C’est arrivé un 3 janvier.

jeudi 3 janvier

C’est vers 422 que naît Geneviève, la sainte patronne de Paris mais aussi du diocèse de Nanterre et de la gendarmerie nationale française (Geno-Veifa, en germanique "née au sein d’une femme") sur le territoire des Parisiens, à l’ouest de Lutèce dans le village de Nanterre, au-dessus des rives de la Seine, dans la propriété de son père, un riche romain. La tradition qui en fait la fille d’une humble bergère fut forgé vers le 17e siècle. L’histoire est toute autre : son père, Severus ancien officier supérieur de l’armée romaine puis magistrat municipal parisien, et sa mère Gerontia, habitent dans un beau et riche domaine et Geneviève est fort choyé par ses parents. Toute jeune enfant, elle fuit les jeux de ses compagnes et se recueille dans une petite église voisine. Vers l’âge de dix ans, elle rencontre deux évêques, le prestigieux Germain d’Auxerre et Loup de Troyes, qui passent par Nanterre lors de leur voyage pour une mission d’évangélisation en Grande-Bretagne. "Béni soit, dit Germain à ses parents, le jour où cette enfant vous fut donnée. Sa naissance a été saluée par les anges, et Dieu la destine à de grandes choses." Puis, s’adressant à la jeune enfant, il la confirma dans son désir de se donner tout à Dieu : "Ayez confiance, ma fille, lui dit-il, demeurez inébranlable dans votre vocation ; le Seigneur vous donnera force et courage." Cette rencontre sera décisive pour Geneviève. Devenu orpheline vers 437 peu après ses 15 ans, elle voue sa vie à Dieu et à la charité et abandonne Nanterre, non sans avoir emportée avec elle une importante fortune qui lui sert à fonder une communauté dont toute l’activité est consacrée aux indigents à Lutèce même, où elle s’installe, chez sa marraine, dans l’île de la Cité.

Timbre - Sainte Geneviève à Paris vers 480.

Vers cette époque, le nom de Paris du nom des “parisii”, habitants de la région, remplace peu à peu celui de Lutèce. Lorsque, en 451, Attila surnommé “le fléau de Dieu” et ses Huns paraît devant Troyes, après avoir incendié Metz, Verdun, Laon, Saint-Quentin, Reims et que le bruit courait que Paris serait l’étape suivante, Geneviève (probablement magistrat de la curie municipale, ayant succédé dans cette charge à son père, selon le droit romain) réussi à convaincre les Parisiens qui ne songent qu’à fuir de ne pas céder à la panique. Geneviève réunit les femmes au baptistère de Saint-Jean-le-rond et, leur rappelant les grands exemples de Judith et d’Esther, les invite à détourner le fléau que sont les Huns à force de jeûnes et de prières. Une armée de coalition commandée par le Romain Aetius et comportant un important détachement franc et placé sous les ordres de Mérovée, arrête alors leur progression lors d’une bataille décisive qui eut lieu aux “Champs catalauniques” près de Troyes. Quand arrive la nouvelle qu’Attila à rebroussé chemin et repassé le Rhin, les Parisiens lui attribue le mérite de la préservation de leur cité (alors modeste bourgade de 2000 habitants environ) et lui vouent désormais une reconnaissance enthousiaste.

Timbres - Le Fleau de Dieu Attila et son épée.

Les Huns sont apparus sur les bords de la mer Caspienne dans la seconde moitié du IVème siècle. Peu à peu, ils établissent leur domination sur un immense territoire, du Caucase à l’Inde, de la Moldavie à la Hongrie. Attila, leur chef, fut beaucoup moins un guerrier barbare qu’un diplomate habile, toujours prêt à négocier pour agrandir ses états. Ce n’est qu’après avoir cherché une alliance avec l’empereur romain (c’était alors le faible Valentinien III) puis offert ensuite au roi des Wisigoths son appui contre les Romains, qu’Attila se retourna brusquement contre la Gaule.

Carte Maximum avec timbre personnalisé Sainte Geneviève et Saint Germain émis par l'APN.

Plus tard, en 481, lorsque les Francs, rejetés par le général gallo-romain Syagrius au-delà de la Somme, tentent de réduire Paris en l’affamant, c’est encore Geneviève qui sauvera la ville. La famine est proche : avec quelques compagnons, sainte Geneviève remonte la Seine jusqu’à Troyes d’où elle rapporte des provisions. Après avoir sauvé Paris par deux fois Geneviève jouit d’un immense prestige ; de nombreux miracles lui sont attribués. Sa réputation traverse non seulement la Seine, mais aussi les frontières de la Gaule et même celles de l’Occident puisqu’elle atteint en Asie Siméon le Stylite qui interroge souvent des marchands venu de Marseille et des ports de la Gaule sur les activités de Geneviève, la Lutécienne.

Timbre - Clovis De la Gaule à la France 496-1996. Timbre - Clovis la Bataille de Vouillé en 507.

Mais après le meurtre de Syagrius en 486, Geneviève se résigne à laisser le chef franc Clovis prendre le contrôle de Paris en 486. Convertis au christianisme par Clotilde son épouse Clovis réunifie presque la Gaule, battant les Alamans à Tolbiac (496) et écrasant les Wisigoths à Vouillé (507), seul les burgondes échapperont à son autorité. En 508, il reçoit les insignes de consul des mains d’un envoyé de l’empereur romain d’Orient installé à Constantinople et choisi Paris pour capitale. Grâce à la puissance militaire du royaume franc, la ville de Paris et à l’abri des guerres et prospère. C’est le début de la dynastie mérovingienne : après lui viendront, entre autres, Childebert, Chilpéric et Dagobert.

Bloc de timbres - Les grandes heures de l'histoire - Sainte Geneviève et Clovis avec Plan de la ville de Paris au Vème Siècle.

Geneviève meurt le 3 janvier 512, à l’âge de 89 ans, vénérée du peuple parisien et honorée de l’amitié de la reine Clothilde et du roi Clovis. On peut lire dans sa biographie qui a probablement été écrite par un contemporain, une vingtaine d’années après la mort de la Sainte : “Geneviève s’en alla vers le Seigneur dans une bonne vieillesse après avoir vécu plus de dix fois huits ans, et elle fut dans la paix le 3 janvier” la brièveté avec laquelle est noté la mort de Geneviève contraste avec la prolixité de son biographe pour évoquer tant d’épisodes de son enfance et de sa vie active ; il s’en rendit tellement compte qu’il le nota : “je me suis appliqué à garder le silence sur la fin de sa vie et l’honneur de ses funérailles.” La reconnaissance des Parisiens la suivra par-delà la mort. Ils lui érige d’abord un humble oratoire dans un coin du cimetière qui occupait la montagne Lutèce (le haut de l’actuelle rue Soufflot). Les fidèles y afflue et l’oratoire fait place à une église consacrée à Saint-Pierre et Saint-Paul (Clovis en 511 et Clotilde en 545 y seront enterrés).

Son cercueil sera orné de pierres précieuses et de plaques d’or en 630, par Eloi, conseiller de Dagobert Ier. Mais le prestige de la sainte est tel que l’Église, débaptisée, devient au IXème siècle l’Eglise Sainte-Geneviève qui sera le centre d’une des plus célèbres abbaye de l’ancien régime. Le mont Lucotitius elle-même prend son nom (Mont Sainte-Geneviève) et chaque fois qu’une nouvelle menace pèse sur la ville (normands, épidémies ou anglais) c’est elle qu’on va encore chercher : on conduit sa châsse, oeuvre de Saint-Éloi en procession jusqu’à Notre-Dame, à la pointe de la cité, face à l’ennemi. Le parcours et alors tendu de draps et tapissé de fleurs tandis que battent les cloches de toutes les églises. Les révolutionnaires tente en vain de mettre fin à cette vénération : en novembre 1793, ses cendres sont jetés à la Seine et sa châsse portée à la Monnaie. Son culte se perpétuent néanmoins au sommet de sa “montagne”, en l’église Saint-Etienne du Mont qui, plus heureuse que la vieille abbaye Sainte-Geneviève, démoli de 1802 à 1807, conserve dans une châsse un fragment du sarcophage mérovingien et des reliques qui avaient été dispersées au cours des siècles, perpétuant ainsi le souvenir de celle qui, par son calme et sa foi, sauvera Lutèce du péril d’Attila.

Timbres - La Basilique Saint-Denis chef-d'œuvre de l'art gothique et dernière demeure des rois de France.

La basilique Saint-Denis :Grâce à sa position devenue éminente dans la capitale, Geneviève promeut le culte de saint Denis. En cette fin de Vème siècle Geneviève achète les terres autour de Catheuil (Catulliacus), village antérieur à l’actuelle ville de Saint Denis où se trouve l’emplacement du tombeau présumé du premier évêque de Paris, Saint Denis qui fut décapité vers 250 . Elle parvint vers 475 à convaincre les prêtres d’ériger à cet endroit une église et fait lever un impôt, surveille et dirige l’édification du bâtiment. Celle-ci fut agrandie par la suite à deux reprises sous les Mérovingiens, notamment sous Dagobert Ier. Puis vers l’an 630, on y plaça les corps de Saint Denis et ses deux compagnons, le prêtre Rusticus et le diacre Eleuthère. Cet édifice s’affirmera comme l’un des plus riche du royaume. A partir de l’an 1137, l’église abbatiale fut reconstruite par l’abbé Suger et l’architecte Pierre de Montreuil l’acheva en 1281. Profanée et dévastée durant la Révolution française, Viollet-le-Duc lui donna son aspect actuel. De Clovis à Louis XVIII, presque tous les rois de France y ont leur sépulture.





Toutes les brèves du site

  • mardi 8 janvier 2019
    C’est arrivé un 8 janvier.

    Marco Polo naît le 15 septembre 1254 d’une de ces familles de commerçants et explorateurs vénitiens. Le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision. Si certains affirment qu’il est né à Korcula (île de l’adriatique au nord de la Croatie) d’autres pensent que ce serait à Venise. A une époque où Venise est une cité rayonnante, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. La Cité des Doges est alors en pleine expansion commerciale et territoriale. Certains, comme Niccolo Polo, le père de Marco et son oncle Nicolo (...)

  • samedi 5 janvier 2019
    C’est arrivé un 5 janvier.

    Parmi les fabuleux travaux entrepris par Haussmann dans sa conception du nouveau Paris au 19e siècle, la place de l’Opéra est une des créations les plus importantes de la Capitale vers laquelle convergent de grandes artères et les Grands Boulevards. C’est dans ce quartier, qui connaît une vogue extraordinaire, que l’on décide de construire le nouvel Opéra de Paris. Napoléon III disait qu’il voulait faire de sa capitale “la plus belle de l’univers”. Bien qu’à cette époque l’urbanisme connaisse une vitalité étonnante, peu d’édifices dans ce nouveau Paris retiennent l’attention ; en (...)

  • vendredi 4 janvier 2019
    C’est arrivé un 4 janvier

    Il y a 205 ans, naissait Louis Braille, l’homme qui, après Valentin Haüy, allait métamorphoser la vie des aveugles et de bon nombre de malvoyants. Né le 4 janvier 1809, Louis Braille voit le jour à Coupvray, petit village situé entre Lagny et Meaux en Seine-et-Marne à une quarantaine de kilomètres de Paris. En 1812 alors qu’il n’a que 3 ans, se produit un incident qui changera sa vie à tout jamais. Alors qu’il joue dans l’atelier de son père, bourrelier de métier, le petit Louis se blesse l’œil en voulant utiliser un de ses outils. L’infection, malgré les soins prodigués, gagne (...)

  • samedi 8 décembre 2018
    C’est arrivé un 9 décembre.

    Après l’échec de la restauration monarchique et la mise en place de la République en 1873, la question de la séparation des Églises et de l’État ne cesse de se poser. Les républicains au pouvoir craignent encore l’Église catholique, dont l’influence dans la société reste très importante. Fervents partisans de la laïcité et attachés à la science et au progrès, ceux-ci condamnent en effet l’influence néfaste de l’église qui est accusé d’entretenir l’obscurantisme des populations par l’intermédiaire des congrégations religieuses chargé d’enseignement. En 1879, Jules Ferry est nommé ministre (...)

  • jeudi 22 novembre 2018
    C’est arrivé un 22 novembre.

    C’était un vendredi 22 novembre ensoleillé peu après midi. Le cortège du président John Fitzgerald Kennedy faisait son entrée dans les rues de Dallas au Texas, sous les applaudissements de la foule. Le temps est si clément que le Président Kennedy circule en limousine Lincoln Continental cabriolet décapotable sans aucune vitre protectrice. Le président salue la foule en souriant depuis le siège arrière du véhicule. Son épouse Jacky, lumineuse dans son tailleur rose, est à ses côtés. Le convoi présidentiel descend la rue principale, prend à droite, puis s’engage à gauche dans une (...)

  • mercredi 21 novembre 2018
    C’est arrivé un 21 novembre.

    Au début du XVIIème siècle, l’Angleterre est divisée par des conflits politiques et religieux d’une grande violence. Trois églises se disputent alors les fidèles : Anglicane, Presbytérienne et Indépendantistes ou Séparatistes. Ces derniers veulent se séparer des 2 premières et quitter l’Angleterre. Victimes de discriminations et en désaccord avec l’Église protestante anglicane fondée en 1534 par le roi Henri VIII, ce groupe de protestants anglais nommé puritains s’installe alors à Leyde, aux Pays-Bas, fuyant les persécutions religieuses. Mais la trêve conclue en 1609 entre l’Espagne (...)

  • jeudi 11 octobre 2018
    C’est arrivé un 12 Octobre.

    Le 12 Octobre 1492, Christophe Colomb, cherchant un passage encore inconnu vers la Chine, découvre les Amériques. Son rôle dans l’Histoire fut immense. Il ouvre ainsi la voie à la conquête de tout l’hémisphère occidental et manque de fort peu la découverte du Pacifique en passant à l’endroit le plus étroit de la terre de Panama. Né à Gênes en 1451, Colomb vit dans une famille de tisserands, modeste mais ouverte sur le monde. Ses jeunes années seront ponctuées d’études maritimes et voyages en Méditerranée.
    Puis en 1476, il rejoint à Bartholomé, son frère cadet à Lisbonne, au (...)

  • lundi 27 août 2018
    C’est arrivé un 27 août.

    Le Krakatoa, Krakatau ou Gunung Krakatau en indonésien et en javanais, est un volcan gris de volcan de type explosif de la ceinture de feu du Pacifique. Après une période de sommeil de deux cents ans le volcan indonésien Krakatau situé dans le détroit de la Sonde, entre les îles de Java et Sumatra se réveille une première fois le 20 mai 1883 émettant de grands panaches de cendres et de vapeur accompagnés de forts grondements. S’ensuivit une pause de quelques semaines puis de nouvelles explosions se font entendre ; le 19 juin un nouveau petit cône commença à se former entre (...)

  • samedi 25 août 2018
    C’est arrivé un 25 août.

    Le 2 juillet 1270, la flotte royale de la huitième croisade quitte le port d’Aigues-Mortes pour l’Orient puis le 16 après une escale à Caligari en Sardaigne, entre dans la rade de Tunis, déserté par les marins qui ont abandonnés les galères sarrasines, et ses habitants qui ont fuit la ville. Malgré la fatigue engendré par une dysenterie le roi de France Louis IX tient à être le premier, pour la seconde fois (après la 7ème croisade 1248-1250), à poser le pied sur la terre d’Afrique. Le 18, Louis qui ne peut même plus tenir à cheval, débarque avec 6000 hommes dans la plaine à côté (...)

  • mercredi 22 août 2018
    C’est arrivé un 22 août.

    Le 22 août 1812, un jeune explorateur suisse de 28 ans, Johan Ludwig Burckhardt entre dans Pétra accompagné de son guide bédouin et habillé comme lui : pour des raison de sécurité, il se fait appeler Cheikh Ibrahim. Après des siècles d’oubli, la cité perdue, qu’il ne peut hélas vraiment explorer de peur d’être découvert revit pour l’Occident. Située à 250 km au sud de la capitale de Jordanie, Ammam, Pétra est une ancienne cité caravanière Edomite puis Nabatéene. Des peuples plutôt méconnus, mais dont parle la bible. Et ses mystères fascinent archéologues et artistes. En mai 1818, une (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.