Histoire et origine de la fête d’Halloween.

dimanche 29 octobre 2017
par  Djclone

Le soir du 31 octobre, préparez vous à avoir peur, place aux sorciers et aux fantômes ; c’est la fête d’Halloween, contraction de “All hallow’s eve” et signifiant veille de la Toussaint. Des enfants déguisés en sorcières, en fantômes ou encore en monstres effrayants viennent frapper aux portes de vos maisons en vous lançant malicieusement “Un bonbon ou un sort !” rendant à cette soirée un parfum surnaturel. Mais cette fête importée des Etats-Unis dans les années 1990, ne fait toujours pas l’unanimité de notre côté de l’atlantique de par son côté marketing. Pour autant, près de trois Français sur dix comptent y participer, ce qui fait quand même énormément de monde.

Timbres - Happy Halloween.

Cette fête qui remonte à la nuit des temps et va envahir vos maisons le temps d’une soirée fait revivre la magie celtique plus que millénaire de la fête de Samain véritable origine de cette fête d’Halloween. Cette fête celtique qui reprend vie l’espace de quelques heures dans un tourbillon orange et noir célébrait l’arrivée d’une nouvelle année celtique et le retour de l’hiver. La porte de l’Au Delà était ouverte (le Sidh) et durant quelques jours le monde réel se confondait avec l’autre monde, celui des morts.

Bloc de timbre - Un banquet Gaulois au temps de Samain.

Des feux nouveaux étaient allumés par les druides au sommets des collines pour protéger les habitations de toute menace maléfique et des banquets rituels et assemblées étaient organisées pour que les humains puissent communiquer avec leurs disparus. C’était une fête joyeuse, grandiose et fantastique baigné de cervoise, de vin et d’hydromel et les morts étaient censés se mêler aux vivants pour participer à cette nuit de festivité.

Timbres - La fête d'Halloween.

Viendra la christianisation de l’Europe, époque ou les anciennes croyances seront à la fois réprimées et récupérées à son profit par l’église catholique. La fête celtique de Samain perdurera jusqu’à ce que, vers l’an 837, le pape Grégoire IV inscrivit la Toussaint au calendrier liturgique universel. Fêtée le 1er novembre, la fête de la Toussaint se combinait ainsi avec l’antique fête païenne de Samain, se déroulant la nuit du 31 octobre au 1er novembre qui prit dès lors le nom de all hallow’s eve. Mais malgré la volonté de l’église de faire tomber dans l’oubli cette fête païenne, les anciennes croyances ne s’éteindront pas et perdureront. Celles-ci ressurgirent en Amérique du nord bien des siècles plus tard dans les années 1840.

Timbres - La grande famine en Irlande (1845-1850) - An Gorta Mór en Irlandais.De 1845 à 1852, une maladie (le mildiou) anéantit les cultures de pommes de terre en Irlande. Les récoltes sont mauvaises et on estime qu’il y a eu plus d’un million de victimes de la famine. Cette catastrophe qui ravagea alors l’Irlande poussa nombre d’Irlandais à y émigrer et s’installer sur des terres plus hospitalières, la-bàs, dans le Nouveau Monde. En arrivant aux Etats-Unis, les Irlandais substituèrent aux légumes de leurs ancêtres la citrouille qu’ils avaient découverte sur le sol américain. Dans leurs valises, ils emportent avec eux leurs contes, traditions et personnages légendaires dont le désormais célèbre Jack O’Lantern (ou Jack à la lanterne) dont on trouve des traces dès 1750 et qui est sans aucun doute le plus connu d’entre eux.

Timbres - Citrouilles sculptées Jack-o'-lantern.

Selon la légende Irlandaise un maréchal-ferrant prénommé Jack, ivrogne et avare mais aussi escroc, passait son temps à défier le diable jusqu’à ce qu’il décède. Mais manque de chance pour Jack, on ne voulait pas de lui que ce soit au paradis ou en enfer. Ainsi, depuis le jour de sa mort (un 31 octobre) Jack se retrouve condamné à errer comme une âme en peine dans le noir avec pour seule lumière une lanterne creusée dans un navet. Jack erre...et réapparaît chaque année le jour de sa mort. Il devient dès lors la vedette de la fête d’Halloween. Vers la fin du XIXème siècle Halloween deviendra une fête nationale aux Etats-unis avec la traditionnelle quête des bonbons par les enfants avec le fameux “Trick or treat” (Un bonbon ou un sort !”). Avec le temps, les citrouilles se faisant plus courantes sur le territoire américain et surtout celle-ci étant plus adaptées à la sculpture que les navets, elles y devinrent le symbole de cette fête qui gagnera en popularité durant tout le XXème siècle jusqu’à en faire oublier ses racines celtiques.

Timbres - Sorcières sur leur balais et citrouilles Jack O'Lantern. Timbre - La citrouille, symbole de la fête d'Halloween.

Depuis l’arrivée des Irlandais aux États-Unis au milieu du XIXème, cette fête est devenue une véritable institution chez l’Oncle Sam, au même titre que Noël ou Thanksgiving. Mais elle ne deviendra celle que nous connaissons qu’avec la rencontre des cultures sud-américaine et Mexicaine.

Timbres - Le jour des morts au mexique.

C’est en effet en rencontrant La Dia de los Muertos (la fête des morts mexicaine), pendant laquelle les mexicains célèbrent les morts à grand renfort de squelettes, qu’Halloween prendra un côté macabre et adoptera les couleurs orange et noir. Au fil des ans, cette tradition se transformera dans les années 1930 en une fête pour les enfants et ceux-ci déguisés en fantômes allaient de porte en porte pour demander des bonbons.

Bloc de timbres Halloween - Chacun se déguise en monstre effrayant pour Halloween.

Le retour d’un halloween plus carnavalesque, plus commercial sur le vieux continent interviendra sous l’impulsion et la finance des grandes chaînes de magasins et des marques dans les années 1990 pour combler un vide entre les grandes vacances et Noël. L’opérateur téléphonique France Telecom distribua ainsi en 1998 un nouveau modèle de téléphone portable Ola baptisée “ Olaween”, d’une couleur orange faisant bien évidemment écho à cette fête. Une distribution de quelques 8000 citrouilles se fera sur le parvis du Trocadéro à Paris à cette occasion puis Coca-cola fera sa Halloween party en 1999. Mais ce retour connaît un retour mitigé chez les adultes et rencontre beaucoup de réticences. Probablement parce ce que cette fête d’halloween avait acquis un côté américain et très commercial.

Timbre - Le manoir hantée d'Halloween.

Ce sont donc les enfants qui s’empareront de cette fête. L’engouement actuel pour le monde des zombies et des sorciers font qu’ils adorent ce moment ou ils peuvent incarner leur personnages préférés d’Harry Potter, twillight ou de super-héros mais aussi partir à la chasse aux bonbons et autres sucreries toute la soirée avec la bénédiction de leurs parents. Happy Halloween !!!



Commentaires

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


C’est arrivé un 12 novembre.

L’histoire de l’anesthésie est très ancienne. Il est d’ailleurs raconté dans la bible que Dieu a (...)

C’est arrivé un 18 octobre.

L’Alaska, ce vaste territoire situé au nord-ouest du Canada et aujourd’hui le plus grand des États (...)

C’est arrivé un 10 octobre.

Les premières études et les travaux préliminaires sur le canal de Panama furent entrepris par deux (...)

C’est arrivé un 4 octobre.

En 1855, Brame et Flachat déposent un projet de chemin de fer souterrain reliant les Halles de (...)

C’est arrivé un 3 octobre.

Tout le monde ou presque connaît aujourd’hui l’histoire tragique du Titanic : le 15 avril 1912, le (...)

C’est arrivé un 2 octobre.

Né en 1491 à Saint-Malo, Jacques Cartier a été au contact de la mer dès son plus jeune âge. (...)

Les sapeurs-pompiers de Paris sont créés.

Le 1er juillet 1810, pour célébrer le récent mariage de Napoléon et de Marie-Louise de Habsbourg (...)

15 août 1944 - Débarquement en Provence.

Pendant que le débarquement de Normandie s’achève et pour accélérer la Libération de la France une (...)

1 août 1785 - Lapérousse embarque pour un tour du monde.

En France, Louis XVI n’en peut plus du retard pris sur les autres puissances européennes. En ce (...)

31 juillet 1914 : Assassinat de Jean Jaurès

Pendant la journée du vendredi 31 juillet 1914, Jaurès a tenté, d’abord à la chambre des députés (...)