C’est arrivé un 21 août.

mardi 21 août 2018

Depuis le début de l’année 1968, le nouveau premier secrétaire du Parti Communiste, Alexandre Dubček fraîchement élu président de la République socialiste tchécoslovaque (5 janvier 1968) et les communistes tchécoslovaques veulent instaurer un "socialisme à visage humain" qu’ils nomment "Printemps de Prague". Très rapidement, il prend ses distances avec Moscou et tente de concilier la direction communiste du pays avec le respect des libertés d’expression, d’association... Dubcek libéralise l’information, autorise l’existence d’autres partis limite les pouvoirs de la police...La société tchécoslovaque est en pleine mutation. L’expérience menée en Tchécoslovaquie est une critique du modèle socialiste en vigueur en Europe de l’Est et ce "Printemps de Prague" inquiète les dirigeants soviétiques. C’est dans ces conditions que des intellectuels tchèques rédigèrent le 27 juin l’appel des deux mille mots, texte marquant l’apogée du "Printemps de Prague" et remettant en cause vingt années de communisme en Tchécoslovaquie. Cette évolution fut très mal perçue par Moscou et les pays frères voient d’un très mauvais œil le mouvement libertaire en cours et précipita leur réaction ; à leur instigation, les troupes du pacte de Varsovie (Roumains exceptés) mettent fin à l’expérience ; une énorme armée de 450.000 soldats soviétiques, polonais, hongrois et est-allemands , 6300 chars, 800 avions ainsi que d’innombrables canons, envahissent dans la nuit la Tchécoslovaquie sur décision de Leonid Brejnev secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique et Prague est rapidement prise. Au matin du 21 août 1968, les Européens se réveillent en état de choc, Prague est sous le joug soviétique signant ainsi la fin du Printemps de Prague et le début de la "normalisation" soviétique.

Timbre - Ladislav Bielik (1939 - 1984) - Un homme au torse nu - devant un char russe. Timbre - Gros plan du manifestant Emil Gall avec le char russe prêt à tirer.

En 1968 un vent de liberté souffle sur un contient européen toujours divisé par la Guerre froide. Le bloc de l’Est, malgré son totalitarisme centralisateur, n’est pas épargné. Le 21 août 1968, les chars envahissent les rues de Prague et une répression sévère frappe les manifestants. Les habitants de Prague, éberlués, découvrent leur capitale encombrée de blindés et de jeunes tchécoslovaques entourent, impuissants, un char soviétique.

Timbres - Leonid Brejnev et Alexander Dubcek

Le Printemps de Prague dura plus d’une saison : de janvier 1968 à août 1968, la Tchécoslovaquie tenta de réformer le système communiste, pour bâtire un “socialisme à visage humain”. Alors que de formidables pression étaient exercées sur Alexandre Dubcek par l’Urss et les pays frères membres du pacte de Varsovie, la population tchécoslovaque soutenait son dirigeant. En dépit des espoirs suscités, cette tentative fut un échec.

Timbre - La ville de Prague en Tchécoslovaquie.

Brejnev formule à cette occasion sa doctrine qui limite l’autonomie des États soviétiques. Cette doctrine soviétique sera abandonnée dans un discours prononcé à l’ONU le 7 décembre 1988 par Mikhaïl Gorbatchev qui reconnaitra que "la liberté de choix est un principe universel. Il ne devrait pas y avoir d’exception." Alexander Dubček appellera la population à ne pas résister, malgré une grande manifestation dans les rues de Prague dans l’après-midi du 21 août. Dubcek et les membres du gouvernement furent arrêtés et conduits à Moscou, où ils signèrent, le 26 ; les Accords de Moscou. En se soumettant, Dubcek qui était maintenu au pouvoir espérait ainsi pouvoir sauver une partie de son programme. Mais ces accords furent bel et bien un diktat imposé à la Tchécoslovaquie et marquèrent l’anéantissement du Printemps de Prague en légitimant une ingérence incessante de l’Union soviétique dans les affaires intérieures du pays. Mais cette fois, à la différence de l’intervention soviétique en Hongrie en novembre 1956, la majorité des Parti communiste dans le monde condamnent cette intervention. L’intervention russe fera de nombreuses victimes : Dans la nuit du 20 au 21 août 1968, les chars de l’URSS écrasaient le soulèvement de Prague en Tchécoslovaquie. Le bilan dépassera les 400 morts.

Timbre - Jan Palach étudiant martyr du printemps de Prague

L’opposition de la population continuera de s’exprimer dans les mois qui suivront : émigration massive juste après la répression et manifestations étudiantes en novembre 1968. Un des derniers soubresauts de ce "Printemps de Prague" aura lieu le 16 janvier 1969, sur la place Venceslas en plein coeur de Prague. Jan Palach, étudiant de 20 ans, s’immolera par le feu pour protester contre l’invasion soviétique et la suppression de la liberté d’expression dans son pays. A la suite de l’intervention russe un nouveau régime obéissant aux ordres de Moscou sera instauré à Prague et sera maintenu jusqu’à la "Révolution de velours" de novembre-décembre 1989. Les troupes soviétiques ne quitteront le pays qu’en 1990-1991.





Toutes les brèves du site

  • mardi 11 juin 2019
    C’est arrivé un 14 juin.

    14 Juin -Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Se mobiliser est crucial. 10 000 dons sont nécessaires chaque jour en France pour faire face à la demande. Et se chiffre à tendance à augmenter. Le don du sang est aussi vital qu’incontournable pour les secours d’urgence, les personnes atteintes d’un cancer, les victimes d’hémorragies ou celles touchées par des maladies du sang. Il est en effet impossible de remplacer le sang humain par des médicaments ou des produits de synthèse. Surtout, c’est 1 million de malades de soignés chaque année par ce biais (transfusion, médicaments (...)

  • lundi 10 juin 2019
    C’est arrivé un 10 juin.

    Oradour, souviens-toi - remember. Fin mai 1944, l’état major allemand à Berlin s’alarme de la situation dans le sud-ouest de la France et recommande “une puissante riposte avec des forces suffisantes”. A Montauban, la 2ème division blindée S.S. "Das Reich", “unité d’élite”, spécialement équipée et formée pour la lutte contre les “partisans” et qui a subi de lourdes pertes sur le front de l’Est est en cours de réorganisation et s’apprête à intervenir. Le général Heinz Lammerding qui la commande depuis le 25 janvier promet qu’au 15 juin “la zone sera pacifiée”. Au matin du 6 juin 1944, une (...)

  • vendredi 7 juin 2019
    C’est arrivé un 7 juin.

    Dans les années 30, le mathématicien Alan Mathison Turing (né le 23 juin 1912 à Londres) est identifié comme l’un des cerveaux les plus brillants du Royaume Uni. Le 12 novembre 1937 Turing publie notamment un article de recherche "On computable numbers" dans lequel il met en place sa théorie de la calculabilité et qui est aujourd’hui considéré comme un fondement de l’informatique. Le gouvernement britannique lui demande alors de suivre des cours de chiffre et de cryptanalyse dès 1938. Durant la seconde guerre mondiale Turing est employé par les services secrets britanniques (...)

  • mercredi 8 mai 2019
    C ’est arrivé un 8 mai.

    Le 25 avril 1945, une patrouille américaine et une unité soviétique effectuent leur jonction sur l’Elbe au cours d’une rencontre historique qui coupe le Reich en deux. Les tanks et l’infanterie soviétique envahissent Berlin et viennent à bout de la résistance allemande après de violents combats de rues au corps-à-corps contre des adversaires composés pour la plupart d’adolescents et de vieillards désemparés. Mais plus de 5000 nazis défendent l’immeuble du Parlement, ravagée par le feu. Le 30 avril, alors que les obus pleuve autour de son bunker, Hitler se tire une balle de (...)

  • samedi 27 avril 2019
    C’est arrivé un 27 avril.

    Durant des siècles des millions d’esclaves seront enchaînés, battus, asservis et déportés d’un continent à l’autre. A partir du XVIème siècle, la traite négrière transatlantique devient la plus intense, la plus massive entraînant la déportation, en quatre siècles, du XVIe au XIXe, de 12,5 à 15 millions d’Africains. A la fin du XVIIIe siècle, la France est l’un des pays en pointe dans ce qu’on appelle "la traite des Noirs". Louis XIII l’a autorisée en 1642 et le Roi-Soleil édictera en 1685 le fameux Code noir sur le statut des esclaves dans les colonies. Les navires partent de ports (...)

  • mercredi 27 mars 2019
    C’est arrivé un 27 mars.

    Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis longiligne du fleuve traversant le désert attire un peuple qui fait éclore, en l’espace de quelques générations, une civilisation extraordinairement avancée et complexe. Pour le réaliser, tout les maîtres du pays ont concentrés leurs efforts sur la Nubie, région frontalière où les eaux du fleuve devaient franchir de longs passages rocheux, les fameuses cataractes. Il y a 39 siècles déjà, les ingénieurs des pharaons tentaient d’exploiter les crues du Nil grâce à une retenue bâtie à Semna, (...)

  • dimanche 24 mars 2019
    C’est arrivé un 24 mars.

    La tuberculose est une maladie vieille comme le monde ou plutôt comme l’humanité. Autrefois nommée Phtisie, la tuberculose est connue depuis l’Antiquité. On sait qu’elle existait déjà aux temps préhistoriques et l’examen de momies égyptiennes à montrer qu’elle n’a pas épargné les plus puissants Pharaons. Hippocrate en décrit déjà les différentes formes au Vème siècle avant notre ère et l’infection tuberculeuse était pour les Hébreux un des châtiments divins. Elle n’était pas étrangère non plus en Inde et Chine anciennes, ainsi que chez les peuples autochtones, des siècles avant la venue (...)

  • vendredi 22 mars 2019
    C ’est arrivé un 22 mars.

    Lors d’un voyage à Paris, en 1890, Antoine Lumière, père d’Auguste et Louis découvre l’invention de l’Américain Edison : le Kinétoscope , un des premiers appareils de visualisation cinématographique sans projection. Il assiste également à une projection des premiers dessins animés du cinéma (les Pantomimes lumineuses.), qu’Emile Reynaud présente dans son Théâtre Optique. Profondément impressionné par ces projections, il entrevoit d’emblée qu’il est possible de faire mieux. De retour à Lyon, Antoine Lumière demande à ses fils, Auguste et Louis, de trouver un système pour obtenir des (...)

  • mardi 8 janvier 2019
    C’est arrivé un 8 janvier.

    Marco Polo naît le 15 septembre 1254 d’une de ces familles de commerçants et explorateurs vénitiens. Le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision. Si certains affirment qu’il est né à Korcula (île de l’adriatique au nord de la Croatie) d’autres pensent que ce serait à Venise. A une époque où Venise est une cité rayonnante, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. La Cité des Doges est alors en pleine expansion commerciale et territoriale. Certains, comme Niccolo Polo, le père de Marco et son oncle Nicolo (...)

  • samedi 5 janvier 2019
    C’est arrivé un 5 janvier.

    Parmi les fabuleux travaux entrepris par Haussmann dans sa conception du nouveau Paris au 19e siècle, la place de l’Opéra est une des créations les plus importantes de la Capitale vers laquelle convergent de grandes artères et les Grands Boulevards. C’est dans ce quartier, qui connaît une vogue extraordinaire, que l’on décide de construire le nouvel Opéra de Paris. Napoléon III disait qu’il voulait faire de sa capitale “la plus belle de l’univers”. Bien qu’à cette époque l’urbanisme connaisse une vitalité étonnante, peu d’édifices dans ce nouveau Paris retiennent l’attention ; en (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.