C ’est arrivé un 8 mai.

mercredi 8 mai

Le 25 avril 1945, une patrouille américaine et une unité soviétique effectuent leur jonction sur l’Elbe au cours d’une rencontre historique qui coupe le Reich en deux. Les tanks et l’infanterie soviétique envahissent Berlin et viennent à bout de la résistance allemande après de violents combats de rues au corps-à-corps contre des adversaires composés pour la plupart d’adolescents et de vieillards désemparés. Mais plus de 5000 nazis défendent l’immeuble du Parlement, ravagée par le feu. Le 30 avril, alors que les obus pleuve autour de son bunker, Hitler se tire une balle de revolver dans la bouche. Eva Braun, sa compagne, absorbe du cyanure. Leurs cadavres sont déposés dans un trou d’obus et brûlés. Le 1er mai 1945, le commandant de la garnison de Berlin capitule. Les Soviétiques poursuivent cependant le combat pendant 2 jours encore pour anéantir les dernières poches de résistance.

Timbres - Le Drapeau rouge sur le Reichstag le 2 mai 1945.

Le 5 mai, les émissaires de l’amiral allemand Karl Dönitz arrivent au quartier général d’Eisenhower, à Reims, pour négocier une reddition séparée aux Américains ou une capitulation par étape qui donnerait à leurs troupes le temps de gagner l’Ouest. Le 6, un cessez-le-feu intervient pour l’ensemble des armées américaines. Le même jour, à Reims, Eisenhower menace le général Jodl (chef d’état-major de la Wehrmacht ) de bloquer toutes les voies d’accès à l’ouest de l’Allemagne si les négociations n’aboutissent pas. Le 7 mai à 02h41, dans une petite école de Reims qui abrite le quartier général d’Eisenhower, le général Jodl signe la capitulation sans condition du IIIe Reich en présence de tous les représentants des armées alliées.

Timbres - Le Général Dwight David Eisenhower "V pour Victoire".

Eisenhower, qui a toujours scrupuleusement informé le commandement soviétique, a tenu à ce qu’un représentant de l’Armée rouge soit là. Les combats devront cesser le lendemain 8 mai à 23h01. Tout mouvement de troupe sera dès lors interdit. Toujours méfiant, Staline exige et obtient que l’annonce de la capitulation allemande soit officiellement faite au monde le 8 mai à 15h00 et qu’une seconde capitulation soit effectuée le soir de cette date, à Berlin, en fait à Karlshorst, tout près de la capitale. Cela n’empêchera pas les Soviétiques de poursuivre leurs actions jusqu’au 11 mai afin de conquérir Prague et la plus grande partie de l’ouest de la Tchécoslovaquie.

Timbre - Berlin 8 mai 1945, Le Général de Lattre de Tassigny signe pour la France l'acte de capitulation de l'Allemagne.

Russes, Anglais, Américains, Français sont présents pour s’assurer de leur "victoire". Les signataires sont quatre généraux : Alfred Jodl, chef d’état-major des forces armées allemandes, l’Américain Walter Beddle-Smith, le Russe Ivan Sousloparov et le Français François Sevez, adjoint du général Juin. Après les signatures, Jodl a été autorisé à prononcer quelques mots : "En cette heure, je veux simplement exprimer l’espoir que le vainqueur saura les (le peuple allemand et la Wehrmach) traiter avec générosité."

Timbre - Le 9 mai (et non le 8 mai), la Russie célèbre la fin de la Seconde Guerre mondiale.

8 Mai 1945 : même cérémonie à Berlin pour la capitulation devant l’Armée rouge. Staline, revenant sur les décisions de Yalta, déclare qu’il n’a pas l’intention de démembrer ou de détruire l’Allemagne. L’acte prévu à 15h est retardé pour des raisons protocolaires jusqu’à minuit mais pour des raisons protocolaire, l’acte de capitulation sera finalement signé à 00h28 soit le 9 mai à Moscou, date qui sera retenue en URSS comme date de la Victoire. La signature du 8 mai n’a donc pas vraiment eu lieu le 8 mais en deux temps le 7 et le 9.

Ce même jour, le général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire, a adressé par radiole message suivant :"La guerre est gagnée ! Voici la victoire ! C’est la victoire des Nations unies et c’est la victoire de la France ! L’ennemi allemand vient de capituler devant les armées alliés de l’Ouest et de l’Est. Le commandement français était présent et parie à l’acte de capitulation. Dans l’état de désorganisation ou se trouvent les pouvoirs publics et le commandement militaire allemands, il est possible que certains groupes ennemis, veuillent, çà et là, prolonger pour leur propre compte une résistance sans issue. Mais l’Allemagne est abattue et elle a signé son désastre."

Timbre - Gueorgui Joukov, le maréchal soviétique qui a brisé la Wehrmacht.

Le maréchal Joukov et le général de Lattre signent la capitulation allemande à Berlin 8 mai 1945. Chaque année depuis 1945, le 8 mai est l’occasion de se souvenir et de célébrer la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La nouvelle annoncée le 8 mai, jour officiel de la Victoire déclenche une extraordinaire vague de joie dans le monde entier. A 15h00, la voix du vieux lion britannique retentit à la radio : "La guerre avec l’Allemagne est finie ! Longue vie à la cause de la paix !" A Londres, à New York, à Paris, à Moscou, un délire d’allégresse explose dans les rues. Un peu plus tard dans la journée, avant de paraître au balcon de Buckingham à côté du roi George VI, Churchill déclare toutefois à la Chambre des Communes : "C’est quasiment le monde entier qui s’est ligué pour vaincre les scélérats qui se prosternent maintenant devant nous mais n’oublions pas que le Japon, traître et avide, reste indompté. Ses cruautés odieuses appellent la justice et le châtiment.". la Seconde Guerre mondiale est finie.

Timbre - 8 mai 1945 - Fin de la guerre en Europe.

Les combats cessent sur tous les fronts mais ils se poursuivront contre le Japon pendant 3 mois. La décision de Truman de lancer la première bombe atomique sur Hiroshima ( 200000 morts sur 250000 habitants) le 6 août, puis sur Nagasaki le 9 ( 80000 morts) amène le Japon, que l’URSS vient d’attaquer en Mandchourie, à capituler sans condition. L’acte est signé le 2 septembre 1945 à bord de l’USS Missouri en présence de tous les alliés, y compris la France.

Timbre - Soldats soviétiques à la porte de Brandebourg après la bataille de Berlin.

L’extension géographique du conflit et l’utilisation d’armement sophistiqué, à la puissance destructrice accrue, font de la Seconde Guerre mondiale la plus meurtrière de l’histoire. Au moins 50 millions d’hommes sont morts entre 1939 et 1945, chiffre cinq fois supérieur à celui de la première guerre et considérée et pourtant comme une tuerie exceptionnelle auquel il faut ajouter un nombre très important de blessés ; près de 20 millions de morts en URSS, 7,4 millions en Allemagne, 5,8 en Pologne, 2 au Japon, 400000 au Royaume-Uni, 291000 aux États-Unis, 640000 en France dont 400000 civils... Le génocide des juifs a fait 5,6 millions de victimes. La guerre a une fois de plus bouleversé l’Europe. Certes les pertes humaines en France sont nettement inférieure à celle de la Première Guerre (1,3 million de mort), mais les pertes matérielles sont nettement plus importantes. Du fait des prélèvements allemand, de l’effondrement de l’investissement et des combats de la Libération, les dégâts représentent le quart du PIB ( contre 10 % en 1918). Prolongée de manière inégale en Méditerranée, en Asie du Sud-Est et en Océanie, elle a épargnée en revanche le continent américain ainsi que la majeure partie de l’Afrique. Cette guerre donne naissance à un nouveau monde mettant fin à un ordre international européen vieux de plusieurs siècles et laissant la place à un système bipolaire ou deux “superpuissances” que tout oppose s’affrontent désormais.

Timbre - Commémoration de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945.

La date du 8 mai a été déclaré jour férié en mars 1953. Le général de Gaulle alors président de la République, fait supprimer par décret son caractère férié six ans plus tard. Il faudra attendre 1981 et l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, pour qu’il soit rétabli. Depuis la commémoration de la victoire du 8 mai 1945 est redevenue une fête nationale.

Timbres - 40ème anniversaire de la Victoire de 1945. Retour à la Paix, Retour à la Liberté.

"Voici achevée, ce soir la route qui, à travers tant de périls, de déboires et de persévérance, devait conduire à cette victoire dont la planète entière va retentir.

L’univers des hommes libres a failli chavirer. Pour nos puissants alliés de l’Est et de l’Ouest, cette Allemagne mise à merci n’est qu’une victoire, pour nous c’est une remontée de l’abîme. Notre pays sort d’un gouffre au fond duquel le monde a pu le croire fracassé. Aux avant-postes du combat, cette France prédestiné a connu la plus dangereuse misère de son histoire. elle a été torturé dans sa chair et dans son esprit. Ayant perdu son sol, elle a failli perdre l’honneur. Elle a vu le maquignon à face de gitan trafiquer ses malheurs. Elle a vécu de mois en mois et d’année en année dans une angoisse inexprimable. Certains commence à peine à découvrir, devant les suppliciés de Buchenwald, devant ces fantômes surgit d’entre les morts, l’anéantissement qu’eut entraîné la domination du nazisme. cette soirée triomphale et bien différente de celle que ramenait à Paris en 1918 un Foch vainqueur à la tête des armées alliées. Elle est grave. Elle a été payé pour de plus grandes souffrances. Elle est autrement pathétique.

Aucun Français, je pense, Qui ne sente en cette heure l’enjeux de la partie gagnée. Aucun Français qui ne sente intensément ce qu’a représenté pour le pays, quand tout semble perdu, la valeur d’âme irréductible d’un De Gaulle. Aucun Français qui n’éprouve une émotion poignante devant ses armées de l’univers où tant de vies furent sacrifiées pour que la vie valût encore d’être vécue. L’histoire jugera à leur mesure ces prodigieux exploits. N’essayons pas, par peur de la devancer. Dans cette Europe en décombres ou tant d’horreurs ont suscité tant d’héroïsmes, contentons-nous, ce soir, du rôle de survivants. Songeons à Rethondes, à Montoire, aux otages, aux chambres de tortures, aux fusillés, songeons aux poignées d’hommes de coeur qui, les premiers, traqués dans l’ombre, refusèrent de fléchir. Songeons aux défis lancé par Hitler, à ses ivresses, à ses tiomphes, au déferlement de sa puissance, et laissons simplement retentir en nous cette petite phrase miraculeuse : Hier, l’Allemagne à genoux à capitulé." Le Figaro (France), 8 mai 1945. Pierre Brisson.

Timbre - Le général de Gaulle annonce la victoire des Alliés, qui est aussi "la victoire de la France".

“Paris outragé ! Paris brisé ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France” Proclamait le général de Gaulle le 25 août 1944. La veille à 21h les cloches de toutes les églises sonnaient à la volée, mais il faudra attendre le 8 mai 1945 pour que la Seconde Guerre mondiale se termine officiellement en Europe. Le 26 août 1944 le général de Gaulle descendait les Champs-Élysées à pied avec les membres du comité national de la Résistance. Dans ses mémoires de guerre le Général décrit cette marée humaine qui l’acclamait sur son parcours : “Innombrables Français dont je m’approche tour à tour, à l’Etoile, au Rond-point, à la Concorde, devant l’Hôtel de Ville, sur le parcours de la cathédrale, si vous saviez comme vous êtes pareil... et moi au centre de ce déchaînement je me sens remplir une fonction qui dépasse de très haut ma personne, servir d’instrument au destin. Avant l’Appel à la résistance lancé à la radio londonienne le 18 juin 1940, rien ne présageait le rôle extraordinaire que le général de Gaulle allait jouer dans la conduite de la guerre et plus tard dans la vie politique française. Un an plus tard le 8 mai 1945, La Seconde Guerre mondiale se terminait officiellement en Europe.





Toutes les brèves du site

  • mercredi 7 août 2019
    C’est arrivé un 07 août.

    Deux ans après la fin de la seconde guerre mondiale, l’explorateur et scientifique norvégien Thor Heyerdahl accompagné de 5 hommes d’équipage et d’un perroquet, mascotte de l’expédition s’embarque sur un radeau de 14 mètres de long qui a été baptisé Kon-Tiki en l’honneur du Roi-Soleil en Inca pour une expédition qui allait devenir un récit mythique. C’est le 27 avril 1947 que l’équipage quitte le port péruvien de Callao près de Lima pour affronter vagues et vents. Thor Heyerdahl veut prouver à une communauté scientifique sceptique que les ancêtres des Incas auraient pu migrer depuis (...)

  • mardi 11 juin 2019
    C’est arrivé un 14 juin.

    14 Juin -Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Se mobiliser est crucial. 10 000 dons sont nécessaires chaque jour en France pour faire face à la demande. Et se chiffre à tendance à augmenter. Le don du sang est aussi vital qu’incontournable pour les secours d’urgence, les personnes atteintes d’un cancer, les victimes d’hémorragies ou celles touchées par des maladies du sang. Il est en effet impossible de remplacer le sang humain par des médicaments ou des produits de synthèse. Surtout, c’est 1 million de malades de soignés chaque année par ce biais (transfusion, médicaments (...)

  • lundi 10 juin 2019
    C’est arrivé un 10 juin.

    Oradour, souviens-toi - remember. Fin mai 1944, l’état major allemand à Berlin s’alarme de la situation dans le sud-ouest de la France et recommande “une puissante riposte avec des forces suffisantes”. A Montauban, la 2ème division blindée S.S. "Das Reich", “unité d’élite”, spécialement équipée et formée pour la lutte contre les “partisans” et qui a subi de lourdes pertes sur le front de l’Est est en cours de réorganisation et s’apprête à intervenir. Le général Heinz Lammerding qui la commande depuis le 25 janvier promet qu’au 15 juin “la zone sera pacifiée”. Au matin du 6 juin 1944, une (...)

  • vendredi 7 juin 2019
    C’est arrivé un 7 juin.

    Dans les années 30, le mathématicien Alan Mathison Turing (né le 23 juin 1912 à Londres) est identifié comme l’un des cerveaux les plus brillants du Royaume Uni. Le 12 novembre 1937 Turing publie notamment un article de recherche "On computable numbers" dans lequel il met en place sa théorie de la calculabilité et qui est aujourd’hui considéré comme un fondement de l’informatique. Le gouvernement britannique lui demande alors de suivre des cours de chiffre et de cryptanalyse dès 1938. Durant la seconde guerre mondiale Turing est employé par les services secrets britanniques (...)

  • mardi 4 juin 2019
    C’est arrivé un 5 juillet.

    Paris, 5 juillet 1946, piscine Molitor - Naissance explosive du bikini. Pourtant, l’histoire nous enseigne que Réard n’a rien inventé et que l’histoire de la naissance du bikini remonte à bien plus longtemps qu’il n’y paraît. Que ce soit au travers les mosaïques de la Villa del Casale, en Sicile, datant du IVe siècle av. JC ou bien dans la Grèce Antique autour de l’an 1400 av. J.C., des maillots de bain deux pièces ornent déjà le corps des femmes non pour plonger dans la méditerranée mais pour s’adonner à la pratique du sport. Les plus anciennes références remontent même à (...)

  • samedi 27 avril 2019
    C’est arrivé un 27 avril.

    Durant des siècles des millions d’esclaves seront enchaînés, battus, asservis et déportés d’un continent à l’autre. A partir du XVIème siècle, la traite négrière transatlantique devient la plus intense, la plus massive entraînant la déportation, en quatre siècles, du XVIe au XIXe, de 12,5 à 15 millions d’Africains. A la fin du XVIIIe siècle, la France est l’un des pays en pointe dans ce qu’on appelle "la traite des Noirs". Louis XIII l’a autorisée en 1642 et le Roi-Soleil édictera en 1685 le fameux Code noir sur le statut des esclaves dans les colonies. Les navires partent de ports (...)

  • mercredi 27 mars 2019
    C’est arrivé un 27 mars.

    Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis longiligne du fleuve traversant le désert attire un peuple qui fait éclore, en l’espace de quelques générations, une civilisation extraordinairement avancée et complexe. Pour le réaliser, tout les maîtres du pays ont concentrés leurs efforts sur la Nubie, région frontalière où les eaux du fleuve devaient franchir de longs passages rocheux, les fameuses cataractes. Il y a 39 siècles déjà, les ingénieurs des pharaons tentaient d’exploiter les crues du Nil grâce à une retenue bâtie à Semna, (...)

  • dimanche 24 mars 2019
    C’est arrivé un 24 mars.

    La tuberculose est une maladie vieille comme le monde ou plutôt comme l’humanité. Autrefois nommée Phtisie, la tuberculose est connue depuis l’Antiquité. On sait qu’elle existait déjà aux temps préhistoriques et l’examen de momies égyptiennes à montrer qu’elle n’a pas épargné les plus puissants Pharaons. Hippocrate en décrit déjà les différentes formes au Vème siècle avant notre ère et l’infection tuberculeuse était pour les Hébreux un des châtiments divins. Elle n’était pas étrangère non plus en Inde et Chine anciennes, ainsi que chez les peuples autochtones, des siècles avant la venue (...)

  • vendredi 22 mars 2019
    C ’est arrivé un 22 mars.

    Lors d’un voyage à Paris, en 1890, Antoine Lumière, père d’Auguste et Louis découvre l’invention de l’Américain Edison : le Kinétoscope , un des premiers appareils de visualisation cinématographique sans projection. Il assiste également à une projection des premiers dessins animés du cinéma (les Pantomimes lumineuses.), qu’Emile Reynaud présente dans son Théâtre Optique. Profondément impressionné par ces projections, il entrevoit d’emblée qu’il est possible de faire mieux. De retour à Lyon, Antoine Lumière demande à ses fils, Auguste et Louis, de trouver un système pour obtenir des (...)

  • mardi 8 janvier 2019
    C’est arrivé un 8 janvier.

    Marco Polo naît le 15 septembre 1254 d’une de ces familles de commerçants et explorateurs vénitiens. Le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision. Si certains affirment qu’il est né à Korcula (île de l’adriatique au nord de la Croatie) d’autres pensent que ce serait à Venise. A une époque où Venise est une cité rayonnante, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. La Cité des Doges est alors en pleine expansion commerciale et territoriale. Certains, comme Niccolo Polo, le père de Marco et son oncle Nicolo (...)

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.