font leur apparition, la cocaïne est la première substance utilisée en anesthésie locale. Le premier à s’en servir sera le chirurgien viennois Koller qui avait, en 1884, découvert sa haute valeur pour l’anesthésie locale et par la suite des chirurgiens américains mirent au point la technique en injectant des solutions de cocaïnes dans les extrémités des nerfs.

Timbres - Méthode d'anesthésie moderne - Appareil de Boyle et premiere anesthésie génerale sous acupuncture.

Au début du XXème siècle, techniques et appareillages se perfectionnent et les anesthésies qui deviennent moins toxiques, peuvent alors se prolonger, ouvrant le champ à opérations jusqu’alors impossibles. L’anesthésie deviendra après la Seconde Guerre mondiale une discipline médicale autonome, auquel on y adjoindra la réanimation car si aujourd’hui la douleur est maîtrisée, le choc subit par l’organisme lors d’une opération est toujours présent et il s’agit non seulement d’endormir le patient, mais aussi de le surveiller avant, pendant et après l’opération et d’être à même de le réanimer à la moindre complication.





Toutes les brèves du site

  • mardi 17 octobre 2017
    C’est arrivé un 18 octobre.

    L’Alaska, ce vaste territoire situé au nord-ouest du Canada et aujourd’hui le plus grand des États américain fut autrefois… Russe. Les Russes créèrent en effet la première colonie russe d’Amérique en 1784 dans cette contrée riche en loutres, convoitées pour leurs fourrures (l’or poilu) et en défenses de morses qui étaient aussi précieuses que l’ivoire. Le nom Alaska est d’ailleurs d’origine russe (Аляска), dérivé du mot du dialecte aléoute (des îles Aléoutiennes) "alaxsxaq" ou "Alyeska" il signifie "le continent", ou plus littéralement : "la grande terre".
    La découverte de l’Alaska est due (...)

  • mardi 10 octobre 2017
    C’est arrivé un 10 octobre.

    Les premières études et les travaux préliminaires sur le canal de Panama furent entrepris par deux compagnies françaises. La première fut fondée en 1881 par l’ingénieur français Ferdinand de Lesseps responsable du percement du prestigieux Canal de Suez. Auréolé du prestige de ses précédents travaux, il se lance dans cette aventure pharaonique aux côtés de Gustave Eiffel, sous l’égide de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama en 1882. La seconde fut créée en 1893, mais par manque de moyens logistiques et à cause des nombreuses épidémies qui décimèrent les (...)

  • mercredi 4 octobre 2017
    C’est arrivé un 4 octobre.

    En 1855, Brame et Flachat déposent un projet de chemin de fer souterrain reliant les Halles de Paris à la petite ceinture, alors en construction. Mais ce projet fut abandonné pour des motifs financiers, et c’est à Londres que s’ouvrit en 1863, la première ligne de transport souterrain à vapeur, la Metropolitan Line, entre Farrington Street et Bishop’s read, à Paddington. Puis en 1878, c’est l’inauguration à New-York de l’Elevated Metropolitan railway dont les wagons étaient tirés, sur un parcours découvert par de petites locomotives à vapeur. C’est encore à Londres que (...)

  • mardi 3 octobre 2017
    C’est arrivé un 3 octobre.

    Tout le monde ou presque connaît aujourd’hui l’histoire tragique du Titanic : le 15 avril 1912, le plus grand des paquebots alors en pleine traversée de l’Atlantique nord heurte un iceberg et coule en moins de trois heures dans les eaux glacés avec à son bord 2223 passagers faisant 1517 victimes. Avant que ce navire réputé "’insubmersible" ne disparaisse dans les profondeurs de l’océan, son opérateur radio, Jack Phillips aura le temps de demander de l’aide avec ce signal en morse : …---… Ce signal connu de tous, est bien évidemment celui de l’appel de détresse “SOS”.
    Mais quel (...)

  • lundi 2 octobre 2017
    C’est arrivé un 2 octobre.

    Né en 1491 à Saint-Malo, Jacques Cartier a été au contact de la mer dès son plus jeune âge. Confronté au rigueur de la pêche dans les eaux froide de Terre-neuve, il devint vite un navigateur réputé. Chargé par François 1er en 1532 de trouver une route maritime vers l’Asie par le nord-ouest, mais aussi de découvrir des métaux précieux dont le trésor royal avait tant besoin, Jacques Cartier atteignit Terre-Neuve et la côte du Labrador lors de son premier voyage en 1534. Le 7 juillet le navigateur français et son équipage entreront en contact, pour la première fois, avec des (...)

  • lundi 18 septembre 2017
    Les sapeurs-pompiers de Paris sont créés.

    Le 1er juillet 1810, pour célébrer le récent mariage de Napoléon et de Marie-Louise de Habsbourg l’ambassadeur d’Autriche, le prince Karl von Schwarzenberg organise à Paris une soirée à l’ambassade d’Autriche. Quarante-huit heures avant l’événement, le chef du service des gardes-pompes, le colonel Ledoux est prévenu et passe sur les lieux faire son inspection de sécurité. Il décide d’y poster, deux sous-officiers, quatre garde-pompes et deux pompes à bras. Dès 20 heures, le soir du bal des milliers invités emplissent la salle et les jardins. Peu après 22 heures, Napoléon et (...)

  • mardi 15 août 2017
    15 août 1944 - Débarquement en Provence.

    Pendant que le débarquement de Normandie s’achève et pour accélérer la Libération de la France une autre opération d’envergure est lancée dans le sud de la France sur les côtes de Provence pour prendre les Allemands en tenaille avec les troupes de Normandie. Le 15 août 1944 le débarquement allié en Provence commence : c’est le début de l’opération Anvil Dragoon. Ce second débarquement est fort de 3 divisions américaines et 7 françaises, soit 250000 hommes au total. Les 15 et 16 août 1944 les Américains et l’armée française du général de Lattre de Tassigny débarquent entre Cavalaire (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    1 août 1785 - Lapérousse embarque pour un tour du monde.

    En France, Louis XVI n’en peut plus du retard pris sur les autres puissances européennes. En ce siècle des Lumières, l’Angleterre et la France se livrent une âpre concurrence sur les mers du monde. Le roi de France commande donc au chevalier de Fleurieu, directeur des ports et arsenaux, "la plus illustre expédition naval jamais projetée en France". A sa tête, un officier bourlingueur qui s’est illustré, en plusieurs occasions, contre les britanniques : Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse. Le nom de La Pérouse restera attaché à l’une des plus mythiques expéditions (...)

  • lundi 31 juillet 2017
    31 juillet 1914 : Assassinat de Jean Jaurès

    Pendant la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jaurès a tenté, d’abord à la chambre des députés puis au ministère des Affaires étrangères, de stopper le déclenchement des hostilités et repousser le spectre de la guerre imminente. A la fin de l’après-midi, il se rend à son journal, l’Humanité, journal qu’il a fondé dix ans plus tôt pour rédiger un éditorial qu’il conçoit comme un nouveau "J’accuse" visant à empêcher la Première Guerre mondiale et qui doit paraître le lendemain. Avant la nuit de travail qui s’annonce, il descend avec ses collaborateurs, Jean Longuet et Pierre Renaudel dîner (...)

  • mardi 9 mai 2017
    9 mai 1950 - Schuman propose un plan pour l’Europe.

    “Messieurs, il n’est plus question de vaines paroles, mais d’un acte, d’un acte hardi, d’un acte constructif. La France a agi et les conséquences de son action peuvent être immense. Nous espérons qu’elles le seront. elle a agi essentiellement pour la paix. Pour que la paix puisse vraiment courir sa chance, il faut, d’abord, qu’il y est une Europe.” C’est par ces mots que le 9 mai 1950 Robert Schuman lance à l’instigation de Jean Monnet et dans un esprit de détente internationale et de volonté affirmée de construction européenne un plan pour l’Europe : c’est la déclaration du (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.