C’est arrivé un 9 décembre.

samedi 8 décembre 2018

Après l’échec de la restauration monarchique et la mise en place de la République en 1873, la question de la séparation des Églises et de l’État ne cesse de se poser. Les républicains au pouvoir craignent encore l’Église catholique, dont l’influence dans la société reste très importante. Fervents partisans de la laïcité et attachés à la science et au progrès, ceux-ci condamnent en effet l’influence néfaste de l’église qui est accusé d’entretenir l’obscurantisme des populations par l’intermédiaire des congrégations religieuses chargé d’enseignement. En 1879, Jules Ferry est nommé ministre de l’Instruction publique et devenu président du Conseil en septembre 1880 poursuit ses réformes en faveur de la laïcité. Dès les années 1880, la République affirme sa laïcité : elle prend ses distances avec la papauté, écarte les religieux de l’enseignement et instaure l’école publique primaire laïque, gratuite et obligatoire, tout en refusant la liberté d’association aux congrégations religieuses. Il s’agit en fait d’une revendication ancienne et essentielle des républicains dont l’anticléricalisme s’apparente à une « foi laïque », rationaliste et positiviste, en partie issue des Lumières. Le progrès, la science, l’éducation devaient faire reculer l’ignorance, l’obscurantisme et la superstition. Le pouvoir civil devait soumettre le pouvoir religieux et l’exclure de la vie politique et de la société.

Timbre - Loi de séparation des Eglises et de l'Etat 1905.

En 1901, une loi place les congrégations sous le régime des associations et les soumet à autorisation préalable. L’arrivée à la tête du gouvernement l’année suivante du radical-socialiste Émile Combe, ancien séminariste et un des plus virulents républicains opposé au rôle politique et sociale de l’Église, accentue la pression laïque. En 1903, il fait voter l’expulsion des congrégations non autorisées et leur interdit toute fonction d’enseignement l’année suivante. Puis le 29 juillet 1904, le gouvernement décide de rompre les relations diplomatiques avec le Vatican. Dès lors, la voie est ouverte à la séparation de l’Église et de l’État, celle-ci est inéluctable. Ce n’est pourtant pas à Combe que l’on devra cette loi de Séparation des Églises et de l’État car il est contraint de démissionner en janvier 1905, suite à l’affaire des "fiches". Mais il a cependant influencé en grande partie les travaux qui, après 9 mois de débats houleux aboutiront à l’élaboration de cette loi et à son vote par le Sénat le 6 décembre 1905 à 179 voix contre 103. Le 9 décembre 1905 est promulguée la loi concernant la séparation des Eglises et de l’Etat. C’est Maurice Rouvier, alors président du Conseil, qui la signe aux côtés du président de la République, Émile Loubet. Celle-ci est publiée au Journal officiel le 11 décembre ; elle proclame la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et met fin au Concordat napoléonien de 1801. La France devient un état laïque et la religion appartient désormais à la sphère privée.

La séparation des églises et de l'état du 9 décembre 1905.

Le 9 décembre 1905, le député socialiste Aristide Briand (43 ans) et futur prix Nobel de la paix (1926) adepte de la laïcité fait voter la loi concernant la séparation des Églises et de l’État mettant fin à un siècle de Concordat napoléonien, sonnant le glas des subventions publiques aux religions, ne laissant à l’état que l’entretien des lieux de culte existants. "La République assure la liberté de conscience" et "garantit le libre exercice des cultes" mais "ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte", dit le texte. Si Protestants et juifs l’accepte, il n’en va pas de même avec l’Église catholique, le pape Pie X le condamnant immédiatement avec fermeté et son application suscitera des remous pendant de nombreuses années. Le gouvernement Clemenceau aura ainsi à gérer la crise des inventaires des biens mobiliers de l’église qui en découlera et donnera lieu à des nombreuses manifestations de violence. Il faudra attendre 1924 et des négociations avec le pape pour que l’Église catholique entre dans ce cadre. La voix de l’équilibre Républicain s’ouvre enfin.

Timbre - Aristide Briand.

Proclamée une première fois pendant la Révolution le 21 février 1795, (Cette première séparation prendra fin en 1801 par l’instauration sous Napoléon du Concordat.) puis une deuxième fois par la Commune de Paris, la séparation des églises et de l’État fut enfin établie par la loi du 9 décembre 1905, qui apparaît comme la " clé de voûte" de la " laïcité à la française". Jean Jaurès et Aristide Briand jouent un rôle important dans la loi de séparation de l’église et de l’état du 9 décembre 1905. Grand acte fondateur de la laïcité républicaine, le mot “laïcité” ne figure pourtant pas dans la loi de 1905. A cette époque, la notion essentielle est celle de "séparation" c’est-à-dire la suppression du "service public des cultes" financé par l’État depuis le Concordat de 1801, et son remplacement par un régime de droit privé fondée sur les associations cultuelles.

Timbre collector - Jean Jaurès au Panthéon 1924.

La morale laïque, c’est-à-dire indépendante de toute croyance religieuse préalable, et fondée sur la pure idée du devoir, existe ; nous n’avons point à la créer. Elle n’est pas seulement une doctrine philosophique ; elle est devenue, depuis la Révolution française, une réalité historique, un fait social, car la Révolution, en affirmant les droits et les devoirs de l’homme, ne les a mis sous la sauvegarde d’aucun dogme. Elle n’a pas dit pas à l’homme : que crois-tu ? Elle lui a dit : Voilà ce que tu vaux et ce que tu dois ; et, depuis lors, c’est la seule conscience humaine, la liberté réglée par le devoir, qui est le fondement de l’ordre social tout entier. Pour la Laïque Jean Jaurès 1892. Après des siècles de monarchie de droit divin et des décennies de querelles autour du clergé, cette loi de séparation s’inscrit dans la logique de laïcisation entreprise avec les lois des années 1880 sur l’école publique ou celle de 1901 sur les associations. La laïcité est une valeur républicaine est un principe constitutionnel. Elle s’inscrit dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, par les articles 10 et 11. :

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.
Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Elle reçoit son acceptation républicaines par la loi de 1905 qui pose la liberté de conscience et confie à la République le devoir de l’assurer.





Toutes les brèves du site

  • mardi 11 juin 2019
    C’est arrivé un 14 juin.

    14 Juin -Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Se mobiliser est crucial. 10 000 dons sont nécessaires chaque jour en France pour faire face à la demande. Et se chiffre à tendance à augmenter. Le don du sang est aussi vital qu’incontournable pour les secours d’urgence, les personnes atteintes d’un cancer, les victimes d’hémorragies ou celles touchées par des maladies du sang. Il est en effet impossible de remplacer le sang humain par des médicaments ou des produits de synthèse. Surtout, c’est 1 million de malades de soignés chaque année par ce biais (transfusion, médicaments (...)

  • lundi 10 juin 2019
    C’est arrivé un 10 juin.

    Oradour, souviens-toi - remember. Fin mai 1944, l’état major allemand à Berlin s’alarme de la situation dans le sud-ouest de la France et recommande “une puissante riposte avec des forces suffisantes”. A Montauban, la 2ème division blindée S.S. "Das Reich", “unité d’élite”, spécialement équipée et formée pour la lutte contre les “partisans” et qui a subi de lourdes pertes sur le front de l’Est est en cours de réorganisation et s’apprête à intervenir. Le général Heinz Lammerding qui la commande depuis le 25 janvier promet qu’au 15 juin “la zone sera pacifiée”. Au matin du 6 juin 1944, une (...)

  • vendredi 7 juin 2019
    C’est arrivé un 7 juin.

    Dans les années 30, le mathématicien Alan Mathison Turing (né le 23 juin 1912 à Londres) est identifié comme l’un des cerveaux les plus brillants du Royaume Uni. Le 12 novembre 1937 Turing publie notamment un article de recherche "On computable numbers" dans lequel il met en place sa théorie de la calculabilité et qui est aujourd’hui considéré comme un fondement de l’informatique. Le gouvernement britannique lui demande alors de suivre des cours de chiffre et de cryptanalyse dès 1938. Durant la seconde guerre mondiale Turing est employé par les services secrets britanniques (...)

  • mardi 4 juin 2019
    C’est arrivé un 5 juillet.

    Paris, 5 juillet 1946, piscine Molitor - Naissance explosive du bikini. Pourtant, l’histoire nous enseigne que Réard n’a rien inventé et que l’histoire de la naissance du bikini remonte à bien plus longtemps qu’il n’y paraît. Que ce soit au travers les mosaïques de la Villa del Casale, en Sicile, datant du IVe siècle av. JC ou bien dans la Grèce Antique autour de l’an 1400 av. J.C., des maillots de bain deux pièces ornent déjà le corps des femmes non pour plonger dans la méditerranée mais pour s’adonner à la pratique du sport. Les plus anciennes références remontent même à (...)

  • mercredi 8 mai 2019
    C ’est arrivé un 8 mai.

    Le 25 avril 1945, une patrouille américaine et une unité soviétique effectuent leur jonction sur l’Elbe au cours d’une rencontre historique qui coupe le Reich en deux. Les tanks et l’infanterie soviétique envahissent Berlin et viennent à bout de la résistance allemande après de violents combats de rues au corps-à-corps contre des adversaires composés pour la plupart d’adolescents et de vieillards désemparés. Mais plus de 5000 nazis défendent l’immeuble du Parlement, ravagée par le feu. Le 30 avril, alors que les obus pleuve autour de son bunker, Hitler se tire une balle de (...)

  • samedi 27 avril 2019
    C’est arrivé un 27 avril.

    Durant des siècles des millions d’esclaves seront enchaînés, battus, asservis et déportés d’un continent à l’autre. A partir du XVIème siècle, la traite négrière transatlantique devient la plus intense, la plus massive entraînant la déportation, en quatre siècles, du XVIe au XIXe, de 12,5 à 15 millions d’Africains. A la fin du XVIIIe siècle, la France est l’un des pays en pointe dans ce qu’on appelle "la traite des Noirs". Louis XIII l’a autorisée en 1642 et le Roi-Soleil édictera en 1685 le fameux Code noir sur le statut des esclaves dans les colonies. Les navires partent de ports (...)

  • mercredi 27 mars 2019
    C’est arrivé un 27 mars.

    Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis longiligne du fleuve traversant le désert attire un peuple qui fait éclore, en l’espace de quelques générations, une civilisation extraordinairement avancée et complexe. Pour le réaliser, tout les maîtres du pays ont concentrés leurs efforts sur la Nubie, région frontalière où les eaux du fleuve devaient franchir de longs passages rocheux, les fameuses cataractes. Il y a 39 siècles déjà, les ingénieurs des pharaons tentaient d’exploiter les crues du Nil grâce à une retenue bâtie à Semna, (...)

  • dimanche 24 mars 2019
    C’est arrivé un 24 mars.

    La tuberculose est une maladie vieille comme le monde ou plutôt comme l’humanité. Autrefois nommée Phtisie, la tuberculose est connue depuis l’Antiquité. On sait qu’elle existait déjà aux temps préhistoriques et l’examen de momies égyptiennes à montrer qu’elle n’a pas épargné les plus puissants Pharaons. Hippocrate en décrit déjà les différentes formes au Vème siècle avant notre ère et l’infection tuberculeuse était pour les Hébreux un des châtiments divins. Elle n’était pas étrangère non plus en Inde et Chine anciennes, ainsi que chez les peuples autochtones, des siècles avant la venue (...)

  • vendredi 22 mars 2019
    C ’est arrivé un 22 mars.

    Lors d’un voyage à Paris, en 1890, Antoine Lumière, père d’Auguste et Louis découvre l’invention de l’Américain Edison : le Kinétoscope , un des premiers appareils de visualisation cinématographique sans projection. Il assiste également à une projection des premiers dessins animés du cinéma (les Pantomimes lumineuses.), qu’Emile Reynaud présente dans son Théâtre Optique. Profondément impressionné par ces projections, il entrevoit d’emblée qu’il est possible de faire mieux. De retour à Lyon, Antoine Lumière demande à ses fils, Auguste et Louis, de trouver un système pour obtenir des (...)

  • mardi 8 janvier 2019
    C’est arrivé un 8 janvier.

    Marco Polo naît le 15 septembre 1254 d’une de ces familles de commerçants et explorateurs vénitiens. Le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision. Si certains affirment qu’il est né à Korcula (île de l’adriatique au nord de la Croatie) d’autres pensent que ce serait à Venise. A une époque où Venise est une cité rayonnante, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. La Cité des Doges est alors en pleine expansion commerciale et territoriale. Certains, comme Niccolo Polo, le père de Marco et son oncle Nicolo (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.