La Poste Gallo-romaine.

jeudi 20 mai 2010
par  Djclone

Pendant longtemps l’homme à pied restera le vecteur de transmission des écrits. Au IVème siècle avant Jésus Christ le cheval va peu a peu le supplanter. Bien que rapide au galop ( environ 36 kilomètres à l’heure ) le cheval se fatigue aussi très rapidement ( environ 10/15 kilomètres) . C’est à cette époque que commença a se dessiner à l’initiative du roi de Perses Cyrus le premier réseau de relais permettant aux cavaliers d’échanger leurs montures contres de nouveaux chevaux. Ce système sera repris et amélioré par les Grecs et ensuite les Romains. Bien qu’un réseau existait déja sous César vers 45 avant jésus Christ ce fut l’Empereur Auguste qui créa un réseau dense de voies à usages militaires ouvertes aux cavaliers appelé "cursus publicus"pour assurer une transmission aussi rapide que possible des informations et des ordres officiels . Quand à la correspondance privée, si elle existait, le pouvoir ne s’en occupait d’aucune façon.

Timbre a l'effigie d'Auguste.
L’empereur Auguste sur un timbre Italien

"Il disposa sur les routes stratégiques, à de courtes distances, d’abord des jeunes gens, puis des voitures, afin d’avoir des nouvelles plus promptes des provinces, et de pouvoir plus aisément aussi interroger les courriers qui lui étaient dépêchés d’un lieu quelconque, quand les circonstances l’exigeaient". Suétone, Auguste, 49. à propos de l’Empereur Auguste

Les messagers qui transportait les dépêches officielles portait le nom de tabellarii. Ces messagers utilisait soit une simple monture, soit un cisium sorte de charrette légère à deux roues.

Carte de la journée du timbre 1963.

Le timbre de la journée du timbre 1963 est une reproduction d’un fragment de bas-relief d’une face du Mausolée d’Igel près de Trève en Allemagne. On y voit un cisium charrette légère à deux roues utilisé par la poste Gallo-romaine sur le "cursus publicus".

Voici ce qu’écrit le Dictionnaire de l’Antiquité de l’Université d’Oxford (Univ. d’Oxford, Dictionnaire de l’Antiquité, Édition Robert Laffont, Coll. Bouquins). au sujet de la poste romaine :

"Sous la République romaine, des affranchis ou des esclaves étaient employés comme tabellarii par l’état et par des citoyens privés importants. Pour les lettres confidentielles, il était essentiel que les correspondants aient leurs propres messagers. Sous Auguste, un système de relais connu sous le nom de cursus publicus fut organisé. Il fournissait chevaux et véhicules pour transporter les gens, en cas de voyages urgents, aussi bien que les lettres. Sa fonction principale était militaire, mais il a pu aussi être utilisé pour d’autres affaires officielles. Les lettres étaient portées par les tabellarii impériaux ou par des soldats de confiance. Au IIe siècle après J.-C., ce service fut assuré par les frumentarii et plus tard par les agentes in rebus. Les relais de poste étaient connus sous le nom de mansiones. On contrôlait strictement le droit d’utiliser ce service. Pline le Jeune écrivit sa dernière lettre à l’empereur Trajan pour lui expliquer, et s’en excuser, qu’il avait envoyé son épouse, sans l’autorisation impériale, en utilisant ce service, en raison d’un deuil dans sa famille. Les courriers parcouraient en moyenne 80 km par jour, mais des nouvelles urgentes et des personnes très pressées pouvaient être transportées extrêmement rapidement. Suétone rapporte que Jules César fit un voyage en char en couvrant une distance quotidienne de 160 km pendant huit jours de suite. Lorsque les légions du Rhin refusèrent le serment d’allégeance à Galba, le 1er janvier 69 après J.-C., la nouvelle parvint la nuit même à Vitellius, qui se trouvait à 160 km et à Rome le 9 janvier, le courrier a dû couvrir une moyenne de plus de 200 km par jour."

Routes, relais et distances nous sont connus notamment à travers les quatre gobelets d’argent de Vicarello et découverts entre 1852 et 1863 près du lac de Bracciano non loin de Rome et de la table de Peutinger.

Les Gobelets de Vicarello.

Les gobelets de Vicarello on la forme de petites colonnes et sont hauts de 9,5 à 15,3cm. Ils fournissent des listes verticales de relais, avec le nombre de milles qui les séparent, entre deux villes terminales : Rome et Cadix. Ils dateraient de l’époque d’Auguste.</p

C’est a Konrad Peutinger ( 1465-1547) que l’on doit la découverte de cette carte unique de l’ensemble du réseau routier et des relais de Poste de l’Empire Romain sous Néron. C’est la copie d’un original faite au XIIIe siècle par un moine du IIIe siècle. On y remarque la présence de relais de Postes à intervalles réguliers tous les 12km pour les chevaux et appelés "mutationes" et tous les 50 kilomètres on trouve des auberges d’étapes et magasins pour les cavaliers appelés "Mansiones".

Table de Peutinger.

La Table de Peutinger est composée de 11 parchemins conservés ; un douzième étant perdu. Ceux-ci sont assemblés pour former une bande de 6,82 m sur 0,34 m. Reproduction complète de la table.La décadence de l’empire romain et de ses pouvoirs au Vème siècle, entraina la chute et l’oubli du "cursus publicus" malgré les tentatives de maintient de l’organisation des relais par les mérovingiens et les Carolingiens. Cette institution ne reparaitra en France que sous Charlemagne.



Commentaires

Colombes Notre ville

Plan Interactif de Colombes.


Identifier PCGC

Outil d'identification PC et GC.


C’est arrivé un 21 avril.

Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin en (...)

C’est arrivé un 19 février.

En octobre 1944, la flotte japonaise est anéanti à Leyte, aux larges des philippines. Mais alors (...)

C’est arrivé un 12 février.

Après le traité de Paris de 1763, le roi Louis XV souhaite que la France participe aux grandes (...)

C’est arrivé un 11 février.

Le 11 février 2016, le directeur du laboratoire LIGO annonce que pour la 1ère fois, une onde (...)

C’est arrivé un 8 février.

Au lendemain de la première guerre mondiale qui vient de s’achever et qui a vu l’émergence d’une (...)

C’est arrivé un 15 janvier.

Dans les montagnes du sud-ouest de la Chine se cache un ours noir et blanc : il s’agit du grand (...)

C’est arrivé un 14 janvier.

En 1919, au sortir de la première guerre mondiale l’Alsace et la Lorraine redeviennent des (...)

C’est arrivé un 12 janvier.

Pierre de Fermat est né dans la première décennie du XVIIeme siècle à Beaumont de Lomagne (1601 ou (...)

C’est arrivé un 11 janvier.

Il faut remonter très loin dans l’Antiquité pour découvrir les premières descriptions de cette (...)

C’est arrivé un 2 janvier.

L’Italien Fausto Coppi, virtuose de la bicyclette, reste à ce jour l’un des plus grand champions (...)