Football féminin et Coupe du Monde Féminine.

samedi 25 mai 2019
par  Djclone

Ramenez la Coupe à la maison, Allez les Bleues...C’est le moment de briller.

Un an après les garçons, c’est au tour des filles d’entrer en piste. La France peut se targuer d’avoir organisé de nombreux évènements sportifs de premier plan. Deux fois hôte du Mondial masculin (1938 et 1998), l’hexagone accueille en 2019 pour la première fois de son histoire la plus grande compétition internationale de football féminin. Après le succès des hommes en Russie en 2018 les attentes qui pèsent sur les épaules des bleues sont immenses. Nation organisatrice, la France qualifiée d’office pour la phase finale ouvrira la compétition au Parc des Princes, le 7 juin face à des coréennes qui semblent à leur portée.

Timbres - Les femmes aussi aiment le foot.Les femmes aussi aiment le foot, En France, sur 32 millions d’intéressés par le ballon rond, 43% sont des femmes. Tous les yeux seront donc rivés sur l’équipe de France, qui aura à cœur d’imiter Didier Deschamps et sa bande, vainqueurs l’an dernier en Russie.

Timbre - 7 Juin-7 Juillet 2019, la Coupe du Monde de Football féminine en France. Timbre- Sports passion : le football féminin.

Les Bleues de Corinne Diacre débarquent ainsi avec la lourde étiquette de pays organisateur, souvent synonyme, pour les grandes nations, de favori à la victoire finale. Avec leurs Lyonnaises et leurs Parisiennes, les Françaises sont suffisamment matures pour assumer ce statut, comme elles l’ont prouvé lors des récents matchs amicaux. Mais attention, si l’équipe de France n’a pas participé aux éliminatoires il lui a fallu, pour lancer vraiment sa campagne mondiale un électrochoc après sa défaite 4-1 contre l’Angleterre aux Etats-Unis lors de la SheBelieves Cup en 2018. En face, il y aura du répondant. Si la Norvège ne pourra pas compter sur son Ballon d’or 2018, Ada Hegerberg, les autres nations ont toutes de solides arguments à faire valoir : les États-Unis d’Alex Morgan, le Brésil de Marta, le Japon de Saki Kumagai, l’Allemagne de Dzsenifer Marozsán, l’Angleterre de Nikita Parris. Autant de potentiels candidats à la victoire finale qui vendront cher leur peau.

Timbre - Le trophée de la Coupe du Monde FIFA de football féminin.Conçu par William Sawaya et façonné à la main par les spécialistes milanais Sawaya & Moroni en 1998 pour le tournoi 1999, le trophée de la Coupe du Monde de Football féminine reflète l’athlétisme, le dynamisme et l’élégance du football féminin. En bronze plaqué or, aluminium poli et granit Verde Candeias, il mesure 47 cm et pèse 4,6 kg.

Depuis plusieurs années, le football féminin ne cesse de gagner en popularité. Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’atmosphère festive qui régnait aux quatre coins du monde, les mois précédents le coup d’envoi de cette nouvelle Coupe du Monde Féminine de la FIFA. Le ballon rond version dames a énormément gagné en qualités technique et tactique. Devenu de plus en plus spectaculaire, il attire désormais un public de plus en plus large et les stars américaines, européennes, asiatiques, africaines et océaniennes jouissent aujourd’hui d’une renommée mondiale. La France accueillera pour la première fois, du 7 juin au 7 juillet 2019, la Coupe du Monde Féminine de football. Le match d’ouverture se jouera au Parc des Princes et opposera la France à la République de Corée. Les vingt-quatre pays en compétition (soit deux fois plus que lors de la première compétition) s’affronteront sur les stades des neuf villes hôtes : Grenoble, Le Havre, Montpellier, Nice, Paris, Reims, Rennes, Valenciennes, et Lyon, où se disputera la finale. Souvent placée, jamais gagnante lors des grandes compétitions internationales ces dernières années, l’équipe de France féminine va tenter de briser le plafond de verre, pour peut-être remporter la Coupe du monde, disputée pour la première fois de son histoire sur ses terres.

Timbre - Le football féminin.

Un peu d’histoire.

Aujourd’hui, près de 30 millions de femmes et de jeunes filles de toutes cultures jouent au football à travers le monde, au sein des 209 associations membres de la FIFA. Si le football féminin est en pleine ascension ces dernières années en Europe, notamment en France, son histoire est bien plus ancienne que cela et il faut remonter à la fin du XIXème siècle. A cette époque le foot masculin se professionnalise et est alors réservé uniquement aux hommes. Mais les femmes suivent, pour une minorité leur mari dans les stades, et certaines, au Royaume-Uni et en Ecosse s’aventurent dans le monde du ballon rond : c’est ainsi qu’a lieu le 7 mai 1881, en Ecosse le premier match de football féminin et qu’en 1894 est fondé le premier club de football féminin : British Ladies’ Football Club(BLFC) . En France, il apparaît un peu plus tardivement : le Fémina Sport, fondé en 1912, est le club pionnier du football féminin en France. Il fait connaître ce sport dans la région parisienne, principalement dans les milieux populaires. Citons le Fémina Sport, l’En Avant et les Sportives de Paris. C’est le 30 septembre 1917 que se déroule à Paris le premier match de football féminin français entre deux équipes du Fémina Sport. Après la Première Guerre Mondiale, le football féminin devient légitime, et les clubs parisiens mettent en place le premier championnat. Cette compétition s’ouvrira aux clubs de province à partir de la saison 1920-1921. Le Championnat de France, mis en place entre 1919 et 1932 par la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF, fondée le 18 janvier 1918), fut en France la première compétition de football féminin.

Timbres - Le football féminin, une pratique en développement. Timbres - Les femmes et le football.

Mais depuis ses débuts , le football féminin subit le mépris des instances sportives et politiques. Ainsi les “interdictions” instaurées par les associations anglaise, allemande ou encore française durant les années 1920 freineront largement sa croissance. En 1921, la fédération interdit aux femmes de jouer sur des terrains officiels, mais cela n’empêchera pas l’équipe de France et le Fémina de traverser la Manche à de nombreuses reprises au cours des années suivantes. Le Championnat de France féminin s’arrête même en 1933. Puis en 1941, le régime de Vichy, qui était alors plutôt favorable au sport féminin, en interdit rigoureusement la pratique, le football étant jugé « nocif pour les femmes ». Au niveau international, la première Coupe d’Europe est organisée en 1969 et disputée par quatre pays : la France, l’Angleterre, le Danemark et l’Italie. Mais cette compétition est encore "non-officielle". Il faudra attendre le début des années 70 pour que les fédérations anglaise, française (FFF - 29 mars 1970) mais aussi allemande ou italienne, ne reconnaissent officiellement à nouveau le football féminin. Concernant l’UEFA et la FIFA, principales institutions européennes et mondiales, l’organisation des compétitions féminines ne débutera qu’en 1991. Après avoir tâté le terrain en 1988 avec un tournoi international de football féminin en Chine, la FIFA organisera son premier Championnat de football féminin officiel dans ce même pays trois ans plus tard (1991).

Timbre - La Coupe du Monde de Football Féminine 1991 en Chine.

Il était une fois la Coupe du Monde Féminine.

Chine 1991. Plus de vingt ans après l’organisation d’un premier Mondial non officiel lors de l’été 1970, en Italie, et remporté par le Danemark, la FIFA décide d’organiser en 1991 la première Coupe du Monde de football féminine de l’histoire. Le foot féminin ouvre alors sa période moderne. Douze équipes représentant les six confédérations continentales sont alors en lice. Les matchs ne durent que quatre-vingts minutes et seuls deux points sont attribués pour une victoire. Le tournoi se termine logiquement par une victoire des Américaines. Les Etats-Unis deviennent les 1ères championnes du monde de l’histoire après leur victoire face à la Norvège (2-1). Elles peuvent compter sur leur trio offensif composé de Michelle Akers (la meilleure buteuse, 10 buts en 6 matchs, dont un quintuplé en quarts contre Taïwan), de la brillante Carin Jennings et d’April Heinrichs, qui prendra sa retraite après la compétition. À trois, elles inscrivent 20 des 25 buts de la Team USA, dont deux lors de la finale contre la Norvège (2-1), disputée devant 65 000 personnes à Guangzhou. Le record du but le plus rapide est toujours détenu par la suédoise Lena Videkull, qui a marqué à la 30ème seconde du match contre le Japon, lors de cette première édition de la coupe du monde de football féminine.

Timbre - La première coupe du Monde féminine de l'histoire - Chine 1991

Suede 1995. La seconde édition de la Coupe du Monde de football féminin eut lieu en Suède du 5 au 18 juin 1995. Riise fait chavirer la Norvège. Dans la tête des Américaines, la Norvège est un cauchemar, ce qui faisait sourire il y a quelques mois la meilleure buteuse de l’édition 1995, Ann-Kristin Aarønes, sur le site de la FIFA : “Cette demi-finale contre les États-Unis... Après mon but, elles ont touché trois fois la barre dans les dernières minutes, donc j’imagine qu’on a été légèrement chanceuses de gagner.” Après avoir terminé en tête de son groupe, la Norvège sort coup sur coup les États-Unis (1-0), puis l’Allemagne en finale (2-0), remportant le trophée grâce à un but de sa pépite, Hege Riise. Battue en finale de la première édition de la première Coupe du Monde de football féminin en 1991 avec un but encaissé à deux minutes de la fin du match, la Norvège a pris sa revanche.

Timbre - Tournoi féminin de football aux Jeux olympiques d'été de 1996.

Etats-Unis 1998. Les Etats-Unis à Domicile. L’édition 1999 est sans aucun doute un virage pour l’histoire de la Coupe du Monde Féminine. Le tournoi passe de 12 à 16 équipes. Aux États-Unis, 320 joueuses débarquent, les retombées médiatiques explosent, les stades se remplissent et les audiences télé décollent... A la fin et sous un soleil de plomb, ce sont encore les Américaines qui s’imposent pour la seconde fois dans un décor de rêve, le Rose Bowl, de Pasadena, en Californie, avec 90 000 spectateurs et au bout d’un scénario idéal : victoire aux tirs au but, face à la Chine de la scintillante Sun Wen, meilleure joueuse et meilleure buteuse de la compétition. Lors de cette édition, deux records de rapidité sont battus : l’australienne Alicia Ferguson a été expulsée au bout de deux minutes contre la chine tandis que la Nord-Coréenne Ri Hyang-ok a été avertie dès la première minute face au Nigéria. Après avoir participé à 2 phases finales en tant que joueuse, Ri reviendra en Coupe du Monde pour distribuer des cartons : elle figurait en effet parmi les arbitres lors de l’édition 2015.

Timbre - Le football féminin

Etats-Unis 2003. Alors que cette Coupe du Monde devait avoir lieu en Chine, la FIFA décide de reporter l’édition à cause d’une épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) et de la faire jouer à l’automne, de nouveau aux États-Unis. C’est lors de cette édition que la France fait pour la première fois son apparition dans ce tournoi. Mais les bleues seront battues d’entrée par la Norvège (0-2), et éliminées dès le premier tour malgré un bon nul contre le Brésil (1-1) et un succès contre les Coréennes (1-0). Huit ans après sa défaite en finale contre la Norvège, l’Allemagne, elle, roule sur le monde, explose les États-Unis en demi-finale (3-0) puis s’offre « son rêve américain ». Avec son but en or inscrit pendant la prolongation de la finale contre la Suède, Nia Künzer est instantanément devenue une légende pour les supporters allemands.

Timbre - La Coupe du Monde de Football Féminine 2007 en Chine.

Chine 2007. Cette année devait être celle du Brésil. Cela a commencé dès les poules, avec trois succès brillants du Brésil, dont un contre la Chine simplement atomisée (4-0). Puis, il y aura cette demi-finale, qui verra le Brésil mettre à terre les Américaines (4-0). Mais en finale, la bataille entre la joie insouciante des brésiliennes et la maîtrise froide des allemandes tourne à l’avantage des secondes qui conservent leur titre (0-2) lors d’une finale où Marta rate un penalty devant Nadine Angerer et où Birgit Prinz, again, sort le grand jeu. “Nous n’avons pas gagné, mais nous avons écrit l’histoire”, dira Marta. C’est le doublé pour les allemandes qui ont écrasées la compétition avec 21 buts marqués pour aucun encaissé !

Timbre - La Coupe du Monde de Football Féminine 2011 en Allemagne.

Allemagne 2011. Le Frisson Japonais. Cette sixième édition de la Coupe du Monde de football féminin est organisée en Allemagne, du 26 au 17 juillet 2011. Durant un mois, le monde assistera à une compétition offensive, techniquement au point et au niveau élevé, et où l’on verra l’équipe de France toucher la première demi-finale de son histoire. A Francfort, lors de la finale, c’est finalement le Japon qui ramasse le Mondial. Face aux Américaines, les Japonaises reviennent deux fois au score, terminent à dix et se dépasseront pour décrocher l’étoile au bout des tirs au but. Si le Japon est devenu champion du monde grâce à la qualité de son jeu collectif et à l’engagement de ses joueuses, il compte tout de même dans ses rangs une étoile qui brille plus que les autres : Homare Sawa.

Timbre - La Coupe du Monde de Football Féminine 2015 au Canada.La chouette Shuéme, Mascotte officielle de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015

Canada 2015. Et de 3 pour les Etats-Unis. Cette septième édition de la Coupe du Monde de football féminin s’est déroulée au Canada du 6 juin au 5 juillet 2015. Il s’agit de la 3ème édition à être organisée sur le continent nord-américain et le tournoi passe de 16 à 24 équipes. Place à la revanche : le 5 juillet 2015, à Vancouver, les Américaines et les Japonaises se retrouvent autour de la table de l’histoire. Et l’issue est fatale pour les japonaises. Après seize minutes, les États-Unis mènent 4-0 et décrochent par une large victoire leur troisième sacre mondial (5-2) au bout d’une compétition maîtrisée et marquée par l’explosion de Carli Lloyd, auteure de six buts à partir des huitièmes, dont trois en finale (Hat-trick inscrit le plus tôt au cours d’un match) contre les Japonaises, lui permettant d’offrir aux Etats-Unis un troisième titre mondial. La même année, La Suissesse Fabienne Humm a inscrit le triplé le plus rapide de l’histoire de la Coupe du Monde en cinq minutes à peine, contre l’Equateur. Elle a marqué à la 47e, 49e et 52e.

Pour revivre "Football féminin et Coupe du Monde Féminine", téléchargez notre Dossier : Football féminin et Coupe du Monde Féminine à travers la philatélie.(6 pages au format A3) Si vous désirez imprimer ce dossier pour faire une exposition nous tenons à disposition une version de celui-ci en Haute Qualité Pdf. N’hésitez pas à nous la demander.

Exposition - Football féminin et Coupe du Monde Féminine à travers la philatélieConsultez nos autres articles sur le football : Les origines du football ; Les timbres messagers du football et 1930-2018 : histoire timbrée de la Coupe du monde.



Commentaires

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


C’est arrivé un 07 août.

Deux ans après la fin de la seconde guerre mondiale, l’explorateur et scientifique norvégien Thor (...)

C’est arrivé un 14 juin.

14 Juin -Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Se mobiliser est crucial. 10 000 dons sont (...)

C’est arrivé un 10 juin.

Oradour, souviens-toi - remember. Fin mai 1944, l’état major allemand à Berlin s’alarme de la (...)

C’est arrivé un 7 juin.

Dans les années 30, le mathématicien Alan Mathison Turing (né le 23 juin 1912 à Londres) est (...)

C’est arrivé un 5 juillet.

Paris, 5 juillet 1946, piscine Molitor - Naissance explosive du bikini. Pourtant, l’histoire (...)

C ’est arrivé un 8 mai.

Le 25 avril 1945, une patrouille américaine et une unité soviétique effectuent leur jonction sur (...)

C’est arrivé un 27 avril.

Durant des siècles des millions d’esclaves seront enchaînés, battus, asservis et déportés d’un (...)

C’est arrivé un 27 mars.

Dompter le Nil a toujours été le grand rêve de l’Egypte. Dès la préhistoire, l’immense oasis (...)

C’est arrivé un 24 mars.

La tuberculose est une maladie vieille comme le monde ou plutôt comme l’humanité. Autrefois (...)

C ’est arrivé un 22 mars.

Lors d’un voyage à Paris, en 1890, Antoine Lumière, père d’Auguste et Louis découvre l’invention de (...)