Colombophilie.

samedi 22 août 2009
par  Djclone

Ce n’est que seulement depuis quelques décennies que les moyens de transmission modernes ont eu raison de ses bons et loyaux services. De qui s’agit t’il ? : Des pigeons. En effet les pigeons ont un sens merveilleux de l’orientation. Même loin de chez eux, ils retrouvent leur chemin. Combiner à leur exceptionnelle endurance à voler sur des distances de plusieurs centaines de kilomètres cela a permis au pigeon de servir, depuis des millénaires, l’impérative exigence des hommes à correspondre entre eux. Ces qualités le rend précieux pour le transport du courrier et des messages.

Timbre la Colombophilie.
Timbre de france taille-douce de 1957 En l’honneur de la Colombophilie.

Dès l’antiquité les Romains se servaient déja des pigeons messagers en toutes occasions : informations à caractère officiel, commercial et bien sûr stratégique en temps de guerre. Des postes par pigeons fonctionnaient déja aux pays-bas en 1575. Tout au long des siècles, le pigeon va donc demeurer cet agent de liaison irremplaçable notamment lors des conflits de 1870 puis de 1914-1918 et 1939-1945.

Carte postale aux colombophiles morts pour la france.
Carte postale aux colombophiles morts pour la France- Au pigeon de Verdun. Le pigeon du fort de vaux.

Lors du siège de Paris en 1870, entre le 18 septembre 1870 et le 28 janvier 1871 64 ballons chargés de pigeons quittèrent la ville de Paris a destination de la Province. Les dépêches étaient miniaturisées par un procédé mis au point par le photographe Dragon, qui s’était fait remarquer en réduisant une photo représentant 400 députés sur une pellicule de 2 millimètres carrés. Grâce à ce procédé de réduction, chaque pigeon pouvait transporter 3.000 dépêches sur une pellicule de 3,5 mm2.
Pendant le siège, les pigeons ont ainsi acheminé 115.000 dépêches officielles et plus de 1.000.000 de dépêches privées. "Vaillant" les pigeons. A l’arrivée des pigeons, les minuscules pellicules étaient récupérées et un projecteur appelé “lanterne magique”permettait la lecture de ces "microfilms". Recopiés à la main, les messages étaient ensuite distribués aux destinataires par des facteurs.

Actuellement encore, et à titre de tradition, l’armée entretient toujours un colombier militaire de plus de 280 pigeons voyageurs, au 8e Régiment de Transmission au Mont Valérien à Suresnes. D’ailleurs un musée de la Colombophilie militaire y est ouvert. Belle histoire que cette association du pigeon et des hommes. C’est l’histoire de la Colombophilie.

A lire : La Poste par Pigeon voyageur-Souvenir du Siège de Paris

A lire : Le Pigeongramme

A lire :L’emploi des pigeons voyageurs dans le Toulois de 1871 à 1914.

A lire :Une brève histoire de la colombophilie



Commentaires

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


C’est arrivé un 19 février.

En octobre 1944, la flotte japonaise est anéanti à Leyte, aux larges des philippines. Mais alors (...)

C’est arrivé un 12 février.

Après le traité de Paris de 1763, le roi Louis XV souhaite que la France participe aux grandes (...)

C’est arrivé un 11 février.

Le 11 février 2016, le directeur du laboratoire LIGO annonce que pour la 1ère fois, une onde (...)

C’est arrivé un 8 février.

Au lendemain de la première guerre mondiale qui vient de s’achever et qui a vu l’émergence d’une (...)

C’est arrivé un 15 janvier.

Dans les montagnes du sud-ouest de la Chine se cache un ours noir et blanc : il s’agit du grand (...)

C’est arrivé un 14 janvier.

En 1919, au sortir de la première guerre mondiale l’Alsace et la Lorraine redeviennent des (...)

C’est arrivé un 12 janvier.

Pierre de Fermat est né dans la première décennie du XVIIeme siècle à Beaumont de Lomagne (1601 ou (...)

C’est arrivé un 11 janvier.

Il faut remonter très loin dans l’Antiquité pour découvrir les premières descriptions de cette (...)

C’est arrivé un 2 janvier.

L’Italien Fausto Coppi, virtuose de la bicyclette, reste à ce jour l’un des plus grand champions (...)

C’est arrivé un 25 décembre.

Fils aîné de Pépin le Bref, Charles 1er, plus connu après sa mort sous le nom de Charlemagne (du (...)