Cursives et bureau secondaire de Colombes.

lundi 18 août 2008
par  Djclone

Au XVIIIème siècle le courrier déposé dans les bureaux secondaires ne portait que le nom manuscrit du bureau. Le courrier qui était déposé dans ces bureaux secondaires passait ensuite par les bureaux de direction. La localité de Colombes figure sur les almanachs de 1792 et de l’an II (1793-1794) Aucune marque postale n’a été découverte pour la période révolutionnaire. Ce n’est qu’en 1819 que les bureaux de distribution, seuls bureaux habilités à calculer la taxation du courrier et à appliquer leur propre timbre (jusqu’alors un tampon avec marque linéaire) sont dotés d’un nouveau matériel de timbrage : c’est la naissance des marques dîtes Cursive.

Les marques dîtes Cursive indiquent généralement sur 3 lignes :

- Le numéro du département ( ligne du haut ) Ici 60

- Le nom du Bureau en Italique ( ligne du milieu ) Ici Colombes

- Le nom du Bureau de direction en lettres droites ( ligne du bas) Ici
NEUILLY

Obliteration par cursive type distribution 60/Colombes/NEUILLY.

Lettre oblitérée par cursive type distribution 60/Colombes/NEUILLY taxée à 2 décimes pour PARIS.

Le bureau secondaire est totalement subordonné à son bureau de direction d’attache. Sur ce courrier qui porte le timbre 60/Colombes/NEUILLY, Neuilly est le bureau de direction principal qui contrôle le bureau secondaire de Colombes.

Il faut attendre la décision du 27 août 1823 réorganisant le service de la poste dans le département de la Seine pour que la décision soit prise de mettre en place à Colombes une boîte postale secondaire et un facteur. Cette boîte postale secondaire dépendait du bureau de direction de Neuilly. Elle était servie deux fois par jour, aller et retour par un facteur suivant le schéma ci-dessous :

Schema de fonctionnement du courrier entre Colombes et Neuilly début XIXème Siecle.

Par mesure d’économie et pour éviter de fabriquer de nouvelles griffes cursives simple les bureaux de direction en service sont invités à limer le nom de la ligne inférieure des timbres à date par décision du 10 Avril 1830. La taxation et le contrôle par l’apposition de ces nouvelles griffes cursives simple reste toujours l’apanage des bureaux de direction. Dans le cas de Colombes cette opération de limage reviendra à supprimer la ligne NEUILLY sur la griffe cursive.



Commentaires

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


C’est arrivé un 21 avril.

Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin en (...)

C’est arrivé un 19 février.

En octobre 1944, la flotte japonaise est anéanti à Leyte, aux larges des philippines. Mais alors (...)

C’est arrivé un 12 février.

Après le traité de Paris de 1763, le roi Louis XV souhaite que la France participe aux grandes (...)

C’est arrivé un 11 février.

Le 11 février 2016, le directeur du laboratoire LIGO annonce que pour la 1ère fois, une onde (...)

C’est arrivé un 8 février.

Au lendemain de la première guerre mondiale qui vient de s’achever et qui a vu l’émergence d’une (...)

C’est arrivé un 15 janvier.

Dans les montagnes du sud-ouest de la Chine se cache un ours noir et blanc : il s’agit du grand (...)

C’est arrivé un 14 janvier.

En 1919, au sortir de la première guerre mondiale l’Alsace et la Lorraine redeviennent des (...)

C’est arrivé un 12 janvier.

Pierre de Fermat est né dans la première décennie du XVIIeme siècle à Beaumont de Lomagne (1601 ou (...)

C’est arrivé un 11 janvier.

Il faut remonter très loin dans l’Antiquité pour découvrir les premières descriptions de cette (...)

C’est arrivé un 2 janvier.

L’Italien Fausto Coppi, virtuose de la bicyclette, reste à ce jour l’un des plus grand champions (...)