C’est arrivé un 3 janvier.

jeudi 3 janvier

C’est vers 422 que naît Geneviève, la sainte patronne de Paris mais aussi du diocèse de Nanterre et de la gendarmerie nationale française (Geno-Veifa, en germanique "née au sein d’une femme") sur le territoire des Parisiens, à l’ouest de Lutèce dans le village de Nanterre, au-dessus des rives de la Seine, dans la propriété de son père, un riche romain. La tradition qui en fait la fille d’une humble bergère fut forgé vers le 17e siècle. L’histoire est toute autre : son père, Severus ancien officier supérieur de l’armée romaine puis magistrat municipal parisien, et sa mère Gerontia, habitent dans un beau et riche domaine et Geneviève est fort choyé par ses parents. Toute jeune enfant, elle fuit les jeux de ses compagnes et se recueille dans une petite église voisine. Vers l’âge de dix ans, elle rencontre deux évêques, le prestigieux Germain d’Auxerre et Loup de Troyes, qui passent par Nanterre lors de leur voyage pour une mission d’évangélisation en Grande-Bretagne. "Béni soit, dit Germain à ses parents, le jour où cette enfant vous fut donnée. Sa naissance a été saluée par les anges, et Dieu la destine à de grandes choses." Puis, s’adressant à la jeune enfant, il la confirma dans son désir de se donner tout à Dieu : "Ayez confiance, ma fille, lui dit-il, demeurez inébranlable dans votre vocation ; le Seigneur vous donnera force et courage." Cette rencontre sera décisive pour Geneviève. Devenu orpheline vers 437 peu après ses 15 ans, elle voue sa vie à Dieu et à la charité et abandonne Nanterre, non sans avoir emportée avec elle une importante fortune qui lui sert à fonder une communauté dont toute l’activité est consacrée aux indigents à Lutèce même, où elle s’installe, chez sa marraine, dans l’île de la Cité.

Timbre - Sainte Geneviève à Paris vers 480.

Vers cette époque, le nom de Paris du nom des “parisii”, habitants de la région, remplace peu à peu celui de Lutèce. Lorsque, en 451, Attila surnommé “le fléau de Dieu” et ses Huns paraît devant Troyes, après avoir incendié Metz, Verdun, Laon, Saint-Quentin, Reims et que le bruit courait que Paris serait l’étape suivante, Geneviève (probablement magistrat de la curie municipale, ayant succédé dans cette charge à son père, selon le droit romain) réussi à convaincre les Parisiens qui ne songent qu’à fuir de ne pas céder à la panique. Geneviève réunit les femmes au baptistère de Saint-Jean-le-rond et, leur rappelant les grands exemples de Judith et d’Esther, les invite à détourner le fléau que sont les Huns à force de jeûnes et de prières. Une armée de coalition commandée par le Romain Aetius et comportant un important détachement franc et placé sous les ordres de Mérovée, arrête alors leur progression lors d’une bataille décisive qui eut lieu aux “Champs catalauniques” près de Troyes. Quand arrive la nouvelle qu’Attila à rebroussé chemin et repassé le Rhin, les Parisiens lui attribue le mérite de la préservation de leur cité (alors modeste bourgade de 2000 habitants environ) et lui vouent désormais une reconnaissance enthousiaste.

Timbres - Le Fleau de Dieu Attila et son épée.

Les Huns sont apparus sur les bords de la mer Caspienne dans la seconde moitié du IVème siècle. Peu à peu, ils établissent leur domination sur un immense territoire, du Caucase à l’Inde, de la Moldavie à la Hongrie. Attila, leur chef, fut beaucoup moins un guerrier barbare qu’un diplomate habile, toujours prêt à négocier pour agrandir ses états. Ce n’est qu’après avoir cherché une alliance avec l’empereur romain (c’était alors le faible Valentinien III) puis offert ensuite au roi des Wisigoths son appui contre les Romains, qu’Attila se retourna brusquement contre la Gaule.

Carte Maximum avec timbre personnalisé Sainte Geneviève et Saint Germain émis par l'APN.

Plus tard, en 481, lorsque les Francs, rejetés par le général gallo-romain Syagrius au-delà de la Somme, tentent de réduire Paris en l’affamant, c’est encore Geneviève qui sauvera la ville. La famine est proche : avec quelques compagnons, sainte Geneviève remonte la Seine jusqu’à Troyes d’où elle rapporte des provisions. Après avoir sauvé Paris par deux fois Geneviève jouit d’un immense prestige ; de nombreux miracles lui sont attribués. Sa réputation traverse non seulement la Seine, mais aussi les frontières de la Gaule et même celles de l’Occident puisqu’elle atteint en Asie Siméon le Stylite qui interroge souvent des marchands venu de Marseille et des ports de la Gaule sur les activités de Geneviève, la Lutécienne.

Timbre - Clovis De la Gaule à la France 496-1996. Timbre - Clovis la Bataille de Vouillé en 507.

Mais après le meurtre de Syagrius en 486, Geneviève se résigne à laisser le chef franc Clovis prendre le contrôle de Paris en 486. Convertis au christianisme par Clotilde son épouse Clovis réunifie presque la Gaule, battant les Alamans à Tolbiac (496) et écrasant les Wisigoths à Vouillé (507), seul les burgondes échapperont à son autorité. En 508, il reçoit les insignes de consul des mains d’un envoyé de l’empereur romain d’Orient installé à Constantinople et choisi Paris pour capitale. Grâce à la puissance militaire du royaume franc, la ville de Paris et à l’abri des guerres et prospère. C’est le début de la dynastie mérovingienne : après lui viendront, entre autres, Childebert, Chilpéric et Dagobert.

Bloc de timbres - Les grandes heures de l'histoire - Sainte Geneviève et Clovis avec Plan de la ville de Paris au Vème Siècle.

Geneviève meurt le 3 janvier 512, à l’âge de 89 ans, vénérée du peuple parisien et honorée de l’amitié de la reine Clothilde et du roi Clovis. On peut lire dans sa biographie qui a probablement été écrite par un contemporain, une vingtaine d’années après la mort de la Sainte : “Geneviève s’en alla vers le Seigneur dans une bonne vieillesse après avoir vécu plus de dix fois huits ans, et elle fut dans la paix le 3 janvier” la brièveté avec laquelle est noté la mort de Geneviève contraste avec la prolixité de son biographe pour évoquer tant d’épisodes de son enfance et de sa vie active ; il s’en rendit tellement compte qu’il le nota : “je me suis appliqué à garder le silence sur la fin de sa vie et l’honneur de ses funérailles.” La reconnaissance des Parisiens la suivra par-delà la mort. Ils lui érige d’abord un humble oratoire dans un coin du cimetière qui occupait la montagne Lutèce (le haut de l’actuelle rue Soufflot). Les fidèles y afflue et l’oratoire fait place à une église consacrée à Saint-Pierre et Saint-Paul (Clovis en 511 et Clotilde en 545 y seront enterrés).

Son cercueil sera orné de pierres précieuses et de plaques d’or en 630, par Eloi, conseiller de Dagobert Ier. Mais le prestige de la sainte est tel que l’Église, débaptisée, devient au IXème siècle l’Eglise Sainte-Geneviève qui sera le centre d’une des plus célèbres abbaye de l’ancien régime. Le mont Lucotitius elle-même prend son nom (Mont Sainte-Geneviève) et chaque fois qu’une nouvelle menace pèse sur la ville (normands, épidémies ou anglais) c’est elle qu’on va encore chercher : on conduit sa châsse, oeuvre de Saint-Éloi en procession jusqu’à Notre-Dame, à la pointe de la cité, face à l’ennemi. Le parcours et alors tendu de draps et tapissé de fleurs tandis que battent les cloches de toutes les églises. Les révolutionnaires tente en vain de mettre fin à cette vénération : en novembre 1793, ses cendres sont jetés à la Seine et sa châsse portée à la Monnaie. Son culte se perpétuent néanmoins au sommet de sa “montagne”, en l’église Saint-Etienne du Mont qui, plus heureuse que la vieille abbaye Sainte-Geneviève, démoli de 1802 à 1807, conserve dans une châsse un fragment du sarcophage mérovingien et des reliques qui avaient été dispersées au cours des siècles, perpétuant ainsi le souvenir de celle qui, par son calme et sa foi, sauvera Lutèce du péril d’Attila.

Timbres - La Basilique Saint-Denis chef-d'œuvre de l'art gothique et dernière demeure des rois de France.

La basilique Saint-Denis :Grâce à sa position devenue éminente dans la capitale, Geneviève promeut le culte de saint Denis. En cette fin de Vème siècle Geneviève achète les terres autour de Catheuil (Catulliacus), village antérieur à l’actuelle ville de Saint Denis où se trouve l’emplacement du tombeau présumé du premier évêque de Paris, Saint Denis qui fut décapité vers 250 . Elle parvint vers 475 à convaincre les prêtres d’ériger à cet endroit une église et fait lever un impôt, surveille et dirige l’édification du bâtiment. Celle-ci fut agrandie par la suite à deux reprises sous les Mérovingiens, notamment sous Dagobert Ier. Puis vers l’an 630, on y plaça les corps de Saint Denis et ses deux compagnons, le prêtre Rusticus et le diacre Eleuthère. Cet édifice s’affirmera comme l’un des plus riche du royaume. A partir de l’an 1137, l’église abbatiale fut reconstruite par l’abbé Suger et l’architecte Pierre de Montreuil l’acheva en 1281. Profanée et dévastée durant la Révolution française, Viollet-le-Duc lui donna son aspect actuel. De Clovis à Louis XVIII, presque tous les rois de France y ont leur sépulture.





Toutes les brèves du site

  • mardi 11 juin 2019
    C’est arrivé un 14 juin.

    14 Juin -Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Se mobiliser est crucial. 10 000 dons sont nécessaires chaque jour en France pour faire face à la demande. Et se chiffre à tendance à augmenter. Le don du sang est aussi vital qu’incontournable pour les secours d’urgence, les personnes atteintes d’un cancer, les victimes d’hémorragies ou celles touchées par des maladies du sang. Il est en effet impossible de remplacer le sang humain par des médicaments ou des produits de synthèse. Surtout, c’est 1 million de malades de soignés chaque année par ce biais (transfusion, médicaments (...)

  • lundi 10 juin 2019
    C’est arrivé un 10 juin.

    Oradour, souviens-toi - remember. Fin mai 1944, l’état major allemand à Berlin s’alarme de la situation dans le sud-ouest de la France et recommande “une puissante riposte avec des forces suffisantes”. A Montauban, la 2ème division blindée S.S. "Das Reich", “unité d’élite”, spécialement équipée et formée pour la lutte contre les “partisans” et qui a subi de lourdes pertes sur le front de l’Est est en cours de réorganisation et s’apprête à intervenir. Le général Heinz Lammerding qui la commande depuis le 25 janvier promet qu’au 15 juin “la zone sera pacifiée”. Au matin du 6 juin 1944, une (...)

  • vendredi 7 juin 2019
    C’est arrivé un 7 juin.

    Dans les années 30, le mathématicien Alan Mathison Turing (né le 23 juin 1912 à Londres) est identifié comme l’un des cerveaux les plus brillants du Royaume Uni. Le 12 novembre 1937 Turing publie notamment un article de recherche "On computable numbers" dans lequel il met en place sa théorie de la calculabilité et qui est aujourd’hui considéré comme un fondement de l’informatique. Le gouvernement britannique lui demande alors de suivre des cours de chiffre et de cryptanalyse dès 1938. Durant la seconde guerre mondiale Turing est employé par les services secrets britanniques (...)

  • mardi 4 juin 2019
    C’est arrivé un 5 juillet.

    Paris, 5 juillet 1946, piscine Molitor - Naissance explosive du bikini. Pourtant, l’histoire nous enseigne que Réard n’a rien inventé et que l’histoire de la naissance du bikini remonte à bien plus longtemps qu’il n’y paraît. Que ce soit au travers les mosaïques de la Villa del Casale, en Sicile, datant du IVe siècle av. JC ou bien dans la Grèce Antique autour de l’an 1400 av. J.C., des maillots de bain deux pièces ornent déjà le corps des femmes non pour plonger dans la méditerranée mais pour s’adonner à la pratique du sport. Les plus anciennes références remontent même à (...)

  • mercredi 8 mai 2019
    C ’est arrivé un 8 mai.

    Le 25 avril 1945, une patrouille américaine et une unité soviétique effectuent leur jonction sur l’Elbe au cours d’une rencontre historique qui coupe le Reich en deux. Les tanks et l’infanterie soviétique envahissent Berlin et viennent à bout de la résistance allemande après de violents combats de rues au corps-à-corps contre des adversaires composés pour la plupart d’adolescents et de vieillards désemparés. Mais plus de 5000 nazis défendent l’immeuble du Parlement, ravagée par le feu. Le 30 avril, alors que les obus pleuve autour de son bunker, Hitler se tire une balle de (...)

  • samedi 27 avril 2019
    C’est arrivé un 27 avril.

    Durant des siècles des millions d’esclaves seront enchaînés, battus, asservis et déportés d’un continent à l’autre. A partir du XVIème siècle, la traite négrière transatlantique devient la plus intense, la plus massive entraînant la déportation, en quatre siècles, du XVIe au XIXe, de 12,5 à 15 millions d’Africains. A la fin du XVIIIe siècle, la France est l’un des pays en pointe dans ce qu’on appelle "la traite des Noirs". Louis XIII l’a autorisée en 1642 et le Roi-Soleil édictera en 1685 le fameux Code noir sur le statut des esclaves dans les colonies. Les navires partent de ports (...)

  • mercredi 27 mars 2019
    C’est arrivé un 27 mars.

    Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis longiligne du fleuve traversant le désert attire un peuple qui fait éclore, en l’espace de quelques générations, une civilisation extraordinairement avancée et complexe. Pour le réaliser, tout les maîtres du pays ont concentrés leurs efforts sur la Nubie, région frontalière où les eaux du fleuve devaient franchir de longs passages rocheux, les fameuses cataractes. Il y a 39 siècles déjà, les ingénieurs des pharaons tentaient d’exploiter les crues du Nil grâce à une retenue bâtie à Semna, (...)

  • dimanche 24 mars 2019
    C’est arrivé un 24 mars.

    La tuberculose est une maladie vieille comme le monde ou plutôt comme l’humanité. Autrefois nommée Phtisie, la tuberculose est connue depuis l’Antiquité. On sait qu’elle existait déjà aux temps préhistoriques et l’examen de momies égyptiennes à montrer qu’elle n’a pas épargné les plus puissants Pharaons. Hippocrate en décrit déjà les différentes formes au Vème siècle avant notre ère et l’infection tuberculeuse était pour les Hébreux un des châtiments divins. Elle n’était pas étrangère non plus en Inde et Chine anciennes, ainsi que chez les peuples autochtones, des siècles avant la venue (...)

  • vendredi 22 mars 2019
    C ’est arrivé un 22 mars.

    Lors d’un voyage à Paris, en 1890, Antoine Lumière, père d’Auguste et Louis découvre l’invention de l’Américain Edison : le Kinétoscope , un des premiers appareils de visualisation cinématographique sans projection. Il assiste également à une projection des premiers dessins animés du cinéma (les Pantomimes lumineuses.), qu’Emile Reynaud présente dans son Théâtre Optique. Profondément impressionné par ces projections, il entrevoit d’emblée qu’il est possible de faire mieux. De retour à Lyon, Antoine Lumière demande à ses fils, Auguste et Louis, de trouver un système pour obtenir des (...)

  • mardi 8 janvier 2019
    C’est arrivé un 8 janvier.

    Marco Polo naît le 15 septembre 1254 d’une de ces familles de commerçants et explorateurs vénitiens. Le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision. Si certains affirment qu’il est né à Korcula (île de l’adriatique au nord de la Croatie) d’autres pensent que ce serait à Venise. A une époque où Venise est une cité rayonnante, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. La Cité des Doges est alors en pleine expansion commerciale et territoriale. Certains, comme Niccolo Polo, le père de Marco et son oncle Nicolo (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.