C’est arrivé un 21 août.

mardi 21 août

Depuis le début de l’année 1968, le nouveau premier secrétaire du Parti Communiste, Alexandre Dubček fraîchement élu président de la République socialiste tchécoslovaque (5 janvier 1968) et les communistes tchécoslovaques veulent instaurer un "socialisme à visage humain" qu’ils nomment "Printemps de Prague". Très rapidement, il prend ses distances avec Moscou et tente de concilier la direction communiste du pays avec le respect des libertés d’expression, d’association... Dubcek libéralise l’information, autorise l’existence d’autres partis limite les pouvoirs de la police...La société tchécoslovaque est en pleine mutation. L’expérience menée en Tchécoslovaquie est une critique du modèle socialiste en vigueur en Europe de l’Est et ce "Printemps de Prague" inquiète les dirigeants soviétiques. C’est dans ces conditions que des intellectuels tchèques rédigèrent le 27 juin l’appel des deux mille mots, texte marquant l’apogée du "Printemps de Prague" et remettant en cause vingt années de communisme en Tchécoslovaquie. Cette évolution fut très mal perçue par Moscou et les pays frères voient d’un très mauvais œil le mouvement libertaire en cours et précipita leur réaction ; à leur instigation, les troupes du pacte de Varsovie (Roumains exceptés) mettent fin à l’expérience ; une énorme armée de 450.000 soldats soviétiques, polonais, hongrois et est-allemands , 6300 chars, 800 avions ainsi que d’innombrables canons, envahissent dans la nuit la Tchécoslovaquie sur décision de Leonid Brejnev secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique et Prague est rapidement prise. Au matin du 21 août 1968, les Européens se réveillent en état de choc, Prague est sous le joug soviétique signant ainsi la fin du Printemps de Prague et le début de la "normalisation" soviétique.

Timbre - Ladislav Bielik (1939 - 1984) - Un homme au torse nu - devant un char russe. Timbre - Gros plan du manifestant Emil Gall avec le char russe prêt à tirer.

En 1968 un vent de liberté souffle sur un contient européen toujours divisé par la Guerre froide. Le bloc de l’Est, malgré son totalitarisme centralisateur, n’est pas épargné. Le 21 août 1968, les chars envahissent les rues de Prague et une répression sévère frappe les manifestants. Les habitants de Prague, éberlués, découvrent leur capitale encombrée de blindés et de jeunes tchécoslovaques entourent, impuissants, un char soviétique.

Timbres - Leonid Brejnev et Alexander Dubcek

Le Printemps de Prague dura plus d’une saison : de janvier 1968 à août 1968, la Tchécoslovaquie tenta de réformer le système communiste, pour bâtire un “socialisme à visage humain”. Alors que de formidables pression étaient exercées sur Alexandre Dubcek par l’Urss et les pays frères membres du pacte de Varsovie, la population tchécoslovaque soutenait son dirigeant. En dépit des espoirs suscités, cette tentative fut un échec.

Timbre - La ville de Prague en Tchécoslovaquie.

Brejnev formule à cette occasion sa doctrine qui limite l’autonomie des États soviétiques. Cette doctrine soviétique sera abandonnée dans un discours prononcé à l’ONU le 7 décembre 1988 par Mikhaïl Gorbatchev qui reconnaitra que "la liberté de choix est un principe universel. Il ne devrait pas y avoir d’exception." Alexander Dubček appellera la population à ne pas résister, malgré une grande manifestation dans les rues de Prague dans l’après-midi du 21 août. Dubcek et les membres du gouvernement furent arrêtés et conduits à Moscou, où ils signèrent, le 26 ; les Accords de Moscou. En se soumettant, Dubcek qui était maintenu au pouvoir espérait ainsi pouvoir sauver une partie de son programme. Mais ces accords furent bel et bien un diktat imposé à la Tchécoslovaquie et marquèrent l’anéantissement du Printemps de Prague en légitimant une ingérence incessante de l’Union soviétique dans les affaires intérieures du pays. Mais cette fois, à la différence de l’intervention soviétique en Hongrie en novembre 1956, la majorité des Parti communiste dans le monde condamnent cette intervention. L’intervention russe fera de nombreuses victimes : Dans la nuit du 20 au 21 août 1968, les chars de l’URSS écrasaient le soulèvement de Prague en Tchécoslovaquie. Le bilan dépassera les 400 morts.

Timbre - Jan Palach étudiant martyr du printemps de Prague

L’opposition de la population continuera de s’exprimer dans les mois qui suivront : émigration massive juste après la répression et manifestations étudiantes en novembre 1968. Un des derniers soubresauts de ce "Printemps de Prague" aura lieu le 16 janvier 1969, sur la place Venceslas en plein coeur de Prague. Jan Palach, étudiant de 20 ans, s’immolera par le feu pour protester contre l’invasion soviétique et la suppression de la liberté d’expression dans son pays. A la suite de l’intervention russe un nouveau régime obéissant aux ordres de Moscou sera instauré à Prague et sera maintenu jusqu’à la "Révolution de velours" de novembre-décembre 1989. Les troupes soviétiques ne quitteront le pays qu’en 1990-1991.





Toutes les brèves du site

  • jeudi 11 octobre 2018
    C’est arrivé un 12 Octobre.

    Le 12 Octobre 1492, Christophe Colomb, cherchant un passage encore inconnu vers la Chine, découvre les Amériques. Son rôle dans l’Histoire fut immense. Il ouvre ainsi la voie à la conquête de tout l’hémisphère occidental et manque de fort peu la découverte du Pacifique en passant à l’endroit le plus étroit de la terre de Panama. Né à Gênes en 1451, Colomb vit dans une famille de tisserands, modeste mais ouverte sur le monde. Ses jeunes années seront ponctuées d’études maritimes et voyages en Méditerranée.
    Puis en 1476, il rejoint à Bartholomé, son frère cadet à Lisbonne, au (...)

  • lundi 27 août 2018
    C’est arrivé un 27 août.

    Le Krakatoa, Krakatau ou Gunung Krakatau en indonésien et en javanais, est un volcan gris de volcan de type explosif de la ceinture de feu du Pacifique. Après une période de sommeil de deux cents ans le volcan indonésien Krakatau situé dans le détroit de la Sonde, entre les îles de Java et Sumatra se réveille une première fois le 20 mai 1883 émettant de grands panaches de cendres et de vapeur accompagnés de forts grondements. S’ensuivit une pause de quelques semaines puis de nouvelles explosions se font entendre ; le 19 juin un nouveau petit cône commença à se former entre (...)

  • samedi 25 août 2018
    C’est arrivé un 25 août.

    Le 2 juillet 1270, la flotte royale de la huitième croisade quitte le port d’Aigues-Mortes pour l’Orient puis le 16 après une escale à Caligari en Sardaigne, entre dans la rade de Tunis, déserté par les marins qui ont abandonnés les galères sarrasines, et ses habitants qui ont fuit la ville. Malgré la fatigue engendré par une dysenterie le roi de France Louis IX tient à être le premier, pour la seconde fois (après la 7ème croisade 1248-1250), à poser le pied sur la terre d’Afrique. Le 18, Louis qui ne peut même plus tenir à cheval, débarque avec 6000 hommes dans la plaine à côté (...)

  • mercredi 22 août 2018
    C’est arrivé un 22 août.

    Le 22 août 1812, un jeune explorateur suisse de 28 ans, Johan Ludwig Burckhardt entre dans Pétra accompagné de son guide bédouin et habillé comme lui : pour des raison de sécurité, il se fait appeler Cheikh Ibrahim. Après des siècles d’oubli, la cité perdue, qu’il ne peut hélas vraiment explorer de peur d’être découvert revit pour l’Occident. Située à 250 km au sud de la capitale de Jordanie, Ammam, Pétra est une ancienne cité caravanière Edomite puis Nabatéene. Des peuples plutôt méconnus, mais dont parle la bible. Et ses mystères fascinent archéologues et artistes. En mai 1818, une (...)

  • lundi 20 août 2018
    C’est arrivé un 20 août.

    Chaque année, le paludisme, maladie parasitaire due à un protozoaire parasite de genre Plasmodium et transmis par la piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle, provoque dans le monde entre 400 et 450 millions de cas de maladie et entraîne le décès de plus 300000 enfants. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme. Connue en Europe par les médecins depuis l’Antiquité sous le nom de “fièvre intermittente” cette maladie fera des ravages durant longtemps et se diffusera ensuite aux Amériques avec le développement du commerce d’esclaves. Endémique au (...)

  • samedi 21 juillet 2018
    C’est arrivé un 21 juillet.

    C’est le 21 juillet 1857 que le premier bataillon de tirailleurs sénégalais est créé par le général Louis Faidherbe alors gouverneur du Sénégal partie de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Il s’agit de formaliser le recrutement local qui existait déjà depuis le XVIIe siècle en consolidant la suppression de l’esclavage intervenu en 1848. Le rachat de captifs permet ainsi de recruter ces premiers tirailleurs auxquels Faidherbe donne un titre officiel. Ce terme de “ tirailleur” désigne un “combattant doté d’une certaine liberté de manœuvre et qui tirent en dehors du rang” et (...)

  • jeudi 19 juillet 2018
    C’est arrivé un 19 juillet.

    En 1798, 40000 hommes venus de France débarquent à Aboukir. C’est le début de la campagne d’Égypte menée de 1798 à 1801 par Napoléon Bonaparte pour affaiblir l’Angleterre en touchant sa puissance commerciale. En dépit de quelques victoires ce sera un désastre. La flotte anglaise de l’amiral Nelson détruira les vaisseaux français restés dans la rade d’Aboukir rendant tout retour en France impossible. L’armée française prisonnière de sa conquête sera finalement victime d’une épidémie de peste. Mais Napoléon a su habilement jouer de la propagande pour détourner à son profit l’échec et (...)

  • mercredi 18 juillet 2018
    C’est arrivé un 18 juillet.

    Un cube ouvert au cœur des tours ! En 1983, c’est un simple dessin esquissé sur papier qui fait vibrer le jury du concours "Tête Défense" lancé en juillet 1982 à l’initiative du président français françois Mitterand dans le contexte de sa politique de grands travaux. L’élégante forme de la structure en marbre de carrare du projet du Danois Johann Otto Van Spreckelsen l’emporte et s’impose avec évidence face à 423 autres projets venus de 41 pays dont ceux ceux de Leoh Ming Pei, Émile Aillaud et Jean Willerval. La Défense vient de trouver le joyau qui couronnera son parvis : (...)

  • samedi 21 avril 2018
    C’est arrivé un 21 avril.

    Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin en 1848, il faudra attendre le 21 avril 1944 pour que le droit de soit accordé aux femmes. En 1944, le suffrage féminin est devenu une quasi-obligation : la France se doit de rattraper son grand retard vis-à-vis des autres pays européens. Elle sort de la seconde guerre mondiale et durant l’occupation de nombreuses femmes ont rejoint les rangs de la résistance. Cet engagement conduira la France libre du général de Gaulle à reconnaître l’égalité économique et politique des sexes : on (...)

  • lundi 19 février 2018
    C’est arrivé un 19 février.

    En octobre 1944, la flotte japonaise est anéanti à Leyte, aux larges des philippines. Mais alors qu’au début de l’année 1945, la victoire semble à portée de main en Europe, le conflit continue à faire rage dans le pacifique. Pour défaire le Japon, les Américains doivent s’emparer des îles d’Iwo Jima (“île au Souffre”, en japonais) et d’Okinawa situées à moins de 1200 km du Japon pour y installer leur aviation et soumettre le Japon à un bombardement systématique. Mais le commandement japonais a parfaitement pressenti les intentions américaines et dès l’été 1944 une part considérable (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.